Jean Polak, dernier fantôme de l’Atomium

Architecture Décès d’un bâtisseur de l’Expo 58

L’édifice le plus spectaculaire jamais construit en Belgique aura nécessité à peine 18 mois d’études et 18 mois de chantier : un tour de force. © Le Soir.

Jean Polak était le dernier bâtisseur de l’Atomium encore en vie. Il s’est éteint à Uccle, le 16 février, à 91 ans. Avec son frère André, l’architecte Jean Polak était un ami proche de l’ingénieur André Waterkeyn. En 1954, Waterkeyn était venu les trouver avec cette idée folle de construire un cristal de fer géant en métal comme symbole de la future Exposition universelle de Bruxelles. Encore fallait-il faire tenir ces sphères ensemble et arriver à équilibrer le projet dans l’espace. Pendant de nombreuses nuits, Waterkeyn et les frères Polak vont réfléchir à la manière de positionner les boules et de les faire tenir en équilibre.

« Nous n’avons pas pensé tout de suite au système de bipodes pour soutenir l’édifice, nous avait confié Jean Polak en 2008, à la fin du chantier de rénovation de l’Atomium. C’est à la sixième esquisse que cette solution est apparue naturellement. Les études de base ne comportaient pas de bipodes. La stabilité était assurée, au départ, par un gigantesque anneau de béton. »

Les frères Polak avaient ensuite créé une maquette pour tester le bâtiment en soufflerie. L’Atomium avait une dimension et une forme révolutionnaires dans l’univers de la construction. « Il fallait que le public puisse circuler dans les boules mais on ne voyait pas très bien comment y accéder. Et puis le budget était très serré. Tout en trouvant les esquisses très jolies, on se demandait combien cela allait coûter. Quel tonnage d’acier serait nécessaire ? Et il fallait que tout soit terminé dans les délais. Aucun retard ne pouvait être toléré ».

Le résultat final de ce défi à l’apesanteur restera comme un tour de force de l’ingénierie belge. L’Atomium est la construction la plus étonnante jamais entreprise par Jean Polak mais il regardait toujours son apport personnel avec modestie : « Pour moi, cela reste avant tout comme le résultat d’un formidable travail d’équipe et une carte de visite irremplaçable dans ma carrière. Après l’Atomium, mon frère et moi avons construit à Bruxelles la Grande Poste de la place de la Monnaie, le nouvel immeuble de l’Innovation, le World Trade Center… »

COUVREUR,DANIEL
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.