Gilbert choisit le « Barça » du vélo

Transfert Le Belge roulera chez BMC lors des trois prochaines saisons

C’était en Vendée cet été : un fameux trio de stars s’affichait au départ de l’étape du Tour, maillots distinctifs bien visibles. L’an prochain, Cadel Evans, Philippe Gilbert et Thor Hushovd seront réunis au sein de l’équipe BMC. © belga.

Littéralement harcelé, depuis la fin des classiques printanières, Philippe Gilbert est enfin parvenu à un accord à propos de son avenir. Légitimement demandé par les meilleures équipes du monde, le Remoucastrien a pesé les pour et les contre par rapport aux propositions qui lui avaient été émises et cela n’a pas été simple de choisir entre les deux dernières options qu’il avait retenues, Quick Step et BMC. Face à une presse oppressante et soucieuse d’en savoir plus avant lui, le champion des classiques a dû gérer une situation très délicate tout en œuvrant sur le terrain avec la même efficacité qu’en avril, dopant sa valeur marchande en même temps que son maillot jaune. « Mais je ne ferai pas de la surenchère si je réussis un bon Tour de France », avait-il confié dans l’intimité d’une discussion, l’avant-veille du départ en Vendée.

De fait, il ne l’a pas fait. D’autres ont agi avec moins de scrupules en ne respectant jamais la parole donnée, les silences obligés. On ne saura jamais qui a orchestré la fuite annonçant la fusion entre Omega et Quick Step, mais celui-là peut aujourd’hui se mordre les doigts car elle a déclenché une colère colossale du coureur qui voulait conserver pour lui les entretiens qu’il avait, entre autres, avec Patrick Lefevere. Ce dernier a failli le convaincre, notamment par sa science des classiques, de choisir Quick Step plutôt que BMC mais l’Ardennais, tel chat échaudé, craignait l’eau froide. L’idée de poursuivre sa carrière dans une structure en partie dirigée par des personnes qui ne l’avaient pas toujours soutenu chez Omega le dérangeait. L’offre financière était pourtant supérieure chez Quick Step mais il a choisi BMC, la meilleure équipe du monde qui regorge désormais de stars. Pourquoi ce choix plutôt que celle d’une formation entièrement vouée à ses desseins comme cela aurait été sans doute le cas au sein de la formation belge ?

Un « service course » à Monaco

Parce que depuis le début des discussions, le discours des responsables de BMC n’a pas changé d’un iota. Jim Ochowicz et John Lelangue souhaitaient recruter Gilbert pour conclure dans les classiques, ce que BMC n’a pas réussi à faire malgré l’engagement des Hincapie, Burghardt et autre Ballan. Depuis le début, aussi, il était entendu que Thor Hushovd, son ami d’entraînement à Monaco serait de l’aventure et que si Gilbert signait, Lelangue s’engageait à s’installer sur le Rocher en y créant un « service course » (matériel, encadrement, kiné, etc.) pour les deux stars de l’endroit, mais aussi pour le Britannique Adam Blythe, le prometteur coureur d’Omega qui rejoindra son chef de file. Des faveurs qu’il n’avait nulle part ailleurs. Un autre élément a fait définitivement pencher la balance : Cadel Evans. Depuis le titre arc-en-ciel conquis par l’Australien à Mendrisio avec l’aide du Belge, Evans n’a cessé de renvoyer l’ascenseur (notamment en Lombardie). Il a appris à Gilbert à gérer une course de trois semaines, et Philippe a appris au vainqueur du Tour à gicler dans une classique. Les deux hommes se complètent, s’entendent à merveille. Hushovd, Evans : de grands coureurs, des amis « sérieux ». Etait-ce vraiment le cas de Boonen chez Quick Step où une rivalité allait s’installer quoi qu’il advienne ? Non. Chez BMC, c’est trois ans de contrat et la promesse

d’un renouvellement semblable en 2014. Gilbert y terminera sans doute sa carrière tout en encadrant de sa science des courses d’un jour son compatriote Greg Van Avermaet et le prodige américain Taylor Phinney. BMC, c’est solide, loin de la confusion et des fusions autour du nébuleux projet Quick Step racheté par un mécène tchèque. Gilbert a choisi la sécurité, le « Barça » du cyclisme. Quoi de plus normal pour le meilleur coureur du monde ?

THIRION,STEPHANE
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.