Kevin Borlée, 400 maître

Mondiaux Le champion d’Europe décroche le bronze et Jonathan la 5e place

Kevin Borlée s’arrache dans les derniers mètres de l’ultime ligne droite aux côtés de Kirani James et LaShawn Merritt. Dans quelques instants, il va franchir l’arrivée en troisième position. Son rêve est en train de s’accomplir. © ÉRIC LALMAND / BELGA.

DAEGU

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

C’était un rêve que l’on croyait un peu fou parce que la marche semblait si haute. Et pourtant… Dans la foulée du magnifique Grenadin Kirani James et du revenant US LaShawn Merritt, Kevin Borlée, un an après avoir conquis le titre européen, a réussi à se faufiler comme un maître sur le podium du 400 m des Mondiaux, mardi soir à Daegu. Et, dans l’histoire des championnats du monde, il a rejoint William Van Dijck, Mohammed Mourhit et le relais 4 x 100 m (avec sa grande sœur !) dans la petite confrérie des médaillés belges.

Comme l’an dernier à Barcelone, c’est dans la dernière ligne droite qu’il a réussi à faire la différence. Sorti en cinquième position du virage, il a alors passé la surmultipliée sans se désunir pour dépasser d’abord le Grenadin Rondell Bartholomew, puis le Jamaïquain Jermaine Gonzales avant de franchir la ligne en 44.90 derrière James (44.60) et Merritt (44.63).

Son bonheur aurait sans doute été plus complet s’il avait pu partager cet honneur avec son frère Jonathan. Mais les places étaient très chères et, au maudit couloir 8 qu’on lui avait une nouvelle fois attribué, celui-ci savait qu’en courant à l’aveugle, ses chances étaient forcément limitées.

Dans des conditions difficiles, il a pourtant été, lui aussi, remarquable. S’il n’a pas pu terminer comme son jumeau, il a tout de même réussi à accrocher une 5e place (45.07) pour laquelle il aurait sans doute signé en début de semaine.

Pourtant, c’est avec la tête basse qu’il a quitté le stade. Depuis qu’ils font de l’athlétisme, les frères Borlée ont appris à abhorrer les accessits. C’est sans doute pour ça que le bonheur de Kevin, aussi déçu de la « défaite » de Jonathan qu’heureux de sa propre victoire, a une fois de plus été très sobre. En pensant déjà très fort au relais de jeudi. Et aux Jeux olympiques de Londres.

VANDE WEYER,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.