Trois de rang pour Lionel Messi

Ballon d’or L’Argentin fait aussi bien que Platini

Lionel Messi, entre Dani Alves,Lothar Matthaüs, Alex Ferguson et Pelé, avait le triomphe modeste. © FABRICE COFFRINI/AFP.

N’était-ce déjà fait ? Leo Messi s’est encore un peu plus imposé dans le Panthéon du football lundi en rejoignant Cruijff, Platini et van Basten dans le club très fermé des joueurs ayant décroché 3 Ballons d’Or. Mieux, par ce troisième trophée individuel reçu à Zurich aux dépens des autres finalistes, Cristiano Ronaldo et Xavi Hernandez, Messi devient le deuxième joueur, après Platini, à obtenir 3 Ballons d’Or de suite.

Où s’arrêtera le prodige du Barça ? La question est sur toutes les lèvres après ce 3e sacre indiscutable qui récompense une nouvelle année faste marquée par la quête de 5 trophées (Ligue des champions, Supercoupe d’Europe, Mondial des clubs, championnat, Supercoupe d’Espagne) alors que celui de 2010 pouvait être discuté, Messi n’ayant pas gagné le Mondial à la différence d’Iniesta et Xavi.

Certes, ce dernier possède le même palmarès mais le milieu catalan pouvait difficilement rivaliser avec le phénoménal Leo, qui évolue sur une autre planète depuis plusieurs saisons.

Un verdict sans appel

Le résultat final du vote des journalistes, sélectionneurs et capitaines des équipes nationales a donc été sans appel : 47,88 % des voix pour Messi, 21,60 % pour Ronaldo et 9,23 % pour Xavi.

A 24 ans, le natif de Rosario est bien parti pour faire tomber toutes les barrières et sa place dans le Panthéon du ballon rond semble d’ores et déjà assurée.

Il y a d’abord les chiffres, impressionnants : 59 buts et 37 passes décisives en 2011, toutes compétitions confondues, avec en prime un titre de meilleur buteur de la Ligue des champions (12 réalisations dont une en finale contre ManU).

Mais il y a surtout autre chose, cette facilité à dribbler, à se faufiler dans les défenses adverses et à réussir les gestes les plus insensés. A l’heure des physiques de déménageurs, Messi avec son gabarit passe-partout (1,69 m, 67 kg) a ressuscité une certaine idée du football et incarne presque à lui seul la philosophie de jeu enseignée à la Masia, le centre de formation du Barça.

Buteur, passeur, dribbleur, Messi sait tout faire en donnant toujours le sentiment de ne jamais rien forcer et il est bien parti pour engranger d’autres trophées comme l’a prédit Cruijff : « Messi sera le joueur à gagner le plus grand nombre de Ballons d’or. Il en gagnera 5, 6, 7, il est incomparable. »

La question qui va se poser désormais est celle de la place de Messi par rapport à ses illustres prédécesseurs. S’il a rejoint Platini et dépassé Cruijf et van Basten, l’Argentin s’inscrit dans la lignée de la légende albiceleste Maradona. Mais pour égaler voire dépasser El Pibe de Oro, Leo devra briller avec sa sélection nationale et se montrer sous son vrai visage lors d’un Mondial, son prochain défi. (d’après afp)

les lauréats

Ballon d’Or. Lionel Messi (Arg, FC Barcelone).

Meilleur entraîneur de l’année. Josep Guardiola (Esp, FC Barcelone).

Equipe type de l’année. Casillas (Esp, Real Madrid) – Sergio Ramos (Esp, Real Madrid ), Vidic (Srb, Manchester Utd), Piqué (Esp, FC Barcelone), Dani Alves (Bré, FC Barcelone) – Xavi (Esp, FC Barcelone), Xabi Alonso (Esp, Real Madrid), Iniesta (Esp, FC Barcelone) – Messi (Arg, FC Barcelone), Rooney (Ang, Manchester Utd), Cristiano Ronaldo (Por, Real Madrid).

Prix Ferenc Puskas. (plus beau but) Neymar (Bré).

Meilleure joueuse de l’année. Homare Sawa (Jpn).

Meilleur entraîneur de football féminin de l’année. Norio Sasaki (Jpn), sélectionneur du Japon.

Prix du président de la Fifa. Alex Ferguson.

Prix du Fair-play. La Fédération japonaise de football.

AFP
Cette entrée a été publiée dans Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.