Descente dans les Bas-fonds, en 1933

Maison d'accueil congrès

Cet escalier monumental fait partie du panorama de la rue Royale. L’ensemble architectural,  réalisé par Jean-Pierre Cluysenaar, en 1847, assurait la connexion du tronçon de la rue Royale, nouvellement aménagé, avec le quartier des Bas-fonds, 15 mètres plus bas.

Le panorama vers le bas de la ville  se composait de deux places publiques en gradins. Légèrement inclinée, l’une accueillera la colonne du Congrès, mémorial à l’indépendance de la Belgique, l’autre un marché en style byzantin. reconverti en hospice faute de commerçants pour l’occuper.

L’OEuvre bruxelloise de l’hospitalité, créée en 1885, avait pour  but principal de donner provisoirement, trois nuits maximum,  un abri et la nourriture aux sans abris.  En 1886, l’oeuvre s’établit dans une des grandes ailes du marché couvert, en contrebas de la colonne du Congrès, près de ce quartier des Bas-fonds, l’un des plus pauvres  de la ville.

La rue principale de ce petit sous-quartier était la rue des Cailles, en bruxellois, la Kwakkelstroet. Cette rue était connue comme mal famée. A un tel point que le Conseil communal décida de changer le nom en rue des Denrées.

Au fil des années, les démunis des Bas-Fonds ont été expulsés vers les faubourgs en raison, entre autres, de la percée de la Jonction Nord-Midi, de la création du boulevard Berlaimont et du Pacheco, de la Cité administrative…

En 1955, l’ ancien marché couvert et l’escalier monumental en gradins sont ensevelis sous l’esplanade de la Cité dans l’indifférence générale.

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.