En 1900, on nageait dans le canal, porte de Ninove

nageurs à la porte de Ninove

Le canal de Charleroi, qui assurait, en trois ou quatre jours,  le transport de la houille vers Bruxelles, dans des barges appelées « baquets de Charleroi »,  fut inauguré en septembre 1832. Il porte ce nom jusqu’à l’ancien lieu-dit «porte du Rivage», en avant de la porte de Ninove, jonction avec le canal de Willebroek. Il formait, à cet endroit, un bassin et dessinait un angle droit avant de repartir derrière les abattoirs, lesquels ont fait place, depuis, à l’Institut des Arts et Métiers de la Ville de Bruxelles – inauguré en 1932 – et au stade Vanderputten.

Le lieu était fréquenté par les pêcheurs et les jeunes du quartier, qui n’hésitaient pas à faire, dans le canal, un petit plongeon.

Dans son «Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles» (Legrain éditeur), Jean d’Osta nous raconte que : « La chaussée de Ninove n’étant pas ancienne, il n’y a jamais eu là une porte fortifiée (…) mais bien, dès 1816, un passage dans la vaste grille qui encercla Bruxelles jusqu’en 1860, date de la suppression des taxes de l’octroi, qui frappaient les marchandises entrant dans la ville. Cette porte, faite de barreaux de fer, était d’ailleurs flanquée de deux jolis pavillons de pierre destinés aux bureaux des employés des taxes communales. Ces pavillons avaient été primitivement ceux de la «porte Napoléon» (chaussée d’Anvers); ils furent démontés et transférés en 1820 à la porte de Ninove. »

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.