1939 : inauguration de la Chapelle Reine Elisabeth

Les archives photographiques du Soir recèlent quelques pépites. Nous avons envie de vous faire partager ce patrimoine. Chaque vendredi nous publions un de ces témoignages de notre passé.
 
REPRODUCTION
 
Le concours reine Élisabeth fête ses 75 ans avec une session de violon. Sa réputation reste toujours aussi prestigieuse en raison de son exigence. Sa particularité consiste à isoler, pendant une semaine,  les lauréats finalistes à la Chapelle musicale reine Élisabeth. Ils ont l’obligation d’étudier un concerto imposé inédit. La Chapelle Musicale a été inaugurée le 12 juillet 1939 par le roi Léopold III et la reine Élisabeth.  Elle se donnait pour mission de former une élite de musiciens.Le journaliste Albert Bouckaert avait visité le domaine à Argenteuil :Le Soir du 11 juillet 1939 : « La Chapelle musicale de la reine Elisabeth dresse ses murs clairs et joyeux au centre d’une vaste propriété sise en bordure de la chaussée de Mont-Saint-Jean, à environ 1.200 mètres de la lisière sud de la forêt de Soignes. Terrain et bâtiment ont été offerts à la Reine par un mécène qui désire conserver l’anonymat. Autour de la construction s’étendent de verts gazons sertis de plates-bandes polychromes. Un joli groupe statuaire – une « Léda au cygne » – occupe le centre d’un bassin où dort une eau limpide. Au nord, et à l’est, de généreuses frondaisons limitent la vue. Au ssud, au contraire, le regard aperçoit, à travers un rideau de hauts peupliers, le Lion de Waterloo, fièrement campé sur son tertre. L’endroit est calme et reposant, à souhait, propice à l’étude et à la méditation.Meublée et décorée avec infiniment de goût – la Reine choisit elle-même les meubles, les lustres et les tentures – la Chapelle renferme notamment huit appartements (…) destinés aux élèves, une salle à manger commune, un vaste hall de réunion pouvant être transformé en salle de concert, des salles de cours et quelques appartements qui seront mis à la disposition des professeurs étrangers de passage (…) »

Paul Tinel a lui assisté à l’inauguration :

Le Soir du 13 juillet 1939 :   « Le public qui se réunissait, mardi soir, dans l’auditorium de la Chapelle musicale reine Elisabeth et qui était admis, le concert terminé, à visiter les locaux, s’est trouvé sous le charme du plus aimable des accueils, dans une salle où les Muses vont désormais être conviées à d’harmonieux rendez-vous.

(…) Se livrer à l’étude de la musique dans une telle retraite constitue une joie sans borne. Les élèves quittent le carrefour bruyant du monde pour entrer dans le sanctuaire silencieux de la solitude. (…)

(…) les invités eurent, dès l’abord, l’occasion de prendre contact avec un nouveau groupement de musique de chambre : le « Quatuor de la reine Elisabeth » (…)

Dans la loge royale, avaient pris place le Roi, la reine Elisabeth, la duchesse de Bavière, la baronne Carton de Wiart et le baron de Launoit, commissaire général de l’Exposition de Liège. A l’issue du concert, l’élégant, mondain et très officiel parterre des invités, où se remarquaient plusieurs personnalités belges et étrangères, se rendit au buffet. Ce fut l’instant où le Roi et le reine Elisabeth s’entretinrent avec les membres du corps diplomatique, avec son doyen, le nonce apostolique et avec les ministres à portefeuille. »

Le Soir du 18 juillet 1939 nous informe sur les conditions d’admission à la Chapelle. Les musiciennes de talent n’étaient pas admises, il fallait être de sexe masculin !

« Les demandes d’inscription au concours d’admission devront être adressées au directeur de la chapelle avant le 15 septembre et les récipiendaires devront satisfaire aux conditions suivantes :

a)      Etre belge ou naturalisé Belge, du sexe masculin ;

b)      Etre âgé de 18 ans au moins et de 25 ans au  plus au 1er janvier de l’année du concours d’admission ;

c)      Avoir rempli les obligations militaires ;

d)      N’être affecté d’aucune maladie contagieuse ou infectieuse ;

e)      Etre célibataire

f)        Avoir obtenu dans un conservatoire royal un prix de virtuosité pour l’instrument, un premier prix d’harmonie, un premier prix de musique de chambre et un premier prix d’histoire de la musique ;

g)       Avoir terminé la troisième année d’études dans un athénée royal ou une école moyenne. (…) »

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.