Et si on parlait de l’émigration?

Depuis que l’immigration occupe l’espace et le temps médiatiques, le terme d’émigration a quasiment disparu. Au mieux, les autorités et la presse parlent de « migration », ce qui implique que des gens se déplacent d’un point à un autre. Mais généralement, un seul point retient réellement l’attention : le lieu d’arrivée des migrants. Les caméras se déclenchent lorsque ceux-ci atteignent Lesbos ou se noient au large de Lampedusa. Ou lorsqu’ils ont franchi le Rio Grande et qu’ils errent sur les routes de l’Arizona.
Mais d’où viennent-ils? Que fuient-ils? Qu’ont-ils vécu durant leur errance au travers de plusieurs pays? La réponse est le plus souvent vague et l’intérêt furtif. Comme si cette question de l’origine des migrations et du périple migratoire était insignifiante ou subsidiaire. Continuer la lecture

Publié dans afrique, Analyse, droits de l'homme, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Venezuela, la fin d’un monde

Chaos économique, pénuries, manifestations, violences, répression: le Venezuela, comme le décrivait hier l’envoyée spéciale du Soir, Anne Proenza, est au coeur de la tempête. En dépit de l’urgence des autres sujets – terrorisme, Corée du Nord, Donald Trump – qui accaparent son attention, la communauté internationale est sur le qui-vive.
Ce pays de 31 millions d’habitants n’est pas une quelconque république bananière. Il possède les plus grandes réserves d’hydrocarbure connues au monde. Pendant près de vingt ans, Caracas a aussi été la capitale d’une idéologie, le chavisme, du nom de son inspirateur, le commandant Hugo Chavez, qui ambitionnait de servir de modèle « nationaliste révolutionnaire » à la gauche et au Tiers-monde. Sa descente aux enfers a dès lors des implications idéologiques, économiques et stratégiques qui dépassent largement ses frontières. Continuer la lecture

Publié dans Amérique latine, Analyse, droits de l'homme, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Qui est ce Dr. Seuss, le dessinateur préféré de Melania Trump?

La Première Dame des Etats-Unis, Melania Trump, a distribué des livres de Dr. Seuss, l’un des plus célèbres “cartoonists” américains, lors de son séjour en Israël. En mars, elle s’était rendue dans un hôpital new yorkais pour lire des extraits d’un de ses livres, Oh!The Places You’ll go, “un de mes préférés”", disait-elle, à des enfants malades. Mais qui est Dr. Seuss, alias Theodor Seuss Geisel? En fait, un des adversaires les plus résolus d’America First, un mouvement qui, dans les années 1930, plaidait pour l’isolationnisme américain et flirtait dangereusement avec les fascismes européens.

Voici ce que j’écrivais à son propos dans mon livre sur les correspondants de guerre américains lors de la bataille des Ardennes, Objectif Bastogne. Car Dr. Seuss, il y a 73 ans, était en Belgique, engagé au sein du Signal Corps, dans une unité de production de films de propagande! Il faisait partie de ces “artistes de combat” qui accompagnèrent l’armée américaine dans sa guerre contre le nazisme. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, antisémitisme, droits de l'homme, Etats-Unis, extrême droite, littérature | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mexique: “Qu’ils nous tuent tous”!

L’assassinat du journaliste Javier Valdez Cardenas le 15 mai a produit un choc immense au Mexique et, bien au-delà, au sein de la communauté internationale de la liberté de la presse. Le fondateur de RioDoce, un hebdomadaire publié à Culiacan, capitale de l’Etat de Sinaloa, était une véritable institution, une référence internationale. Mardi, son assassinat a été dénoncé lors de la plénière du Parlement européen à Strasbourg. Le Service européen d’action extérieure lui a rendu hommage. L’ambassadrice des Etats-Unis a condamné. Et partout, en Amérique latine, les témoignages de collègues, d’amis, choqués, indignés, ont afflué.
Depuis des années, Javier Valdez enquêtait sur l’emprise des cartels de la drogue qui ravagent son pays, rongent ses institutions et déforment son économie. Une tâche à haut risque, accomplie dans l’entre-chien et loup angoissant où se meuvent narco-trafiquants, hommes d’affaires véreux, policiers ripous et politiciens corrompus.
Dans son livre, Narcoperiodismo, paru l’année dernière, Javier Valdez témoignait des dilemmes, des doutes, des peurs, qui l’accompagnaient dans cette spécialité si particulière du narco-journalisme. Qui est qui? Qui croire? Et plus encore, jusqu’où aller dans les enquêtes? Comment écrire? Quels mots utiliser? En 2010, un autre journaliste, directeur d’un quotidien de Ciudad Juarez, une ville située à la frontière avec des Etats-Unis, en avait eu assez de se poser ces questions et il avait carrément demandé aux barons de la drogue de dire clairement ce qu’ils voulaient que l’on publie ou non. « Vous êtes les autorités de facto de cette ville, écrivait-il, puisque nos représentants légitimes se sont révélés incapables d’empêcher que nos collègues soient assassinés ». Continuer la lecture

Publié dans Amérique latine, droits de l'homme, droits humains, Journalistes, terrorisme | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Macron et la Realpolitik des droits de l’homme

Dimanche soir, lorsque le nom du candidat d’En Marche! est apparu sur les écrans de télévision, les tweets diffusés par les « droits-de-l’hommistes » n’ont laissé aucun doute sur leur « parti pris ». « Macron a vaincu de manière décisive, en défendant des valeurs de liberté et en refusant de copier l’extrême droite », a réagi Kenneth Roth, le directeur de Human Rights Watch. « Nous sommes soulagés, a déclaré Dimitris Christopoulos, président de la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme), en prévenant toutefois que « sans s’attaquer à ce qui le nourrit, l’accident fasciste avec lequel la France flirte depuis 15 ans restera un risque ».
L’issue de cette élection rompt, en tout cas, avec une cascade de mauvaise nouvelles pour le mouvement des droits de l’homme. Le règne de Vladimir Poutine, le raidissement de la Chine, les satrapies d’Afrique et d’Asie centrale, dessinent une carte inquiétante des libertés. La guerre civile en Syrie, les attaques de groupes se réclamant de l’Etat islamique en Irak, en Afrique, en Europe, ou encore les violences des gangs criminels au Mexique, y ajoutent des taches rouges de barbarie. Et que dire de la dérive autoritaire en Turquie? Ou de l’Egypte, suffoquant sous le joug du maréchal Sissi, à des années lumière des espoirs suscités par les jeunes rebelles de la place Tahrir?
Dans cette ambiance plombée, la victoire inattendue de Donald Trump, en novembre dernier, a eu l’effet d’un coup de massue. Le mouvement des droits de l’Homme, qui s’estimait déjà déçu par Barack Obama, se retrouve face à un Président qui, au nom de « L’Amérique d’abord », rompt avec l’internationalisme libéral qui inspirait son prédécesseur démocrate. Le 3 mai, le secrétaire d’Etat Rex Tillerson a confirmé que les droits humains seraient subordonnés aux intérêts économiques et stratégiques des Etats-Unis. Rideau sur la doctrine des droits de l’homme proclamée par le président Jimmy Carter dans son célèbre discours de l’Université Notre Dame en mai 1977. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, droits humains, France, Relations internationales, terrorisme | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« Blanc bonnet, bonnet blanc »? La panne du discernement

Ils se valent? Le refus de Jean-Luc Mélenchon, dimanche soir, d’appeler clairement et directement à un front républicain contre le Front national, l’a exposé à l’accusation boomerang que les populistes, qu’ils soient de gauche ou de droite, eux aussi « se valent ». Mercredi, le porte parole de la France insoumise a un peu corrigé le cap, proclamant que « pas une voix ne doit aller au FN ». Mais le malaise persiste, car peut-on réellement écarter le risque d’une victoire de Marine Le Pen sans prôner de voter pour son rival?
L’Eglise catholique se trouve devant le « même dangereux non-choix », notait Vincent Jauvert dans l’hebdomadaire L’Obs, amenant l’éditorialiste du quotidien La Croix à déplorer « le silence relatif de l’Eglise » et à rappeler « l’opposition fondamentale du christianisme aux thèses du Front national ».   Continuer la lecture

Publié dans extrême droite, France | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tous pour un, un pour tous, ici et là-bas

Bruxelles 22 mars, Paris 13 novembre, New York 11 septembre : chaque pays commémore avec une émotion intense les anniversaires des attentats qui l’ont frappé sur son propre sol. Ce « patriotisme » du souvenir et de la compassion est naturel, légitime et nécessaire. La proximité géographique et humaine est un facteur puissant d’empathie. Chacun ressent qu’il aurait pu faire partie des victimes, que d’une certaine manière, son propre monde était visé. Et beaucoup de citoyens choqués connaissent directement ou indirectement des personnes qui ont été fauchées, blessées, traumatisées par les attentats.
Ce sentiment intime, personnel, débouche sur une fusion émotionnelle collective qui, pour un moment, éteint les polémiques partisanes, gomme les frontières communautaires et élimine les barrières sociales. Pour autant que les attentats ne débouchent pas sur la stigmatisation de certaines communautés et qu’elles ne trouvent personne, au sein de celles-ci, pour les justifier. C’est dans cette communion autour des valeurs de la vie humaine et de la solidarité que le terrorisme trouve sa défaite. Les groupes comme l’Etat islamique visent en effet à faire exploser la zone de diversité, de complexité, de dialogue et d’entraide qui, en séparant les extrêmes, garantit l’existence de sociétés civiles et civilisées. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, terrorisme | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Jefferson: « La sécurité de tous dépend d’une presse libre ». Une leçon pour Donald Trump

Au stand de tir des populistes américains, les journalistes sont dans la ligne de mire. Pan! Les membres de la presse sont des « pressestitués ». Bang! « Des voyous ». Boum! Des « ennemis du peuple ». Donald Trump en a fait le clou de son show…médiatique. Il suffit qu’il prononce le nom du New York Times ou de CNN pour que la foule s’excite et appelle au lynchage. Ses conférences de presse sont devenues des conférences contre la presse.
L’histoire des relations entre la Maison Blanche et les journalistes a rarement été sans nuages. Mais jamais un Président ne s’en était pris avec autant de virulence à une institution qui est au coeur de la démocratie américaine. « La sécurité de tous réside dans une presse libre », avait pourtant prévenu le président Jefferson à l’aube de la République.
Cette liberté, sacralisée par le Premier amendement de la Constitution, s’exprime dans un univers médiatique évidemment plus complexe que celui dénoncé par Donald Trump. Les cibles de l’ire présidentielle, des institutions vénérables, comme le New York Times ou le Washington Post, et des revues de qualité, comme le New Yorker ou Politico, cohabitent avec la « yellow press » (la « presse jaune », sensationnaliste), la « télé-poubelle » et des publications people ou extrémistes qui lui servent de pom-pom girls. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, Etats-Unis, Journalistes | Marqué avec , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Populismes: à la recherche du temps perdu

Les lumières se sont éteintes depuis quelques semaines déjà au Forum économique mondial de Davos et, sans surprise, le monde continue à mal tourner. Pendant que des chefs d’Etat et des PDG péroraient luxueusement sur l’état du monde, les mouvements de fond annonciateurs de tsunamis et de tempêtes n’ont fait que se renforcer.
Et pourtant, il y a longtemps que des alarmes ont résonné, que des Cassandre ont crié, que des électeurs ont maugréé. Mais, à force de ne pas être entendues, les critiques et les frustrations se sont inévitablement, dangereusement, transformées en hargnes et en ressentiments. Venues de la gauche de la gauche, des forêts zapatistes du Chiapas et des forums sociaux de Belo Horizonte, les incriminations de l’ultra-libéralisme débridé avaient pourtant été cooptées par des penseurs pondérés, comme les Prix Nobel d’Economie Paul Krugman ou Joseph Stiglitz. Sans réussir, toutefois, à ébranler les certitudes des ayatollahs du marché libre et de l’argent fou, sacrés nouvel « horizon indépassable de l’humanité ». Continuer la lecture

Publié dans Analyse, Etats-Unis, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Quelle “grandeur” pour l’Amérique?

Le 20 janvier, les caméras qui filmaient la cérémonie d’inauguration de Donald Trump ont furtivement montré un nonagénaire au sourire bienveillant, vêtu d’un imperméable beige : l’ex-Président démocrate Jimmy Carter. Qu’aura-t-il donc pensé de cette journée qui consacrait l’entrée à la Maison Blanche d’une personne radicalement hostile aux idées qu’il avait jadis prônées?
Il y a 40 ans, en effet, le 22 mai 1977, à la tribune de la prestigieuse Université de Notre Dame, Jimmy Carter avait prononcé un discours historique sur les droits de l’homme, qui plaçait la défense des libertés au coeur de la diplomatie américaine. On était alors en pleine guerre froide et la « doctrine Carter » fut immédiatement dénoncée par les régimes communistes, qui y décelaient une ruse pour les discréditer, et par les dictatures de droite, qui se voyaient ainsi exclues du « monde libre ». Elle fut par contre vivement applaudie par Amnesty International et par tous les dissidents et opposants démocratiques, de Prague à Santiago du Chili, du Caire à Pretoria.
Après les tragédies et les divisions de la guerre du Vietnam, après le scandale du Watergate, Jimmy Carter voulait  « rendre sa grandeur à l’Amérique », en fondant sa politique étrangère sur les valeurs proclamées par les Pères Fondateurs. Mais durant ses quatre années de présidence, la droite américaine n’eut de cesse de l’étriller comme « une invitation à la malfaisance des ennemis de l’Amérique ». Il est vrai que son bilan fut très ambigu. Appliquée de manière hésitante, la doctrine fut fragilisée par la victoire de la Révolution islamique en Iran et par celle des sandinistes au Nicaragua, qui détournèrent à leur profit le combat contre des satrapies pro-occidentales. Elle fut sapée par l’intervention de l’Union soviétique, en décembre 1979, en Afghanistan. Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire