Accident d’un car belge en Suisse : 28 morts dont 22 enfants

© AFP

Un bus belge s’est encastré dans la paroi d’un tunnel en Suisse. Le car transportait des enfants de Lommel et Heverlee. Les blessés sont dans un état grave.

Vingt-huit Belges, dont 22 enfants, ont trouvé la mort mardi soir dans un tragique accident d’autocar belge survenu à Sierre, dans le canton du Valais. Il s’agit du plus grave accident de la route jamais survenu en Suisse.

Le véhicule, avec 52 personnes à bord, qui circulait en direction de Sion, a percuté à 21H15 une paroi du tunnel autoroutier entre les sorties est et ouest de Sierre.

Le car a dévié de sa trajectoire pour une raison qui demeure inconnue, et s’est encastré dans la paroi du tunnel.

Des écoliers âgés d’une douzaine d’années et provenant de deux écoles avaient pris place à bord de cet autobus après avoir séjourné dans la région. Ils devaient regagner la Belgique après des vacances de neige.

Le car roulait à très grande vitesse

L’autocar roulait visiblement à grande vitesse sur un tronçon doté de tunnels où la vitesse est normalement limitée. Après être descendu dans la plaine, le chauffeur s’est engagé sur l’autoroute A9 en direction de Sion/Lausanne.

Deux kilomètres plus loin, pour une raison indéterminée, l’autocar s’est déporté sur sa droite et a heurté la bordure de la chaussée. Il a ensuite percuté de plein fouet un mur en béton situé à l’extrémité d’une place de secours.

Ce choc frontal a été d’une extrême violence. L’avant de l’autobus a été fortement endommagé, bloquant de nombreux occupants, a indiqué la police dans un communiqué.

24 enfants blessés

De très importants moyens sanitaires, des pompiers et des policiers ont été immédiatement envoyés sur place. L’autoroute a été fermée dans les deux sens. Plusieurs personnes ont dû être désincarcérées. Les blessés ont été transportés par hélicoptère et ambulance dans différents centres hospitaliers.

Le bilan de ce terrible accident est très lourd : 22 enfants d’une douzaine d’années sont décédés ainsi que 6 adultes. Vingt-quatre enfants ont été blessés. L’identification formelle des victimes est en cours.

Des psychologues sont sur place pour accompagner les familles dès leur arrivée.

D’énormes moyens ont été déployés, soit 60 pompiers, 15 médecins, 100 secouristes, 12 ambulances, 8 hélicoptères, 3 remorques et 3 psychologues.

Des enfants d’écoles primaires

Les enfants impliqués dans l’accident, provenaient des écoles primaires « ’t Stekske » à Lommel (22 enfants de 6e primaire et deux enseignants) et « Sint-Lambertus » à Heverlee, ont indiqué respectivement l’échevin de l’Enseignement, Geert Jansen (Open VLD), et le porte-parole de la police locale de Louvain, Marc Vranckx.

Sept enfants néerlandais de l’école « ’t Stekske » à Lommel figurent également parmi les passagers.

Vingt-deux enfants et deux enseignants de l’école primaire de Lommel se trouvaient à bord du car. L’identité des victimes décédées n’est néanmoins pas encore connue. Les cours ont été suspendus à l’école de Lommel mais les parents sont accueillis au sein de l’établissement.

« Pour les parents des élèves qui se trouvaient dans le car, un bus arrive à l’école afin de les transporter vers l’aéroport de Melsbroek, où deux avions ont été affrétés pour les amener en Suisse », avait précisé le bourgmestre de Lommel, Peter Vanvelthoven.

Les enfants se rendaient autrefois en train en classes de neige ; depuis deux ans, les voyages se font en bus, pouvait-on apprendre mercredi matin à l’école.

Un accueil temporaire avait été créé pour les parents qui arrivaient à l’école de Lommel. Un psychologue est également présent à l’école.

À l’école d’Heverlee, la direction de l’école a reçu les parents avec les enseignants, encadré de psychologue et médecin. Les enfants ont été dirigés vers la partie maternelle de l’école pour y être accueilli. La police louvaniste a pour sa part indiqué avoir prévenu tous les parents. Elle leur a proposé un soutien du service d’aide aux victimes ou de psychologues de l’hôpital universitaire de Gasthuisberg. Un plan d’intervention médical a également été mis en place par la ville de Louvain.

Le nombre d’enfants blessés ou décédés en provenance de Hervelee n’a pas non plus pu être déterminé, selon le porte-parole de la police.

La société du bus a une excellente réputation

Le secrétaire d’État à la Mobilité, Melchior Wathelet, a confirmé sur La Première que le bus accidenté appartenait à la société Toptours d’Aerschot.

« C’est une entreprise qui a une excellente réputation dans le secteur routier. Les chauffeurs étaient arrivés la veille et ont passé la journée sur place avant de prendre la route. Il semble donc bien que la législation sur les temps de conduite ait été respectée », a dit M. Wathelet.

Une cellule de crise

« L’accident de bus en Suisse, très grave, a fait un nombre élevé de victimes dont des personnes qui sont décédées. En raison de la gravité des faits, le ministre des Affaires étrangères a décidé d’ouvrir le Centre de crise », a annoncé depuis Hanoi, Michel Malherbe, porte-parole du ministre des Affaires étrangères.

Didier Reynders a confirmé que les Affaires étrangères allaient ouvrir un numéro de crise, dès 9h : 02 501.40. 00. Jusque-là, un contact est possible auprès de la police suisse : 0041 848 112 117

Notre portfolio

Rédaction en ligne (avec Belga)
Cette entrée a été publiée dans Belgique, Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.