Tsilla Chelton quitte « Tatie Danielle » et rejoint Ionesco

C’est une sacrée gueule d’atmosphère qui s’en va, à 93 ans, 60 ans après ses débuts. © Belga

C’est à Bruxelles que Tsilla Chelton, 93 ans, a rendu dimanche son dernier souffle. La comédienne française aura marqué, durant plus d’un demi-siècle, les mondes du théâtre, du cinéma et de la télévision.

Si le grand public l’associe depuis 1990 à Tatie Danielle, le film d’Etienne Chatiliez dans lequel elle prêtait ses traits grimaciers au personnage d’une vieille dame parfaitement odieuse, l’histoire retiendra que Tsilla Chelton, née à Jérusalem le 21 juin 1919 et élève du mime Marceau, fut intimement associée, sur les planches et dès le début des années 50, à l’œuvre théâtrale de son ami Ionesco. Elle fut de l’aventure de pas moins de onze pièces du maître roumain. En créant dès 1952 le personnage féminin des Chaises, pièce qu’elle jouera durant plus de quarante ans, et pour laquelle elle finira par décrocher le Molière de la comédienne, en 1994. C’est elle aussi qui créa en 1962 le personnage de Marguerite, première épouse du roi Bérenger Ier dans ce qui est aujourd’hui considéré comme l’un des classiques du vingtième siècle, Le Roi se meurt.

Tsilla Chelton fut aussi la première femme, en France, à jouer Bertold Brecht. C’était avec Michel Serrault, Michel Piccoli et Laurent Terzieff. Elle enseigna plus tard l’art dramatique, en formant notamment Jugnot, Lhermitte ou Michel Blanc.

Dame Pipi, Mémé Zezette, doyenne des Dominicaines…

Le cinéma aimait cette silhouette de clown un peu dingue, qui osait tout et à qui l’on donna souvent des (seconds) rôles pas piqués des hannetons, des films d’Yves Robert (Alexandre le bienheureux, Bébert et l’omnibus) au Distrait, de Pierre Richard, à la madame Pipi de C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule ou à Mémé Zezette, dans La Soif de l’or.

Plus récemment, Stijn Coninx lui offrit le joli rôle de la doyenne des Dominicaines, dans Sœur Sourire. Tsilla Chelton venait de tourner, au printemps dernier – et encore une fois en Belgique – dans un film en costumes (Landes) qui devrait sortir début 2013. Les spectateurs belges se souviendront aussi d’elle comme l’une des figures récurrentes de la série télé de la RTBF Melting Pot Café, qui se déroulait dans le quartier des Marolles.

Tsilla Chelton en quelques dates

1952 Les Chaises, pièce de Ionesco.

1962 La Guerre des boutons, film d’Yves Robert.

1962 Le Roi se meurt, pièce de Ionesco.

1967 Alexandre le bienheureux, film d’Yves Robert.

1990 Tatie Danielle, film d’Etienne Chatiliez.

1991 En conduisant Miss Daisy, pièce d’Alfred Uhry.

2007 Melting Pot Café, série télé.

2008 Sœur Sourire, film de Stijn Coninx.

2008 La Boîte de Pandore, film de Yesim Ustaoglu.

NICOLAS CROUSSE
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.