Dopage : Une bien curieuse affaire

Vansevenant a acheté des produits interdits

WIM VANSEVENANT, l’ancien coureur de l’équipe Lotto, a déjà plombé le Tour de France 2011. © LUC CLAESSEN/BELGA.

LES HERBIERS

De notre envoyé spécial

Le Tour n’est pas encore parti qu’une curieuse affaire mine déjà son environnement. Elle n’est peut-être qu’une goutte d’eau dans le golfe de Gascogne ou une tempête annoncée au-delà des ressacs de La Rochelle, mais ce qu’il convient déjà d’appeler aujourd’hui « l’affaire Vansevenant » est un pavé dans la mare d’un bocage de Vendée.

De quoi s’agit-il ? Un paquet contenant des produits dopants destiné à Wim Vansevenant, l’ancien coureur de l’équipe Lotto qui s’était spécialisé dans l’acquisition de la… lanterne rouge a été saisi il y a deux semaines par les douaniers de l’aéroport de Bruxelles. L’enquête qui a été ouverte par la cellule dopage de la justice belge a révélé que « le colis (en provenance d’Australie) contenait des produits dopants hypermodernes développant la masse musculaire et améliorant l’endurance ».

La valeur de ce colis est estimée à plusieurs milliers d’euros. Les produits sont toujours en cours d’analyse, a-t-on appris de source judiciaire. Vansevenant a déclaré que les produits étaient destinés à son usage personnel et non à être revendus à d’autres ou utilisés pour les animaux de sa ferme (qu’il a achetée récemment). Le produit commandé « down under » est du TB-500, un produit qui se base sur la thymosine. « C’est une hormone peptidique, comme l’EPO et l’insuline, explique le docteur Goossens, médecin du sport. La thymosine est fabriquée au niveau du thymus par les fœtus, mais les adultes n’en produisent pratiquement pas. Les résultats indiquent une meilleure résistance à l’effort. Mais ce n’est pas confirmé par des tests sur les êtres humains. Ça ne fait peut-être effet que dans des dosages extrêmes. C’est certainement dangereux car ça peut accélérer la croissance de tumeurs », explique le docteur.

Vansevenant a avoué avoir commandé ces produits, mais il pensait qu’il s’agissait d’acides aminés et pas de dopants. L’équipe Omega Pharma – Lotto, qui employait à l’occasion les services de Vansevenant en qualité de chauffeur pour ses invités, a décidé de se séparer de lui avant le départ du Tour de France, samedi.

« Notre équipe a toujours eu une bonne image, nous voulons la conserver », a expliqué son manager sportif Marc Sergeant, complètement surpris par la nouvelle. Qui suscite des prolongements. En Vendée, les contrôles des véhicules des équipes ont été systématisés, mercredi, par la douane.

BELGA,THIRION,STEPHANE
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.