Décès : Willy De Clercq était un « monument politique »

© LIEVEN VAN ASSCHE/belga.

L’ancien vice-Premier, ministre des Finances et du Budget, commissaire et parlementaire européen libéral flamand, Willy De Clercq, est décédé vendredi à l’hôpital universitaire de Gand. Il était âgé de 84 ans. Tous les partis politiques lui ont rendu hommage vendredi. « Un monument de la politique », selon l’ancien ministre socialiste Willy Claes. « Un visionnaire qui s’est battu pour son pays et l’Europe », d’après Louis Michel, le ministre d’Etat (MR).

Figure de proue du libéralisme, Willy De Clercq était considéré par Guy Verhofstadt comme son père politique.

Après des études de droit, il entre à 25 ans sur les bancs du conseil communal de Gand. A 31 ans, il est élu à la Chambre. En 1966, il devient vice-Premier et ministre du Budget dans le gouvernement Vanden Boeynants. Cinq ans plus tard, il accède à la présidence du PVV, après la scission du parti libéral unitaire. Il redevient ministre, aux Finances, en 1973, dans la tripartite d’Edmond Leburton.

En 1979, il est élu au Parlement européen où il dirige la fédération des libéraux européens. C’est cette année-là qu’il lance son dauphin en politique : Guy Verhofstadt est promu président des libéraux flamands en 1981. Willy De Clercq quitte l’Europe pour rempiler, comme vice-Premier et grand argentier dans le gouvernement de Wilfried Martens, qui allait procéder à la dévaluation du franc.

Il devient commissaire européen, en charge du Commerce et des Relations internationales en 1984. Il siégera au Parlement européen jusqu’en 2004. Fait vicomte en 2006, il séjournait depuis 2007 dans une maison de repos. L’année où son petit-fils Matthias faisait ses premiers pas en politique. Il est échevin à Gand et député fédéral.

VANOVERBEKE,DIRK
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.