Fin de l’aventure pour « Bienvenue en Palestine »

Proche-Orient Quatorze militants belges expulsés d’Israël sont rentrés hier soir au pays

Vingt-deux Belges expulsés d’Israël étaient déjà rentrés dimanche via Bruxelles-National. © BRUNO FAHY/B.

Après avoir suivi minute par minute l’interpellation des participants à l’opération « Bienvenue en Palestine » dès leur arrivée à Tel-Aviv, les médias israéliens ont rapidement trouvé d’autres motifs d’intérêt. Lundi, ils n’ont que très peu relaté l’expulsion de la plupart des militants détenus depuis trois jours dans les prisons de leur pays. L’Etat hébreu considère l’affaire classée.

En revanche, de nombreux commentateurs continuent de reprocher à la police et au Shabak (la Sûreté générale) d’avoir fortement exagéré la dangerosité de ces militants pro-palestiniens. « Si nous les avions laissés passer tranquillement au lieu de mobiliser autant de monde devant les caméras du monde entier, personne n’aurait entendu parler de ces gens-là », a déclaré le chroniqueur politique Yaron Dekel, lundi, sur la radio publique.

L’opinion et les dirigeants israéliens se félicitent d’avoir pu circonvenir l’opération « Bienvenue en Palestine » ainsi que la « Flottille pour Gaza » quelques jours auparavant. A l’instar de Yaron London, l’un des journalistes les plus en vue de la chaîne « Canal 10 », ils considèrent avoir remporté une victoire sur « une bande d’emmerdeurs ».

Hier, en début d’après-midi, quatorze des seize activistes belges encore retenus dans les prisons israéliennes ont pu embarquer à bord d’un avion de la compagnie Swiss. Aujourd’hui, ils seront deux à en faire de même, cette fois à bord d’un vol Alitalia.

« Kidnapping »

Dimanche, ces sympathisants pro-palestiniens avaient entamé une grève de la faim. « Notre but, explique David Dupire, contacté lors de l’escale de Zurich, était d’obtenir le document d’écrou par lequel les autorités israéliennes donneraient les raisons de notre arrestation et de notre expulsion. Cela n’a jamais été fait. C’est donc un kidnapping ».

Ainsi s’achève une opération qui devait, selon ses organisateurs, apporter un soutien aux Palestiniens. Commencé vendredi matin, le périple avait été stoppé net à l’aéroport de Tel Aviv. La quarantaine de Belges qui se rendaient à Bethléem n’avaient pu aller plus loin. Selon leurs témoignages, les arrestations ont parfois été musclées. « La cellule où nous étions enfermés à neuf faisait 8 mètres sur un », précise David Dupire.

Les Affaires étrangères belges ont fait savoir enfin qu’elles ne demanderont pas d’explications à Israël pour la détention de cinq Belges mineurs d’âge. Une visite des services consulaires belges dans les prisons avait permis de s’assurer que les conditions de détention étaient « convenables ».

DUMONT,SERGE,MARTIN,PASCAL
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.