Facebook fait un flop en Bourse : Le titre perd près de 10 % lors de son deuxième jour de cotation

En vendant une partie des actions de la société qu’il a créée, Mark Zuckerberg (au centre) a fait une bonne affaire. Les acheteurs, moins… © Ap.

L’euphorie de la fin de semaine dernière est déjà bien loin. Ce qui était annoncé comme l’introduction en Bourse de l’année, voire de la décennie se transforme en véritable flop. L’action Facebook chutait de 9,6 % lundi à 21h00. Vendredi, pour son premier jour de cotation, elle n’avait déjà pas vraiment brillé. Elle avait fait illusion quelques minutes progressant d’une douzaine de pour cent avant de vite retrouver son niveau d’introduction et de terminer la séance avec une maigre hausse de 0,61 %. Grâce au soutien des banques d’affaires américaines qui pilotaient l’introduction en Bourse, elle n’était néanmoins pas passée sous la barre de son cours d’introduction, soit 38 dollars. L’honneur était sauf. Mais pas pour longtemps.

Ce lundi, privé de ce soutien, le cours est largement passé sous cette barre symbolique puisqu’il a touché les 33 dollars, soit – 13 %. Les spéculateurs qui pariaient sur une explosion du cours les premiers jours pour revendre illico presto en sont pour leurs frais.

Facebook n’a même pas l’excuse d’un contexte boursier général difficile. Toutes les grandes places financières américaines et européennes étaient légèrement dans le vert ce lundi. Cette contre-performance semble plutôt donner raison aux nombreuses analystes et investisseurs qui ont, tout au long des dernières semaines, fait part de leur scepticisme par rapport au prix astronomique que certains sont prêts à payer pour la société. Pour rappel, le cours d’introduction du réseau social valorisait l’entreprise à 104 milliards d’euros, soit 107 fois son bénéfice. Un multiple qui n’avait plus été rencontré depuis les folles années de la bulle internet. Beaucoup d’investisseurs semblent aujourd’hui estimer que l’action Facebook est beaucoup trop chère par rapport au potentiel futur de la société.

L’entreprise de Menlo Park (Silicon Valley) aurait pu éviter ce four en s’en tenant à ses plans initiaux. La semaine dernière, on avait assisté à un véritable emballement. La société avait revu à la hausse la fourchette dans laquelle devait se situer le prix d’introduction (de 28-35 dollars, on est passé à 34-38) ainsi que le nombre d’actions émises (421 millions de dollars au lieu de 337 millions). Lorsqu’il avait fallu fixer le prix de l’action la veille de l’introduction, c’est encore le haut de la fourchette (38 dollars) qui avait été retenu.

MUNSTER,JEAN-FRANCOIS
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.