Donald Trump, le caudillo d’une Amérique désemparée

« L’un des défauts des Etats-Unis, disait l’illustre diplomate George Kennan, c’est de penser que tout le monde veut devenir comme eux ». Et c’est sans doute avec cette idée en tête que le président Obama s’est rendu à La Havane en mars dernier. En pensant que la normalisation avec Cuba allait inévitablement propager le modèle américain dans le dernier réduit du communisme en Amérique latine.
C’est au contraire une forme très latino-américaine de la politique, le caudillisme, qui semble conquérir les Etats-Unis, comme l’écrit Omar Encarnacion dans la très sérieuse revue Foreign Affairs. Comment ne pas voir dans la morgue, la forfanterie, la tchatche de Donald Trump et même dans ses cheveux gominés, des relents de péronisme (Peron dirigea l’Argentine de 1943 à 1955) et de varguisme (du nom de l’ex-président brésilien Getulio Vargas), avatars sud-américains des fascismes européens? Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Etats-Unis, Non classé | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

ONU: la bande des Dix a de nouveau frappé!

Actualisation samedi 28 mai ! La bande des 10 n’est plus qu’à 9. Dans un revirement incroyable et bienvenu, l’Afrique du Sud a revu hier le vote négatif qu’elle avait adopté jeudi, au sein du Comité des ONG de l’ONU, à l’encontre du Comité pour la protection des journalistes, qui demandait pour la 7ème fois son statut d’observateur aux Nations Unies. Le ministère sud-africain des Affaires étrangères a évoqué une “malentendu” et s’est référé à la complication des procédures pour justifier son premier vote.

En tout cas, l’Afrique du Sud se replace fermement dans le camp des “oui”. “Le CPJ accomplit un travail remarquable et impeccable dans le domaine de la promotion et de la protection des journalistes”, note le communiqué, qui se termine par un appel à voter “oui” lors de la prochaine session de l’ECOSOC, en juillet, au cours de laquelle la candidature du CPJ sera mise au vote parmi les 54 membres, dont la Belgique. La composition de l’ECOSOC est plus large que le Comité des ONG (19 membres) et dès lors plus représentative des Etats qui défendent officiellement la liberté de la presse.

Le rejet du CPJ avait provoqué jeudi et vendredi de très nombreuses réactions de la part des groupes de défense de la liberté de la presse, comme Reporters sans frontières, la Fédération européenne des journalistes ou encore Freedom House. Plusieurs gouvernements s’étaient aussi exprimés, dont les Etats-Unis par la voix de Samantha Power, ambassadrice à l’ONU. Interrogée sur ce vote de jeudi, Mme Power avait reconnu que “lire un rapport du CPJ n’était pas nécessairement la manière la plus agréable de passer une soirée”. Elle se référait aux critiques dont les Etats-Unis étaient parfois l’objet de la part du CPJ, mais elle insistait sur la nécessité pour les membres de l’ONU de respecter un de principes les plus fondamentaux, inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Nous n’avons pas amendé le texte que nous avions publié vendredi et qui critiquait le gouvernement Zuma…

 

Jeudi, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) (1) s’est vu une nouvelle fois refuser son accréditation à l’ONU. Dix des 19 Etats membres de la Commission des ONG ont tout simplement dit « non ». Ils ont évoqué des questions administratives dignes de Kafka pour camoufler ce qui est en réalité une profonde hostilité à l’encontre d’une organisation qui pourrait venir renforcer le camp des défenseurs des libertés au sein, notamment, du Conseil des Droits de l’Homme. Le CPJ a introduit sa demande en 2012 et bute depuis contre une coalition d’Etats communistes, « socialistes », islamiques ou nationalistes endurcis qui n’ont pas du tout envie que l’on “protège les journalistes”.
Les noms des « non » ne surprennent guère en effet. On y retrouve l’Azerbaïdjan, le Burundi, la Chine, Cuba, le Nicaragua, le Pakistan, la Russie, le Soudan, le Venezuela, mais aussi l’Afrique du sud du président Zuma, piètre héritier de Nelson Mandela, qui lui s’était battu pour la liberté de la presse.
Le CPJ a quand même reçu 6 voix pour: la Grèce, la Guinée, Israël, la Mauritanie, les Etats-Unis et l’Uruguay. L’Inde, l’Iran et la Turquie se sont abstenus. Cette décision ne reflète donc pas, comme certains le proclament ou l’insinuent, une fracture entre l’Occident et le reste du monde. Elle démontre que la candidature du CPJ a été appuyée par des gouvernements de gauche, comme la Grèce ou l’Uruguay, et de droite, comme Israel, au Nord comme au Sud. Certains de ces pays, d’ailleurs, n’ont pas été épargnés par le regard critique de l’organisation. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Face à Erdogan, aveuglement et servitude volontaires

Les relations avec la Turquie donnent une idée de la confusion dans laquelle l’Union européenne se débat depuis des années. Qui peut comprendre la volonté de « relancer » le processus d’intégration, alors que le président Erdogan affirme clairement qu’il ne partage aucune des valeurs censées fonder le projet européen? Alors que les arrestations de journalistes se multiplient et qu’elles semblent orchestrées pour provoquer l’Union européenne et prouver le manque de principes de ses dirigeants?
En amenant l’Union à négocier dans la panique un accord migratoire bancal et, selon des ONG, illégal, Erdogan a brisé le miroir aux illusions européen. « Vos proclamations démocratiques, dit-il en substance à l’Europe, ne sont qu’une posture condamnée à se convertir en imposture sous la pression de vos peurs ou de vos intérêts ». Et c’est avec morgue qu’il assiste au spectacle de ces chefs d’Etat et de gouvernement qui s’affolent et de ces millions d’électeurs embrigadés par des partis populistes qui nient les « valeurs européennes » au nom de l’ « identité européenne ».
Mais si Erdogan a mis a nu le Vieux Continent, il s’est dévoilé totalement lui aussi, confirmant une trajectoire personnelle et politique qui n’a jamais dévié de son objectif ultime: l’instauration d’un régime « illibéral » d’inspiration musulmane en Turquie, revanche contre 90 ans de kémalisme et de laïcisme honnis.
Au début des années 2000, l’Europe a choisi l’aveuglement volontaire, engagée dans son projet irréfléchi d’élargissement, emportée par son dogmatisme économique ultra-libéral, cornaquée par le grand frère américain alors si proche d’Ankara. Mais si la droite libérale s’est trompée sur Erdogan, présenté comme un « démocrate musulman » comme il y a des « démocrates-chrétiens » belges ou allemands, une certaine gauche s’est elle aussi illusionnée. Au début des années 2000, elle a résumé la Turquie à Orhan Pamuk ou Elif Shafak, à cette brillante communauté libérale d’Istanbul, mille fois plus européenne que des millions d’Européens engoncés dans leurs nostalgies nationalistes, mais tellement minoritaire. Elle a joué sur la mauvaise conscience d’une partie de l’opinion européenne, en accusant de bigoterie chrétienne ou d’égoïsme social ceux qui exprimaient leurs doutes sur l’adhésion d’un « pays de 75 millions de musulmans ». Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, Relations internationales, Union européenne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Contre le terrorisme, l’oxygène du journalisme

Les médias sont « l’oxygène du terrorisme », disait Margaret Thatcher, dont la liberté de la presse n’était pas vraiment la tasse de thé. Ils sont aussi, n’en déplaise à dear Maggie, parmi les cibles préférées des tueurs. L’année dernière, selon le Comité de protection des journalistes, 40% des journalistes assassinés l’ont été par des terroristes islamistes qui ne supportaient pas l’oxygène du journalisme.
Le Prix de l’UNESCO pour la liberté de la presse, qui sera remis le 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse, est d’ailleurs dédié à une victime du terrorisme, Guillermo Cano, patron du grand quotidien libéral colombien El Espectador, froidement assassiné le 17 décembre 1986. Il tenait tête depuis des années aux cartels de la drogue et refusait que son pays ne s’enfonce dans l’indignité de la narcocratie. Deux sicaires à motocyclette l’exécutèrent, alors qu’il venait de quitter sa rédaction. Et trois ans plus tard, un camion piégé visa le siège du journal. « Ils ne réussiront pas à nous vaincre», déclara son directeur Alfonso Cano, au milieu des débris de verre et des gravats. Le lendemain, le quotidien était présent dans les kiosques, la « une » barrée d’un Seguimos Adelante (Nous continuons), splendide bras d’honneur adressé aux narcos.
Le terrorisme, qu’il soit d’extrême gauche ou d’extrême droite, politique ou mafieux, d’inspiration religieuse ou ethnique, a toujours déclaré la guerre au journalisme. Lors des « années de plomb » en Italie, des représentants de la « presse bourgeoise » furent victimes de la jambisation, technique barbare copiée de la mafia, visant à estropier la cible en lui tirant dans le genou. Dans l’Algérie des généraux lors des années 1990, plus de 70 journalistes furent assassinés, la plupart par des tueurs de groupes islamistes. Ils avaient le choix entre la valise ou le cercueil, « condamnés à devenir des acteurs du drame », comme l’écrivait en 1996 la journaliste algérienne Ghania Mouffok. En Espagne, l’ETA lui aussi s’en prit à la presse, allant jusqu’à assassiner en 2000 un vétéran de la lutte anti-franquiste, Jose Luis Lopez de Lacalle, chroniqueur du journal El Mundo. Continuer la lecture

Publié dans Afrique du Nord et Moyen-Orient, Analyse, droits de l'homme, Journalistes, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , | Un commentaire

Procès Luxleaks: mettre la plume dans la plaie

L’ouverture du procès Luxleaks ce matin à Luxembourg concerne directement le journalisme. Non seulement parce que les lanceurs d’alerte sont devenus une des sources principales de la presse sur des sujets d’intérêt public. Mais aussi parce que l’une des personnes inculpées, Edouard Perrin, est journaliste et travaille pour l’agence française Premières Lignes qui produit le magazine d’enquête Cash Investigation.
A l’origine des premières révélations sur ce vaste dossier de montages fiscaux au Luxembourg, il est accusé de « complicité de vol domestique, violation du secret professionnel, violation de secrets d’affaires et blanchiment ». La justice luxembourgeoise, comme le notait Xavier Counasse ce matin dans Le Soir, va même plus loin, puisqu’elle lui reproche d’avoir « manipulé l’un des lanceurs d’alerte ». “Il est honteux que les autorités luxembourgeoises poursuivent un journaliste qui a agi entièrement dans l’intérêt public“, a estimé la Fédération européenne des journalistes.
La société à l’origine de ces plaintes, PricewaterhouseCoopers, risque gros dans cette affaire, car elle associe son nom à un combat contre des personnes qui, aux yeux de l’opinion publique mondiale lassée de la montée des inégalités et de l’ampleur de l’ingénierie fiscale, font figure de héros. Mais on imagine qu’elle a fait une évaluation comparative des risques d’atteinte à son image et que la « porosité » révélée par les fuites lui nuit davantage que sa vindicte contre des lanceurs d’alerte et un journaliste d’investigation.
Au sein du monde des affaires, pourtant, un certain nombre d’esprits plus éclairés estiment que le vent est en train de tourner. La succession de scandales, la dénonciation du poids excessif des lobbies au sein des institutions internationales et européennes, la fatigue devant l’accroissement grotesque des inégalités, rendent de plus en plus insupportable l’impunité totale dont ont joui les firmes impliquées aussi bien dans l’effondrement bancaire de 2008 que dans les montages financiers acrobatiques dévoilés encore récemment par les Panama Papers. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, Journalistes | 2 commentaires

Attentats: le droit de regard des “autres”

Depuis les attentats du 22 mars, la Belgique est à cran. Les critiques dont elle a fait l’objet dans la presse internationale ont été reçues avec irritation ou amertume. Et le réflexe, souvent, a été de les rejeter en incriminant la mauvaise foi, la perfidie et l’ignorance de leurs auteurs. Ou en rétorquant que leurs pays n’avaient -ou n’auraient- pas fait mieux.
Il est vrai que certains commentateurs étrangers ont plongé leur plume dans le fiel, que des caméras ont parfois cruellement filmé en plan rapproché la perplexité des autorités, que des envoyés spéciaux ont pratiqué un journalisme de meute à Molenbeek ou Schaerbeek. Il est vrai aussi que des journalistes de pays que l’on croyait voisins se sont trompés plus lourdement que s’ils avaient couvert des conflits pourris dans des pays oubliés du bout du monde. Et que d’autres se sont acharnés, comme s’ils avaient des comptes à régler avec un pays qu’apparemment ils méprisent.
Soit, mais ce serait ignorer les nombreux reportages sérieux, pondérés, qui ont tenté d’expliquer le plus honnêtement possible notre pays si complexe et parfois si complexé. Ce serait négliger, par exemple, les enquêtes du New York Times sur la rue Max Roos, le « gangster islam » ou la filière franco-belge, qui ont contribué à éclairer un dossier qui nous concerne tous. Ce serait faire fi également des innombrables témoignages de sympathie, comme nous avons pu le constater, la semaine dernière, au Festival international du journalisme de Pérouse. De nombreux collègues du monde entier sont venus nous trouver pour dire combien ils étaient « avec nous ». Comme nous avions été « avec eux », le 11 septembre 2001 à New York ou le 13 novembre 2015 à Paris. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

La Belgique n’échappera pas au regard de la presse internationale

Comment la presse internationale a-t-elle couvert les attentats du 22 mars ? La question était au menu des Décodeurs RTBF ce matin sur La Première, avec Alain Gerlache. Nous y avons participé aux côtés de Griselda Pastor Llopart, correspondante à Bruxelles de la grande chaîne de radio espagnole SER (du groupe El Pais).
La presse internationale a-t-elle été injuste avec notre pays? Dans la presse belge, au sein des milieux politiques, sur les réseaux sociaux, au café du commerce, un certain agacement s’est exprimé, en effet, à l’encontre de médias étrangers jugés excessifs, ignares et insultants. Et dans les quartiers bruxellois projetés au coeur de l’actualité, à Molenbeek ou à Schaerbeek, de nombreux résidents n’ont guère apprécié le déferlement d’envoyés spéciaux, armés de caméras filmant à tout va ces « nids de terroristes », ce « djihadistan », ce « sanctuaire islamiste ». Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Etats-Unis, Journalistes, Non classé, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Informer, un bras d’honneur à la terreur

La colère du directeur général de la police judiciaire n’était pas feinte, le 20 mars, sur le plateau des Décodeurs de l’Info. « On offre la sécurité de mon personnel sur l’autel de l’audimat », s’était exclamé Claude Fontaine, en critiquant la diffusion, « dans une certaine presse », d’informations qui auraient pu compromettre l’intervention des forces de l’ordre dans la cache de Salah Abdeslam à  Molenbeek. Dans sa ligne de mire, même s’il ne citait pas les médias incriminés, la chaine VTM et l’hebdomadaire français L’Obs, qui avait révélé que la police avait trouvé des traces de Salah Abdeslam dans l’appartement perquisitionné quelques jours plus tôt à Forest.
Le journalisme compte sans aucun doute son contingent d’imprudents et d’impudents. Toutefois, lorsqu’il s’agit de terrorisme, presque personne dans la profession ne conteste la nécessité de la retenue lors d’interventions policières risquées ou à propos d’enquêtes délicates que toute indiscrétion prématurée pourrait fragiliser. La presse belge l’a d’ailleurs démontré lors du lockdown de novembre dernier à Bruxelles, en s’imposant, à un moment crucial, un « silence radio ». « Des médias responsables savent faire la part des choses, notait alors Jean-François Dumont, secrétaire général adjoint de l’Association des journalistes professionnels. Ne pas compromettre la réussite d’une opération policière dans une région en niveau maximum d’alerte tombait sous le bon sens ». Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nul vivre-ensemble ne se forge sous l’interdit

« Nulle oeuvre ne se féconde sous le joug. Nul avenir ne se forge sous l’interditAndrée Chedid est poétesse, libanaise, et c’est sans doute dans son constat effaré d’une société calcifiée dans ses communautés de foi, dans ses « identités meurtrières », comme le dirait son illustre compatriote Amin Maalouf, qu’elle a trouvé le souffle émouvant du poème dédié en 1993 à Salman Rushdie.
Face au terrorisme, la tentation est grande de sacrifier des valeurs essentielles pour, très légitimement, se protéger. Le risque rôde aussi de remiser la liberté de l’esprit dans la sphère privée,  « pour ne pas provoquer », jusqu’à se résigner à une coexistence des communautés où l’on se côtoie sans vraiment échanger, où l’on se salue sans vraiment se parler.
Alors que les autres extrémistes, ceux du « camp d’en face », populistes, frontistes, pégidistes, appellent à la haine et à l’exclusion, la démocratie, plus que jamais, se définit par l’ouverture, le dialogue, la solidarité, la reconnaissance de la réalité de sociétés de plus en plus diverses et globalisées. Tous unis, oui, sans aucun doute. Mais dans la démocratie, « le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres », comme disait Churchill. Tous unis dans la liberté, c’est-à-dire dans le vrai respect de l’autre, dans la reconnaissance de son intelligence et de son autonomie. En rupture avec la « Sainte Alliance » de clergés empressés de rogner le droit de tous de contester leurs textes sacrés. Contre les hallebardiers de la doctrine de la foi qui voudraient conditionner leur « tolérance » à l’égard des autres à leur droit exclusif d’imposer leurs intolérances au sein de leur communauté. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Le journalisme de guerre en débat au Bastogne War Museum

(Ce texte a servi de base à mon intervention au Colloque sur les correspondants de guerre, qui s’est déroulé le 18 mars au Bastogne War Museum).

Lors de la Seconde guerre, le front de l’information fut essentiel. « Notre premier champ de bataille n’est pas le Pacifique Sud ou l’Angleterre, c’est l’opinion publique américaine », déclara Archibald Mac Leish, le patron de l’Office of War Information.

Cette guerre de l’opinion avait commencé bien avant l’entrée en guerre des Etats-Unis. Durant les années 1930 et jusqu’à l’attaque de Pearl Harbor, l’Amérique s’était déchirée sur le nazisme, sur la guerre civile espagnole, sur l’engagement ou non aux côtés de la Grande Bretagne assiégée. Les journaux avaient choisi leur camp: le groupe Hearst ne cachait pas ses sympathies allemandes, le Chicago Tribune était isolationniste, Ed Murrow (CBS News) qui avait magistralement couvert le Blitz de Londres plaidait pour une intervention aux côtés de l’Angleterre.

En 1941, après l’entrée en guerre, tout fut mis en place pour que cette opinion publique reçoive des informations qui correspondent aux objectifs de guerre. Mais cette démarche ne signifiait pas nécessairement la censure la plus stricte ou la plus idiote, comme ce fut le cas lors de la Grande Guerre, – « l’un des moments les plus honteux de l’histoire du journalisme », déclara la députée libérale britannique Lucy Masterman-, mais une évaluation permanente de questions légitimes et pragmatiques: l’accès accordé aux journalistes, la liberté ou non qui leur était fournie de rapporter les combats, la publication ou non des photos de victimes alliées. Les contours de cette censure changèrent d’ailleurs avec l’évolution de la guerre.

Certains au sein des forces armées étaient favorables au black out. On connait l’adage: « Je ne dirais rien aux journalistes durant le conflit et quand celui-ci sera terminé, je leur dirais qui a gagné ». Certains gradés étaient même très hostiles à l’égard des journalistes. Pour eux, la liberté de la presse se traduisait par la liberté « par rapport à la presse ».

D’autres au contraire, à l’image du général Eisenhower, tablaient sur la loyauté des journalistes et jugeaient qu’il fallait leur accorder le plus de soutien possible dans leur travail d’information. « Le général Eisenhower reconnaissait tout spécialement la valeur de la presse, écrit Mary S. Mander, non seulement parce qu’il croyait au Premier amendement (de la Constitution), mais aussi parce qu’il y voyait un atout pour la propagande ». Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Etats-Unis, Journalistes, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire