Un nouveau service d’Apple baptisé iCloud ?

Le 20 avril dernier, les Suédois de Xcerion annonçaient le changement du nom de leur activité de stockage de données en ligne. Ce qui, jusque-là, s’appelait iCloud s’intitulerait dorénavant CloudMe.

Quand on sait le coût et les problèmes que provoque un tel changement d’appellation, on se dit que, du côté de Stockholm, on a dû être confronté à des arguments convaincants pour prendre cette décision. Très vite, une rumeur s’est répandue sur la Toile : Apple aurait racheté le nom de domaine iCloud.com pour un montant de 4,5 millions de dollars. La chose n’a pas été confirmée. Mais l’élément s’intégrerait parfaitement dans la stratégie mise en place depuis quelques années par Steve Jobs.

Le cloud (NDLR : nuage, en anglais) est le dernier mot à la mode auprès des géants de l’informatique et des télécoms qui le voient comme un possible – probable – nouvel Eldorado. L’idée ? Convaincre les utilisateurs de ne plus stocker leurs données sur un disque dur souvent physiquement relié à un seul ordinateur, mais les encourager à ce qu’ils sauvegardent leurs fichiers de tous types – photos, films, musique… – sur un serveur accessible en ligne.

L’avantage du « cloud computing », c’est que, où que l’on soit, n’importe quel appareil connecté – PC, smartphone, tablette… – permet de profiter de ses fichiers personnels. Amazon, Google, HP ou encore Microsoft travaillent sur des solutions de ce type. Apple aussi. Le fabricant américain, qui possédait déjà un centre de données de 9.300 m2 en Californie, vient tout juste de finaliser la construction d’un second, vaste de 46.000 m2, en Caroline du Nord. Pour quel usage ? Autour de Steve Jobs, c’est le silence radio. Il se murmure qu’il pourrait servir à abriter un nouveau service musical en streaming basé sur les compétences de Lala, une entreprise rachetée par Apple en 2009. Mais cela justifie-t-il un centre de données aussi gigantesque ? Probablement pas. Mais on laisse entendre que l’entreprise californienne prépare aussi une profonde transformation de son service MobileMe (une sorte de Microsoft Exchange à la sauce à la pomme). Il serait rebaptisé… iCloud et permettrait le stockage des milliards de fichiers des utilisateurs.

Steve Jobs, qui a été le premier à abandonner la disquette (sur l’iMac) et le cédérom (sur les Mac Book Air), prolongerait ainsi sa croisade pour la dématérialisation et contre les supports physiques. iCloud deviendrait un élément-clé de l’écosystème d’Apple, touchant aussi bien les Mac que les iPhone ou les iPad. Il pourrait être directement intégré dans le système d’exploitation de ces différents types d’appareils. L’invitation à la conférence 2011 des développeurs de programmes et d’applications pour les appareils d’Apple, qui se tiendra à San Francisco du 6 au 10 juin, spécifie d’ailleurs « Rejoignez-nous pour une découverte en primeur du futur d’iOS et de Mac OS X ».

DESALLE,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Economie, Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.