Italie : Un grand « non » à Berlusconi

Débâcle pour le Cavaliere après les référendums de ce week-end

La mobilisation des Italiens pour que réussissent ces référendums a été au-delà de l’opposition aux projets de Berlusconi : il s’agit véritablement d’un réveil citoyen. © Roberto Monaldo/AP.

Rome

De notre correspondante

Quinze jours à peine après des élections locales qui avaient été, pour Silvio Berlusconi et sa majorité de centre-droit, une véritable débâcle – avec la perte notamment de la Ville de Milan – les Italiens étaient à nouveau appelés aux urnes, dimanche et lundi.

Cette fois-ci pour se prononcer sur quatre référendums abrogatifs. Deux sur la privatisation de la gestion de l’eau, un sur la relance du nucléaire et, enfin, le dernier, sur l’« empêchement légitime » qui permet aux membres du gouvernement de ne pas se présenter devant les tribunaux lorsqu’ils sont trop occupés…

Les « oui » l’ont emporté de façon spectaculaire (plus de 95 %), tandis que le quorum nécessaire pour que les référendums soient valables a été largement dépassé (participation de 57 % des électeurs). On a régulièrement recours, en Italie, aux référendums mais, après une série très fructueuse (divorce, avortement, nucléaire…) dans les années 70-80, ce genre de consultation populaire semblait s’être essoufflé. C’est la première fois depuis 16 ans que le quorum est atteint.

Ce résultat « historique » marque le retour d’une volonté de participation dans la vie politique de la société civile et représente un nouveau coup dur pour le Cavaliere. Quoi qu’en dise l’entourage du chef du gouvernement qui tente de minimiser sa portée politique.

En annonçant, à la veille du scrutin, qu’il n’irait pas voter, M. Berlusconi avait voulu prendre ses distances. Il a d’ailleurs laissé ses électeurs libres de se prononcer sur l’eau et le nucléaire et de nombreux politiques, membres ou alliés du PDL, ont déclaré qu’ils voteraient « oui », surtout sur le nucléaire que le gouvernement voulait relancer (un autre référendum, en 1987, avait déjà fait arrêter la construction de centrales nucléaires).

Silvio Berlusconi a réagi très rapidement. Sans même attendre la fermeture des urnes, lundi matin déjà, il déclarait : « Nous devrons dire adieu au nucléaire puisque telle est la volonté populaire et nous devrons nous engager dans le développement d’énergies alternatives. »

Divorce avec le gouvernement

Plusieurs ministres, parmi lesquels celui de la Défense Ignazio La Russa ont déclaré que « ces résultats n’auraient aucune influence sur le gouvernement », une partie de l’électorat de centre-droit ayant voté de la même façon que l’opposition.

Ce n’est pas du tout l’avis de l’opposition pour qui il est évident que ces quatre oui sont en réalité un grand « non », le second en quinze jours, à Silvio Berlusconi et à son gouvernement. Lundi après-midi, la victoire était fêtée, un peu partout, en Italie, par les comités promoteurs des référendums à qui s’étaient joints les partis de la gauche.

A Rome, une foule colorée hurlait de bonheur en apprenant la bonne nouvelle, sur la place de la Bouche de la Vérité. « Ce sont des référendums sur le divorce, a déclaré, rayonnant, le secrétaire du PD (Parti démocrate) Pierluigi Bersani. Le divorce entre le gouvernement et le pays. Le gouvernement est sur une autre route, dans un autre hémisphère, par rapport au pays réel. »

Le ministre Roberto Calderoli de la Ligue du Nord estime que la majorité a pris déjà suffisamment de gifles et a rappelé que, dimanche prochain, la Ligue tiendra sa traditionnelle réunion annuelle à Pontida et que, trois jours plus tard, le gouvernement devra se présenter devant le Parlement pour un vote de confiance à la suite de remaniements.

La Ligue, dont certains membres éminents comme le gouverneur de Vénétie Luca Zaia a déclaré avoir voté « oui » aux quatre référendums, aurait-elle l’intention, comme elle l’a déjà fait dans le passé, de lâcher son allié Silvio Berlusconi, de plus en plus affaibli ?

LUKSIC,VANJA
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.