Le test BHV : ça passe ou ça casse

Négociations Le formateur, Elio Di Rupo, a commencé ses « bilatérales » mardi

Le formateur est à pied d’œuvre. Elio Di Rupo a commencé ses consultations mardi par une mise au point sur le budget 2012, au « Seize », avec Yves Leterme, Premier en affaires courantes. Il a entamé ensuite une série de rencontres bilatérales avec les présidents des partis qui ont accepté (en juillet dernier) d’entamer les négociations sur la réforme de l’Etat et sur la formation d’un gouvernement fédéral de plein exercice (huit au total, pour rappel : CD&V, VLD, SP.A, Groen, Ecolo, MR, CDH, PS).

Ces entretiens ont lieu dans les locaux de la présidence de la Chambre. Elio Di Rupo y a reçu mardi Alexander De Croo (VLD), ensuite Caroline Gennez (SP.A). C’est le tour aujourd’hui de Jean-Michel Javaux (Ecolo). Charles Michel est attendu jeudi, ainsi que Laurette Onkelinx et Joëlle Milquet (CDH). Enfin, Wouter Van Besien (Groen) rencontrera le formateur vendredi, cela avant, le jour même, dans l’après-midi, « le » premier vrai rendez-vous : une réunion à huit. Avec Wouter Beke, président du CD&V acteur clé dans la saga politico-communautaire. Objet principal de ce premier round de négociations ? BHV.

Tous en conviennent : rien ne sera possible sans régler le sort de l’arrondissement électoral. Alexander De Croo a déclaré qu’il fallait se hâter à cet égard, afin d’aborder les enjeux principaux, socioéconomiques. Caroline Gennez ne dit pas autre chose. Quant à Elio Di Rupo et Yves Leterme, eux aussi ont mis le doigt sur le problème crucial : ce n’est pas le gouvernement en affaires courantes mais bien les négociateurs qui sont appelés à confectionner le budget 2012, pour peu qu’ils ne calent dans les prochaines semaines sur… BHV.

COPPI,DAVID
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.