En 1935, quand Molenbeek était le « Manchester belge »

Les archives photographiques du Soir recèlent quelques pépites. Nous avons envie de vous faire partager ce patrimoine. Chaque vendredi nous publions un de ces témoignages de notre passé.
REPRODUCTION
 
Molenbeek a connu un développement spectaculaire après la construction du canal de Charleroi qui a été inauguré en 1832. Par ce canal furent acheminés le charbon et les matériaux qui ont contribué à son essor industriel et à l’installation de nombreuses industries. Surnommée « Le Manchester belge » vers 1870, la commune connaissait une belle prospérité mais la grande majorité des habitants,  des ouvriers étaient très pauvres.De grands travaux ont été, plusieurs fois, entrepris pour augmenter le gabarit des bateaux et, dans le  Soir 3 avril 1937, Roger Crouquet va interviewer le bourgmestre de Molenbeek,  Louis Mettewie : « L’élargissement du canal de Charleroi à la Porte de Ninove M. Mettewie, bourgmestre de Molenbeek nous signale l’importance des travaux»« Les commerçants de la Porte de Ninove sont loin d’être satisfaits. Depuis près de dix ans, en effet, les travaux entrepris en vue d’agrandir et de rectifier le tracé du canal de Charleroi ont transformé ce quartier de Molenbeek en un vaste chantier de construction. Nous nous sommes rendus sur les lieux et nous avons écouté les doléances des plaignants qui nous ont fait constater que toute activité commerciale avait dû être abandonnée, en raison même des travaux qui , en réalité, ont formé un îlot désertique entre le nouveau et l’ancien pont de la Porte de Ninove. Le passage à cet endroit a sensiblement diminué et les affaires s’en ressentent évidemment. Nous avons posé à M. Mettewie, bourgmestre de Molenbeek, quelques questions au sujet de cet état de choses. M. Mettewie nous a confirmé que les travaux du canal de Charleroi avaient été entamés fin 1927.- Ils ne sont pas encore complètement terminés, actuellement, nous dit le maïeur. Il reste, en effet, encore quelques ouvrages à exécuter aux abords immédiats de la Porte de Ninove. Partout ailleurs la mise à grande section du canal avec les ouvrages qui en dépendent peut être considéré comme définitivement réalisée. (…)-   Que comportaient ces travaux ?

-  Les travaux en question comportaient : la construction de murs de quai, dont l’un, celui de la rive gauche a reçu un collecteur pour l’écoulement des eaux de toute la partie ouest de l’agglomération : Anderlecht, Molenbeek, etc. la suppression de l’écluse de la rue Heyvaert ; la construction d’une grande écluse à la chaussée de Ninove ; la rectification du tracé du canal entre la rue des Gaillettes (Vossegat) et le Quai du Hainaut, de manière à supprimer le coude que formait le canal du côté de l’Abattoir de Bruxelles ; la suppression des écluses de la Porte de Flandre et de la Place Sainctelette et, enfin la construction de plusieurs nouveaux ponts.

- Ces travaux compliqués et difficiles devraient se poursuivre tout au long des Quais de l’Industrie, de Mariemont, du Hainaut et des Charbonnages, et nécessitaient, en outre, une percée vers la rue Verrept-de Keyser. Ils intéressaient donc un quartier entièrement bâti dans lequel se trouvaient de nombreux établissements industriels. On comprend que, dans ces conditions, il était difficile pour l’Etat de les exécuter sans léser les intérêts privés. La commune fut la première à devoir en prendre largement sa part. »

 
Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à En 1935, quand Molenbeek était le « Manchester belge »

  1. Ping : Un esempio di riconversione riuscita: la Brussels Event Brewery | Vivere Bruxelles