Indémodable la toupie!

toupies

Ces gamins du milieu des années 30 semblent passionnés par les performances de leurs toupies. Presque un siècle plus tard, elles tournicotent toujours dans les cours de récréation : dans un article de la rétrospective de fin d’année, le Soir avait classé la toupie parmi les objets de l’année 2010.

Dans sa chronique du 03/09/1991, Lancelot rappelait que ce jouet a traversé les siècles : « C’est un instrument privilégié de connaissance et d’action, un moyen de relation entre l’enfant et le monde. On en a trouvé dans des sarcophages égyptiens vieux de quatre millénaires, à Troie également et dans des vestiges précolombiens de Bolivie. La toupie est citée dans les plus vieux textes: Homère, Virgile, Aristophane en parlent. Et Platon en personne s’interroge, dans «La République», sur le point de savoir si l’axe de la toupie en mouvement est immobile ou non.

C’est le symbole de l’instabilité, de l’activité incessante, de l’imprévisible et, curieusement, de la grâce d’un personnage. Dans certaines îles de l’océan Pacifique, elle produit un son proche de la voix humaine, qui est utilisé dans des cérémonies religieuses ou guerrières.

Les Romains en firent un jeu de hasard, ramenant ainsi le symbole à un simple tourniquet de la fortune. Au XIIIe siècle, apparut la propulsion à l’aide d’une ficelle; notre Bruegel la représente ainsi dans son tableau «Jeux d’enfants». On utilise aujourd’hui des systèmes électromagnétiques. Mais tout ceci est moins touchant qu’un enfant qui crée lui-même sa première toupie…

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.