Le Chat vient saler les JT

Télévision L’animal fétiche de Philippe Geluck fait sa mue en 3D à la télé

Voici Le Chat en 3D : il est plus expressif et il a enfi trouvé la voix, celle du comique français Jean-Yves Lafesse © PHILIPPE GELUCK 2011

Pouët ! Pouët ! Camembert ! Le Chat aura chaque jour 48 secondes d’antenne, en amuse-gueule des JT de la RTBF (dès ce soir), puis de France 2 (dans une semaine). Philippe Geluck a décidé de le lâcher en 3D sur le petit écran. La bête promet de mettre le public en état de déséquilibre comique.

« Après la météo et avant le JT, c’est ce qu’on appelle la case en diamant, se réjouit Philippe Geluck. Evidemment, 48 secondes, c’est très court mais ça fonctionne. On est dans la tradition absurde des Shadoks et de la “Minute nécessaire de M. Cyclopède” de Pierre Desproges. Ces programmes sont devenus mythiques. J’attends impatiemment le verdict du public. »

Le Chat animé cultive l’extravagance de l’image et du ton. En moins d’une minute, il est capable de passer de la 3D à la 2D ou de se la jouer « live » au zinc de bistrot. Sa Minute accueille aussi des guest-stars internationales comme la Vénus de Milo. On se frotte les yeux devant ce tour de force graphique.

« J’arrive à mettre jusqu’à quatre histoires dans un épisode. Le résultat est extrêmement dynamique. Cela m’évite d’avoir à tirer un gag en longueur. La force du dessin animé, c’est que le Chat est plus méditerranéen, plus expressif, plus baroque… J’ai travaillé quatre ans sur ce projet avec Jean Goovaerts. J’attendais de le rencontrer depuis vingt ans. Il m’a permis d’éclater les techniques, de ne pas rester enfermé dans la 3D pour rester plus proche de la diversité des albums, où l’on trouve aussi des gags en gravure ou en papier découpé. A l’arrivée, c’est bourré d’énergie narrative. »

Philippe Geluck a autoproduit lui-même les 150 premiers épisodes chez « Salut ! Ça va ? », son studio bruxellois, avec l’aide des Parisiens de « TeamTo » pour les séquences en 3D. Ils ont carburé au rythme fou d’un épisode tous les deux jours. Pendant que le bistrot Chez Roger était recréé en 3D à Paris, le véritable estaminet du Chat était, par exemple, filmé à Bruxelles…

Chez Roger, au Montmartre

« Il y a plusieurs séquences de sketches qui ont été tournées près de chez moi, place de la Petite Suisse, au Montmartre, confie Philippe Geluck. Ce bistrot a servi de décor aux gags de Chez Roger dans lesquels on ne voit évidemment jamais Roger comme dans la BD. En fait, dans cette série de dessins animés, on s’est offert du caviar avec la 3D, des patates avec des séquences bon marché en animation flash et, au café, on a mis du beurre salé par-dessus. C’est comme ça que c’est bon ! »

Antoine Chance, le propre fils de Philippe Geluck, a rythmé ces images endiablées d’une musique balkanique enregistrée en Macédoine avec la fanfare du Kocani Orkestar.

« Ce n’est pas du népotisme mais Antoine m’a proposé des thèmes formidables à la Kusturica. Je suis grand fan des Taraf de Haidouks, que j’écoute en boucle dans ma bagnole. Le Kocani Orkestar avait tourné avec eux. Dès qu’ils soufflent dans une trompette, il en sort quelque chose de fabuleux ! Antoine est allé chez eux avec ses musiques. Ils ont enregistré pendant trois jours dans la salle des fêtes. Il logeait chez l’accordéoniste. Ensuite, ils sont venus finaliser ça à Bruxelles. »

Il restait encore à donner la parole au Chat. Patrick Chaboud, complice de Philippe Geluck et souffre-douleur de Malvira, était tout désigné. Mais France 2 a réclamé une voix célèbre dans l’Hexagone. Jean-Yves Lafesse, le roi du canular téléphonique, a ouvert la bouche et ce fut l’évidence : « Il me fait péter de rire, dit Philippe Geluck, et il donne de l’âge au Chat qui est entré comme moi dans la cinquantaine. Qui sait après ça s’il ne va pas se voûter ! »

La minute du Chat dès ce lundi soir, à 19 h 25, juste avant le JT de la RTBF.

COUVREUR,DANIEL
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.