Trois impeccables prix Médicis

Littérature Mathieu Lindon lauréat pour son roman « Ce qu’aimer veut dire »

L’écrivain israélien David Grossman et l’écrivain journaliste français Mathieu Lindon sont les lauréats des prix Médicis 2011 du roman étranger et du roman français. © Martin Bureau/AFP.

On n’arrête plus de faire sauter les bouchons et de festoyer dans la petite cour pavée parisienne au fond de laquelle l’éditeur P.O.L. a ses bureaux. Hier, c’était en l’honneur de Mathieu Lindon, qui a décroché le prix Médicis pour son magnifique roman Ce qu’aimer veut dire, paru en janvier et traitant de la filiation ; le journaliste-écrivain y explique la difficulté qu’il y a à être le fils de Jérôme Lindon, le charismatique directeur des Editions de Minuit, et rend un très bel hommage à Michel Foucault chez qui il a habité. Mercredi, c’était pour féliciter Emmanuel Carrère, lauréat du prix Renaudot pour l’excellent Limonov.

Mathieu Lindon a été élu au premier tour de scrutin par cinq voix contre quatre à Dans un avion pour Caracas, de Charles Dantzig (Grasset).

« J’ai eu du mal à écrire ce livre, a dit le lauréat du Médicis du roman, parce que c’est quelque chose de si particulier d’avoir été si proche de ces deux êtres d’exception. J’ai juste raconté l’histoire d’un fils à qui la proximité d’un ami permet de s’éloigner de son environnement familial tout en tâchant d’en garder le meilleur. »

Et d’ajouter : « J’essaie de montrer ce qu’aimer veut dire, comment on apprend ce qu’aimer veut dire, comment au fil des années, on se fait de l’amour une idée plus précise ou plus imprécise, de sorte que peut-être il n’y a pas à différencier l’amour qu’on a pour un ami, l’amour qu’on a pour un père, l’amour qu’on a pour un amoureux et l’amour qu’on a pour un amant. »

Ces deux distinctions, importantes dans les prix littéraires, attribuées à P.O.L. sont aussi tout bénéfice pour Gallimard qui, en cette année de centenaire finissant, continue à engranger les récompenses, en son nom propre avec le Goncourt attribué à Alexis Jenni et le Médicis de l’essai à Sylvain Tesson, ou via les maisons d’édition où il a des parts, P.O.L. ou Mercure de France (prix Décembre). Ne lui a échappé que le Grand Prix du roman de l’Académie française, qui est allé à Sorj Chalandon pour Retour à Killybegs (Grasset).

A considérer le palmarès actuellement établi, on ne peut que se réjouir de l’excellence des choix des jurés. C’est tout profit pour les lecteurs, et donc pour la littérature.

Médicis étranger

David Grossman

Comme on comprend les jurés du Prix Médicis qui ont élu à l’unanimité l’écrivain David Grossman pour son magnifique roman, Une femme fuyant l’annonce. Un pavé magistral qui est une ode à la vie et à l’amour quand rôdent la peur de la mort et l’angoisse. L’Israélien s’est dit « surpris et très heureux » de recevoir ce prix en France. « C’est une grande satisfaction de voir qu’une histoire aussi intime, l’histoire d’une femme, résonne dans d’autres cultures et d’autres pays, a-t-il ajouté. La mort de mon fils Uri en 2006 m’avait anéanti, m’a fait m’interroger sur tout. Mais j’ai recommencé à écrire, pour continuer à vivre. » Son roman est de ceux qu’on n’oublie jamais, qui rendent plus humain.

Médicis essai

Sylvain Tesson

Ce livre fait son trou petit à petit, comme Sylvain Tesson s’est acclimaté à une rive du lac Baïkal pour en ramener Dans les forêts de Sibérie. L’apprentissage de la solitude et le temps arrêté remplacent le voyage, histoire de vérifier s’il existe une force capable de compenser l’habitude du mouvement « Quand je pense à ce qu’il me fallait déployer d’activité, de rencontres, de lectures et de visites pour venir à bout d’une journée parisienne », écrit Tesson, sidéré de constater comment le retour d’une mésange lui est précieux. Loin de tout, il est parfois envahi. Mais drôle quand il décrit une bande de Russes de passage : « Quand ils partent, je respire. Ils ont allumé le gyrophare en prévision d’un embouteillage. »

CAUWE,LUCIE,MAURY,PIERRE
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.