La citadelle de Namur au temps de Léopold II

Les archives photographiques du Soir recèlent quelques pépites. Nous avons envie de vous faire partager ce patrimoine. Chaque vendredi nous publions un de ces témoignages de notre passé.
 
Citadelle de Namur
 

Le roi Léopold II  avait prononcé la démilitarisation partielle de la place forte militaire en 1891. Il a visité plusieurs fois, en compagnie de son architecte Monsieur de Courtange, le site de la Citadelle et avait compris l’intérêt touristique que représentaient les lieux.

En 1892, Monsieur de Courtange vient présenter,  au Conseil communal, la possibilité d’installer, à La Plante, un funiculaire menant au plateau des Lunettes, et d’y construire une petite ville dans le style grec.

Dès 1893,  un projet d’aménagement de la partie haute de la Citadelle s’élabore, à l’instigation du bourgmestre Henri Lemaître, mais sous les auspices de Léopold II, qui charge alors Elie Laîné, son architecte de jardins, de dresser le plan général pour la création d’un parc de 70 hectares.

L’Esplanade de la Citadelle où se déroulent de nombreux évènements sera construite par l’architecte Georges Hobé en 1909-1910.

Le Soir du samedi 12 mars 1955 rappelle le rôle joué par Léopold II dans la transformation de la Citadelle de Namur.

Le « complexe attractif » de la citadelle de Namur

« Voici exactement cent ans on lisait dans les annales de la province qu’un fâcheux accident était arrivé au tir aux pigeons « sur » le château de Namur. Le comte Baillet, gouverneur de la province, y avait reçu par suite de la maladresse d’un agent de police, une charge de plomb dans la cuisse gauche. Ce qui prouve qu’un tir aux pigeons attirait déjà à l’époque la jeunesse namuroise et ses invités sur les hauteurs de la citadelle.

 

Mieux encore. Un guide du touriste et du cycliste, édité à Namur en 1896, écrit exactement ceci : « A plusieurs reprises, accompagné de son ingénieur de confiance, le Roi (Léopold II) a parcouru incognito le vaste plateau de l’ancienne forteresse et a vu le premier l’immense parti qu’on pouvait en tirer. En payant à la fois de sa personne et de sa bourse, il a fait dresser des plans, tracer des jardins pour mettre en valeur cette poétique et ancienne oasis. Une conception magnifique est sortie toute organisée de son ingénieux et fécond cerveau. Grâce à sa haute influence, les deux lunettes des fortifications actuelles ont changé de destination. Un hôtel s’y érige avec salle de fêtes, de concerts, de réunions familiales, table d’hôte et de restaurants. A côté se sont établies des installations hydrothérapiques complètes d’après les méthodes les plus récentes et notamment l’application perfectionnée du système Kneipp. Autour de l’hôtel, sur plusieurs hectares s’étaleront les jardins, avec champs de courses et des attractions de tout genre ».

 

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.