Apple offre un petit frère à son iPad

Phil Schiller, vice-président marketing chez Apple, présente le nouvel iPad mini lors d’une présentation mardi, à San Jose. AP Photo/Marcio Jose Sanchez

La version légèrement miniaturisée de la tablette sera vendue dès le début novembre à partir de 329 euros

Plus fin et plus léger. » Ces quelques mots sont devenus l’incontournable leitmotiv marketing de toute présentation de nouveaux produits par Apple. Ils étaient de nouveau omniprésents mardi, alors que la firme américaine présentait son nouvel iPad mini, une version en taille réduite de sa tablette à succès, ainsi que de nouveaux modèles d’ordinateurs.

Comme la rumeur le laissait entendre depuis plusieurs semaines, c’est donc bien l’iPad mini qui a été présenté à San Jose, en Californie, lors d’une grand-messe dont Apple est friand, face à une audience de médias et de fans. La nouvelle tablette a une diagonale d’écran de 20,1 centimètres contre 24,6 pour les versions précédentes. Comme la troisième génération d’iPad, lancée en avril, cet Ipad mini est doté d’un écran de haute résolution et toutes les « applis » fonctionnant sur les versions précédentes seront compatible avec cette nouvelle tablette.

« Ceci est l’iPad mini, a indiqué Philip Schiller, le patron du marketing chez Apple, lors de cet événement qui était retransmis en direct sur le Net, une première pour la firme à la pomme. Ce n’est pas juste un iPad réduit, c’est une conception entièrement nouvelle, » a-t-il ajouté en vantant les mérites d’un appareil « qui tient dans une seule main. » L’iPad sera vendu en Belgique à partir de 329 euros dès le début novembre.

Cent millions d’iPad écoulés

Fidèle à une tradition bien établie, Apple a également asséné une kyrielle de chiffres records. Ainsi, deux ans et demi à peine après son lancement, en 2010, la firme a déjà vendu pas moins de cent millions de ses tablettes. Et malgré les innombrables produits commercialisés par ses concurrents, Apple affirme que 91 % du trafic web généré par l’ensemble des tablettes émane de ses iPad.

Par ailleurs, six mois après son lancement, la troisième mouture de l’iPad classique a déjà reçu un premier lifting. Sans augmentation de son prix, ce modèle disposera d’un processeur plus performant, d’un wifi amélioré, du nouveau connecteur « lightning », comme l’iPhone 5, et d’une compatibilité étendue avec les réseaux 4G.

Les marchés financiers ne semblent cependant pas avoir été excessivement impressionnés par l’annonce d’Apple. Beaucoup d’analystes estiment d’ailleurs qu’Apple, qui avait longtemps snobé les versions en taille réduite des tablettes, ne lance un tel produit aujourd’hui que dans l’espoir de ne pas se laisser distancer sur ce nouveau segment de produit, où des concurrents comme Google, avec son Nexus et Amazon, avec son Kindle Fire, pourraient séduire des consommateurs qui envisagent d’acquérir une tablette. L’action Apple a d’ailleurs enregistré un léger repli en fin de séance.

Des doutes qui ne semblaient guère habiter l’assistance, à San Jose. Comme à l’accoutumée, tout y fut ovationné sans état d’âme, y compris les publicités pour les nouveaux produits et la litanie des records chiffrés. Surprenante mise en abyme, le public a même applaudi une vidéo montrant la foule applaudissant l’ouverture d’un Apple store, lors de la vente des premiers iPhone 5.

Vers la septième génération de l’iMAC : Apple, leader américain de l’ordinateur

Si les annonces concernant les tablettes ou les smartphones attirent plus la convoitise des consommateurs que les ordinateurs traditionnels, lors des shows d’Apple, la firme reste cependant un poids lourd dans ce secteur. Mardi, son patron, Tim Cook, a indiqué qu’Apple était désormais numéro un sur le marché américain tant pour les ordinateurs de bureau que pour les portables. Apple a présenté un nouveau modèle de Mac Book 13 pouces, pesant quasiment un demi-kilo de moins que son prédécesseur et qui est à son tour doté d’un écran retina, à haute performance. Elle a aussi annoncé la septième génération de l’ordinateur iMac, qui sera commercialisé d’ici la fin 2012.

ALAIN JENNOTTE
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.