Le premier président algérien Ben Bella s’est éteint

Ahmed Ben Bella. Une page de l’histoire du post-colonialisme se tourne. © DR

Le premier président de l’Algérie indépendante Ahmed Ben Bella est décédé mercredi à l’âge de 96 ans, a annoncé l’agence officielle APS, citant les membres de sa famille.

Ahmed Ben Bella qui a présidé aux destinées de l’Algérie au lendemain de son indépendance de 1962 à 1965, est décédé à son domicile familial. Avant son décès, il avait été admis pour un malaise à l’hôpital militaire de Ain Nadja, dans la banlieue Est d’Alger.

Natif du Maroc en 1916, Ahmed Ben Bella avait dirigé l’Algérie de 1963 à 1965 avant d’être renversé par un coup d’état militaire mené par son chef d’état-major Houari Boumediene qui lui succédera à la tête de l’Etat algérien jusqu’en 1978, date de son décès.

Assigné à résidence à Alger puis à M’Sila, à 250km au sud d’Alger, Ahmed Ben Bella avait été libéré en 1980 par le président Chadli Ben Djedid.

Il avait alors pris le chemin de l’exil en Suisse avant de revenir définitivement en Algérie en 1997.

Ahmed Ben Bella était un partisan du panarabisme et vouait une grande admiration pour l’homme qui incarnait cette idéologie, l’Egyptien Gamal Abdenasser.

AFP
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.