Al-Qaïda : pas de surprise du chef

Terrorisme L’ancien nº 2 devient nº 1, le « clan des Egyptiens » prend la main

Il y a dix ans, Ben Laden (gauche) et Az-Zawahiri (droite) parlaient déjà en tandem.© Al-Jazeera/ AP.

Les principaux sites islamistes l’ont confirmé ce jeudi (1) : l’ancien nº 2 d’Al-Qaïda, l’Egyptien Ayman Az-Zawahiri, 60 ans ce dimanche, a été déclaré « nouvel émir » du « Qaidatul Jihad ». C’est donc lui qui succède à Ben Laden non seulement au niveau idéologique (sur ce plan, Az-Zawahiri a toujours été au moins à parité avec Ben Laden), mais il lui succède aussi en termes opérationnels : le titre d’émir suppose qu’il prenne la tête de ce qui était le « conseil militaire » d’Al-Qaïda.

Conséquence immédiate : celui qui se fait appeler « le docteur », « le professeur » ou encore Abou Mohamed, a vu sa tête mise à prix à 25 millions de dollars par le FBI. Mais cette succession, prévisible, est plutôt une mauvaise nouvelle pour la nébuleuse terroriste : Al-Qaïda ne se renouvelle pas ; le groupe se réduit à sa branche égyptienne, pourtant en échec en Egypte ; et si la succession annonce un changement de ton probable – davantage anti-français qu’auparavant – elle annonce aussi un lien plus fort avec l’Iran.

Az-Zawahiri bénéficie d’une légitimité historique indiscutable : ce médecin diplômé de l’université du Caire – qui a lui-même soigné la déficience rénale de Ben Laden – avait pour grand-père le grand imam de la mosquée al-Azhar (une référence théologique), et il est lui-même cofondateur du Jihad islamique égyptien. C’est en tant que chef de ce dernier groupe que, le 11 août 1988, avec l’aide de Ben Laden, Az-Zawahiri a réformé et élargi la mission des moudjahidines afghans du « Maktab al-Khidamat » pour créer Al-Qaïda.

Ainsi, Az-Zawahiri est matériellement l’un des quatre cofondateurs d’Al-Qaïda. Il a une autre qualité : l’une de ses épouses, Omayma, est connue parmi les femmes islamistes pour donner l’exemple de la parfaite « femme de jihadiste ».

Mais, d’une part, Az-Zawahiri ne fait plus l’unanimité au sein des islamistes égyptiens depuis sa dénonciation théologique par un autre médecin égyptien lui aussi cofondateur d’Al-Qaïda, Jamal al- Fadl. Bien qu’auteur du manuel du jihadiste, Al-Fadl va renier en 2007 le jihad absolu tel que l’envisage Az-Zawahiri.

Ensuite, désigner Az-Zawahiri comme émir, c’est prendre le risque de rétrécir Al-Qaïda à ses réseaux égyptiens. La vacance de pouvoir post-Ben Laden a été assumée par un Égyptien. Le bras droit de l’ex-nº 2 – désormais probable nº 2 – est lui aussi égyptien : Thirwat Salah Shehata est l’homme qui, début février, tout en encourageant la lutte des Egyptiens contre le régime Moubarak, a publiquement regretté qu’Al-Qaïda soit « incapable d’être sur le front » de la place Tahrir. Enfin, à noter : Shehata résiderait pour l’instant en Iran, et Az-Zawhiri est réputé pour avoir bénéficié – avant 2001 – du soutien de Téhéran. Voilà une estampille inédite pour Al-Qaïda.

Un homme déjà cerné

Enfin, Az-Zawahiri a un autre problème : toute l’Amérique lui court après depuis les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi il y a 13 ans. En février 2003, il est passé à un cheveu de son arrestation à Rawalpindi (Pakistan) ; en mars 2004, il était dans le village d’Azam Warzak (Sud-Waziristan) qui a été bombardé pour l’éliminer ; il n’a été que blessé. Enfin, le 13 janvier 2006, il a été localisé à Damadola, toujours au Pakistan, et la CIA a tiré sur lui au départ d’un drone.

Depuis, sa piste s’est refroidie. Quoique… Ce 4 mai, deux jours après la mort de Ben Laden, un ressortissant yéménite, Muhammad Ali Qasim Yaqub, est arrêté à Karachi. Sa fonction ? Messager particulier entre Ben Laden et Az-Zawahiri. Ce messager tournait sur quatre villes du Pakistan, pas une de plus, ce qui laisse penser que l’aire dans laquelle évolue le nouveau patron d’Al-Qaïda est aujourd’hui bien cernée…

1) Voir notamment le site terroriste ixellois ansar1.info.

LALLEMAND,ALAIN
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.