10 juin 2011 : quatre ans sans « vrai » gouvernement

Politique Avant l’anniversaire du 13 juin 2010, celui-ci…

Analyse

Un anniversaire en cache un autre. Le 13 juin, cela fera un an que les Belges ont voté aux élections législatives (le 13 juin 2010, donc) et que les partis sont enfermés dans une crise politique dont on ne voit toujours pas la fin. Mais encore : ce 10 juin, cela fait quatre ans qu’après la chute de Verhofstadt, les Belges se sont rendus aux urnes (le 10 juin 2007 donc), et qu’ils sont privés d’un « vrai » gouvernement.

Oui, ce fut le dernier « vrai » gouvernement, et avec lui le dernier « vrai » Premier ministre : Verhofstadt II et sa coalition violette (VLD, MR, SPA, PS) rendaient les armes honorablement à la fin avril 2007, au terme normal d’une législature de quatre ans, et le 2 mai, le Moniteur publiait l’arrêté de dissolution des Chambres et de convocation des électeurs dans les quarante jours.

Une séquence de notre histoire politique à marquer d’une pierre blanche. Car après cela, tout ira de travers. Il n’y aura plus de gouvernements de législature ; plus de coalitions librement consenties, conflictuelles parfois, mais objectivement solidaires ; plus de programme gouvernemental complet, pluriannuel, proactif. Plus de gouvernement qui engagera des réformes (fussent-elles contestables et eurent-elles été contestées, tel le pacte des générations, qui fit descendre dans la rue) comme l’avaient fait d’abord l’arc-en-ciel, entre 1999 et 2003, puis la Violette, entre 2003 et 2007 ; plus de majorité et d’opposition identifiables, antagonistes, comme il faut.

Mieux encore : il n’y aura plus de gouvernement qui avance sans se poser la question de l’existence même de la Belgique ; sans avoir le sentiment, le doute au moins, qu’il pourrait être le dernier « fédéral » en lice, avant que tout ne craque.

Pensez : l’exécutif Verhofstadt (même s’il est à l’origine du problème, mais c’est une autre histoire) s’est frotté à l’épineux dossier BHV, il a essayé de le résoudre, il a échoué, et… il n’est pas tombé pour autant !

Les ministres et présidents de la Violette, réunis secrètement dans des villas du Brabant wallon durant plusieurs week-ends au printemps 2005, avaient, en effet, dû se rendre à l’évidence (tout près d’un compromis, les partis flamands et francophones resteront désunis), mais l’alliance gouvernementale tint bon, et Guy Verhofstadt, à la Chambre, s’empressa de relancer sa coalition pour le reste de la législature, où il obtint la confiance de sa majorité entière, nord et sud, malgré tout !

Autres temps, autres mœurs.

Depuis lors, plus rien ne tourne rond. Voyons…

Les législatives du 10 juin 2007 furent celles du triomphe du cartel CD&V/N-VA, nouveau venu dans le paysage politique, créé quelques années plus tôt à l’initiative d’Yves Leterme et l’ex-CVP pour tenter de reconquérir le pouvoir perdu en 1999. Le mal est fait. Le cartel balaie Verhofstadt, Leterme devient l’homme incontournable, et avec lui Bart De Wever, qui ne fera que grandir, vers le succès que l’on sait.

Ce scrutin du 10 juin 2007 fut celui de la chute dans le vide.

Et donna lieu à une longue séquence infernale toujours pas terminée…

Accrochez-vous : il y aura les longues tractations pour constituer l’Orange bleue (cartel CD&V/N-VA, CDH, MR, VLD), qui s’enliseront après six mois dans les querelles Nord-Sud et déclencheront une crise politique sans précédent ; laquelle verra Guy Verhofstadt, rappelé par le Roi un bref instant à la fin 2007, mettre en place une majorité de secours (CD&V, CDH, VLD, MR, et PS), contrainte, au début 2008, composée en désespoir de cause, dirigée par Yves Leterme, dotée d’un programme gouvernemental, c’est vrai, mais limité ; un exécutif qui roulera de vicissitude en vicissitude, risquera de chuter (chutera même entre-temps : c’est trop compliqué à expliquer) à plusieurs reprises, pour rendre l’âme au début 2010, en butant sur BHV, ce qui provoquera les élections anticipées du fameux 13 juin 2010, dont nous fêtons l’anniversaire, puis l’impasse, les « affaires courantes » (heureusement), et voilà…

10 juin 2007 – 10 juin 2011 : quatre ans de gestion gouvernementale partielle, par intermittence; surtout, quatre ans de crise politique sans frein ; quatre ans sans dessein ; sans la certitude d’un futur pour le pays ; sans la confiance.

juillet 2003-mai 2007

La Violette, jadis

Le mercredi 2 mai, le Moniteur acte officiellement la dissolution des Chambres et convoque les électeurs dans les 40 jours. C’est la fin de la coalition violette unissant libéraux et socialistes. Une alliance « contre-nature », dira à l’époque Laurette Onkelinx, vice-Première PS, mais qui durera le temps d’une législature de 4 ans. Avant cela, Guy Verhofstadt avait emmené l’arc-en-ciel bleu-rouge-vert, entre 1999 et 2003.

juin 2007

Le cartel est dans le fruit

Aux élections législatives du 10 juin 2007, l’on assiste au triomphe du cartel CD&V/ N-VA. Créé en 2003 à l’initiative d’Yves Leterme pour tenter de ramener l’ex-CVP au pouvoir (il en fut écarté en 1999), ce sera surtout un marchepied pour le leader nationaliste flamand, Bart De Wever donc, qui s’émancipera plus tard de son tuteur chrétien-démocrate et provoquera, en 2010, la crise politique que l’on sait.

juillet-décembre 2007

L’Orange bleue oubliée

Le cartel CD&V/N-VA et les libéraux du MR et du VLD, ainsi que le CDH en retrait, tenteront en 2007, après les législatives du 10 juin, de lancer une coalition dite de l’Orange bleue. Six mois de tractations infructueuses. Yves Leterme et Didier Reynders (surtout lui : le libéral venait de battre le PS en Wallonie !) ne transforment pas leur rêve en réalité.

juin 2010- ?

Le duo perdu

Elio Di Rupo et Bart De Wever, grands vainqueurs au sud et au nord du pays, des élections législatives du 13 juin 2010, ne parviennent pas à conclure l’alliance exceptionnelle à laquelle l’on avait osé croire. Le nationaliste flamand ne répond pas aux attentes. Le socialiste reste avec sa victoire électorale sur les bras, sans effet. Nous en sommes là.

COPPI,DAVID
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.