Du pavillon Malibran à la maison communale d’Ixelles

Les archives photographiques du Soir recèlent quelques pépites. Nous avons envie de vous faire partager ce patrimoine. Chaque vendredi nous publions un de ces témoignages de notre passé.

REPRODUCTION

Le financement de la rénovation de la maison communale à Ixelles suscite quelques remous politiques.

A l’origine ce bâtiment communal était un  hôtel particulier, situé sur l’actuelle place Fernand Cocq. Sa construction débuta en 1833, commandée par le violoniste et compositeur Charles de Bériot  à l’architecte Charles Vander Straeten. Bériot voulait y vivre avec la célèbre cantatrice Maria Malibran.

Le 27 août 1849, la commune d’Ixelles racheta le pavillon Malibran à Charles de Bériot pour 82.500 francs en vue d’y installer la maison communale. Le style néo-classique du bâtiment fut altéré par l’adjonction d’un pignon à horloge et la fermeture de la rotonde. Les caves servaient de prison communale.

Sur la photo prise vers 1900 on voit le tram hippomobile  Bourse-Ixelles à son terminus devant le Pavillon  Malibran. Le pavillon fut encore transformé par les aménagements de 1905 et 1909.

Le journaliste du  Soir  est allé voir le résultat des ces transformations ( 21 novembre 1910) :    « Le public qui a visité le pavillon Malibran réédifié a admiré le buste de la célèbre artiste, placé dans la salle des sections. Il avait été prêté obligeamment par le Cercle artistique et littéraire. L’administration communale d’Ixelles s’est flattée un instant de l’espoir de pouvoir le conserver. L’image de La Malibran semblait bien à sa place dans cette maison à laquelle on a gardé le plus possible le caractère de l’ancienne demeure de la cantatrice. Mais le buste appartient à la ville de Bruxelles qui l’a prêté au Cercle. Alors le cadeau devient problématique. Cependant, la rivalité entre les pompiers des deux communes ne devait pas empêcher cela. Si on consultait La Malibran elle-même, elle demanderait à rester à Ixelles. La droite pourrait peut-être obtenir une bonne parole de Sainte-Cécile ! Le Cercle artistique, conclut la « chronique des travaux publics », sera certainement accessible à l’argument sentimental. Il n’est pas certain que la Ville de Bruxelles y soit rebelle. »

Le buste de Maria Malibran réalisé par Jacques Jaquet orne toujours la salle du Conseil communal dont le mobilier fut conçu Jules Brunfaut en 1894.

María-Felicia García, qui a connu la célébrité sous le nom de son premier mari Eugène Malibran, était une célèbre mezzo-soprano d’origine espagnole (1808 – 1836). Morte prématurément des suites d’une chute de cheval, elle repose dans un mausolée au cimetière de Laeken .

 

 

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.