Avec Windows 8, Microsoft joue à quitte ou double

Le nouvel environnement Windows 8, avec ses vignettes dynamiques, équipe déjà la nouvelle tablette Microsoft. Le consommateur qui adoptera le nouveau système devra également s'habituer à cette nouvelle interface sur son ordinateur. © AFP

Vingt-sept ans après la naissance de la toute première version de Windows, Microsoft va jouer très gros, ce vendredi, avec le lancement international d’une nouvelle version de son système d’exploitation, la huitième.

« Un lancement extrêmement important pour nous, explique le responsable Windows chez Microsoft Belgique, Jean-Benoît Van Bunnen. Windows est l’un des piliers de Microsoft. Il représente un quart de notre chiffre d’affaires et interagit avec la plupart des services que nous proposons au consommateur. »

Le lancement de Windows 8 arrive en point d’orgue d’un renouvellement très large de toute la panoplie des logiciels de la firme de Redmond, parmi lesquels les nouvelles versions de Windows serveur et de la suite bureautique Office.

Parmi les « innovations » de Windows 8, on mentionnera la disparition du bouton « Démarrer » et la présence à l’écran d’une série de vignettes colorées permettant d’atteindre aisément les fonctionnalités dont on a le plus besoin.

Pour l’occasion, le cofondateur de Microsoft, Bill Gates, est monté au front. Dans une interview publiée sur le site de l’entreprise, il a affirmé qu’avec Windows 8, Microsoft allait « entrer dans le monde du tactile ».

Une petite phrase qui rappelle tout l’enjeu de ce lancement médiatisé. Car s’il reste dominant dans l’univers des PC, avec une part de marché d’environ 90 %, Windows est à la traîne sur les segments du marché en pleine croissance, celui des smartphones et des tablettes, où Apple avec son système iOS et Google avec Android lui ont taillé des croupières.

Windows 8 a donc été conçu dans l’espoir de faire converger tous ces univers et de proposer au consommateur un environnement unifié, qu’il utilise son ordinateur équipé de Windows, la nouvelle tablette Surface de Microsoft ou les smartphones dotés de son système mobile.

Reste à convaincre les utilisateurs d’ouvrir leur porte-monnaie et de migrer vers le nouveau système. Pari loin d’être gagné. Selon les estimations de Microsoft, près d’un ordinateur sur quatre en Belgique fonctionne encore sous Windows XP, une ancienne version du système d’exploitation. Ce qui veut dire que des millions d’utilisateurs, tant à la maison qu’en entreprise, ont tout simplement zappé Windows Vista et Windows 7, les deux versions qui ont été commercialisées par Microsoft après XP. Microsoft devra donc se montrer persuasif pour qu’ils ne décident pas, une fois de plus, de faire l’impasse sur son nouveau produit.

Pour pousser ces utilisateurs à faire la mise à jour, Microsoft table sur le renouvellement d’anciens ordinateurs par des modèles sur lesquels Windows 8 sera préinstallé. Il a également annoncé que le support technique de Windows XP, et notamment les mises à jour de sécurité, s’éteindrait au-delà d’avril 2014.

Ce n’est pas le seul challenge qui attend Microsoft avec la sortie de Windows 8.

L’interface profondément remaniée du système pourrait désorienter de nombreux utilisateurs. Une perspective qui n’inquiète pourtant pas le géant du logiciel : « Dans le monde de l’informatique, tout changement est déstabilisant, reconnaît Jean-Benoît Van Bunnen. Mais les gestes de base à apprendre pour faire la transition vers Windows 8 ne devraient poser de problèmes à aucun utilisateur. C’est ce qui est ressorti des milliers de tests que nous avons réalisés en créant la nouvelle version de notre système d’exploitation. »

ALAIN JENNOTTE
Cette entrée a été publiée dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.