Chanteuse de rue vers 1930

REPRODUCTION

Depuis le début du XXe  siècle et jusque dans les années 40 et 50, la diffusion des chansons dans le grand public se fait beaucoup par la rue.

Des chanteurs ou chanteuses accompagnés de musiciens ambulants parcouraient les rues et les foires. Ils interprétaient des chansons bâties sur une ligne mélodique simple, facile à retenir. Les paroles devaient toucher soit la fibre sensible soit l’humour de l’auditeur qui, conquis, donnera  quelques pièces de monnaie.

Les musiciens vendent, sous forme de feuille volante, « le petit format » : le texte de la chanson  avec la ligne mélodique (sans l’accompagnement réservé au « grand format »).

Pierre Delanoë disait que :  « c’est à la vente du petit format que l’on mesure la popularité d’une chanson ».

Souvent grossièrement imprimé, le « petit format »  était destiné à des personnes qui ne savaient globalement pas lire la musique mais qui étaient intéressées  par la mélodie ou par le texte de la chanson. Il arrivait  parfois  que ces feuilles volantes soient très élégamment illustrées par des gravures, œuvres d’illustrateurs

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.