Nokia ouvre la page Microsoft

Télécoms Lancement du Lumia 800

Quelques semaines après d’autres pays, la Belgique découvrira le 1er février le premier appareil Nokia issu du rapprochement et de la collaboration avec Microsoft. Au finlandais l’aspect hardware, à l’américain le système d’exploitation.

« Je suis le numéro un mondial du téléphone mobile, mais j’ai raté le train de l’évolution et mes ventes sont en baisse. Toi, tu n’es nulle part dans ce secteur, mais tu as de l’ambition à revendre, un système d’exploitation intéressant et de colossaux moyens financiers : on se marie ? » C’est peut-être sous cette forme qu’ont débuté les négociations ayant abouti, voici un an, à l’annonce de l’accord entre les deux géants.

Au troisième trimestre 2011, les smartphones basés sur l’OS de Microsoft ont vu leur part de marché mondial diminuer de 2,7 à 1,5 %, selon Gartner. Pour Nokia, la part de gâteau était supérieure, mais pas l’évolution : les appareils tournant sous Symbian, l’OS retenu majoritairement par le fabricant finlandais, avaient chuté en un an de 36,3 à 16,9 %. De quoi susciter des questions : le mariage de deux « perdants » peut-il donner un gagnant ? Mais aussi : est-ce que, dans les faits, Microsoft ne détient pas les rênes du pouvoir chez Nokia ?

Depuis plusieurs semaines, de persistantes rumeurs – démenties – évoquent une prochaine complète prise de contrôle de Nokia par l’entreprise américaine. On n’en est pas là. Et le nouvel OS mis au point par Microsoft – Windows Phone – équipe des appareils d’autres marques (HTC, Samsung…). « Nokia est le numéro un mondial de la téléphonie mobile, rappelle Philippe Rogge, directeur général de Microsoft Belux. Son engagement derrière Windows Phone va permettre de populariser ce système d’exploitation et de le faire découvrir à un large public, ce qui, à terme, pourrait être bénéficiaire aux autres acteurs. De notre côté, nous insistons sur l’aspect complet et stratégique de notre engagement. Surtout que d’ici quelques mois, Windows 8 va complètement unifier l’expérience utilisateur sur PC, téléphone, console de jeu et tablette. »

Pour les deux entreprises, le lancement du Lumia 800 sur le marché belge représente un cap important. « Nous lançons cet appareil sur le marché belge moins d’un an après l’annonce de notre collaboration avec Microsoft, souligne Xavier Bonnier, directeur général de Nokia Belux. Les premières réactions démontrent la qualité du travail engrangé en douze mois. »

Contrairement à Android, qui ne cache pas ses similitudes avec l’iOS d’Apple, le système Windows Phone joue la carte de la différence non seulement avec l’intégration des logiciels Microsoft (Office, Bing…), mais aussi une interface originale axée sur les contacts. « Windows Phone est “people centric”, indique Philippe Rogge. Pas besoin de lancer une application Facebook ou Twitter pour savoir ce que font ses amis. » Cette approche détermine aussi la cible visée par les deux entreprises : un public plutôt jeune. Le Nokia Lumia 800 (500 euros) sera commercialisé par trois opérateurs (Belgacom, Telenet et Base) et plusieurs chaînes (Vandenborre, Fnac, MediaMarkt, Krëfel, The Phone House…). Il sera rejoint dès le 1er mars par le Lumia 710. « Initialement, ce modèle sera proposé en exclusivité par nos boutiques, indique Jean-Marc Capitaine, directeur chez Belgacom. Son prix de 299 euros le destine plutôt aux jeunes adultes, aux universitaires ayant quitté la maison… »

Voici peu encore synonyme de téléphonie mobile, Nokia va devoir conquérir de jeunes consommateurs imprégnés des campagnes d’Apple et Samsung. Un défi difficile, mais qui semble pouvoir être atteint grâce aux moyens mis en œuvre : le bureau d’études IHS prévoit que, d’ici 2015, on pourrait vendre plus de smartphones tournant sous Windows Phone que d’iPhone. Pas sûr qu’Apple soit d’accord.

DESALLE,PHILIPPE
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.