Affaires DSK : Le rapport médical lâche le mot « viol »

Les contusions de Nafissatou Diallo confortent sa version des faits. © AP.

L’examen médical pratiqué sur Nafissatou Diallo quelques heures après son agression présumée par Dominique Strauss-Kahn, le 14 mai à New York, a conclu que la femme de chambre a pu être violée, rapporte mardi L’Express, en citant le rapport d’un hôpital new-yorkais. « Diagnostic : agression. Cause des blessures : agression, viol », mentionne le document.

L’auteur indique que Nafissatou Diallo est « en larmes » quand elle relate l’agression dont elle aurait été victime à l’hôtel Sofitel. La dernière page du document comporte un schéma de la zone vaginale de la victime, dont la partie inférieure – la « fourchette » – est hachurée à l’emplacement du traumatisme.

Par ailleurs, « elle souffre de l’épaule gauche mais, selon elle, beaucoup moins qu’en début d’après-midi », indique le rapport. Kenneth Thompson, l’avocat de Mme Diallo, avait affirmé, en juillet, que sa cliente avait subi une déchirure à l’épaule.

Ce document conforte l’une des accusations de Nafissatou Diallo, à savoir que DSK l’aurait violemment saisie à l’entrejambe. Pour les avocats de l’ex-patron du FMI, l’utilisation de ce rapport médical est « trompeuse et malhonnête », dès lors qu’il serait basé « presque exclusivement sur les propos » de la victime présumée. (afp)

AFP
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.