Albert Liénard est décédé

Albert Liénard était né à Quaregnon en 1938. © Alain Dewez.

portrait

Il ne payait pas de mine, Albert Liénard, mais c’était un homme bien. L’ancien ministre PSC est décédé jeudi à l’âge de 73 ans. Discrètement. A l’image du personnage : haut comme trois pommes, toujours sur la réserve, le sourire timide aux lèvres – et la cigarette, aussi –, ce régent en sciences et en géo s’excusait presque d’avoir mené une carrière politique de premier plan, dans son parti, au parlement (1980-2004) et au gouvernement (1985-1995) wallons, alors que rien ne l’y prédestinait vraiment.

A Namur, ce démocrate chrétien géra notamment l’aménagement du territoire, les relations extérieures de la toute jeune Région, l’emploi et les nouvelles technologies. C’était l’époque où tout était à inventer et Albert Liénard ne se gêna pas. On lui doit les Journées du Patrimoine, une politique audacieuse en matière de rénovation urbaine et des politiques de l’emploi qui ont marqué leur époque.

Son Borinage

Avec son cher Paul Delcroix, bras droit et compagnon de toutes les aventures, Albert Liénard avait construit sa carrière dans son fief d’Eugies, bourgade rurale et résidentielle que la fusion des communes associa à la puissante et très socialiste Frameries.

Du coup, le PSC monta en puissance dans la grosse entité boraine. En 1994, le social-chrétien faillit bien y réussir le coup politique du siècle. Sa liste obtint 41,7 % des voix contre 40,1 % aux socialistes du jeune Didier Donfut, en majorité absolue depuis un siècle. Un chrétien bourgmestre de Frameries ? L’unique conseiller libéral choisit l’autre camp et Albert Liénard ne s’en remit vraiment jamais.

Ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre le combat pour redresser une région moribonde : le parc d’aventures scientifiques de Frameries est en quelque sorte son enfant, un orphelin aujourd’hui.

DEFFET,ERIC
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.