Frank Wisner: l’homme de Barack ou de Moubarak?

Frank Wisner. (Photo AP)

Frank Wisner, le diplomate retraité envoyé par l’administration Obama auprès du président Moubarak, a provoqué un profond malaise le week end dernier à Washington.

Lorsqu’il a déclaré que Moubarak était “essentiel dans le processus de transition » et qu’il ne devrait pas être forcé à démissionner, exprimait-il la « vraie politique » du président Obama, qui venait juste de demander une « transition maintenant », ou les intérêts du lobby dont il est le conseiller ?

L’ancien ambassadeur des Etats-Unis au Caire, dont tout le monde reconnaît les qualités et l’entregent diplomatiques, collabore, en effet, depuis 2009 avec d’une société d’affaires publiques, Patton Boggs, qui défend l’Etat égyptien à Washington.

Cet incident souligne le phénomène de la revolving door, qui s’immisce régulièrement dans les relations internationales des Etats-Unis et complique leur diplomatie. Cette « porte tournante » institutionnalise le système de « pantouflage » d’anciens diplomates ou membres de l’administration dans des entreprises privées directement concernées par la politique étrangère des Etats-Unis.

Certes, il peut paraître logique que les Etats-Unis aient choisi d’envoyer en Egypte une personne dotée d’excellents contacts au sein du système Moubarak. Le président égyptien aurait-il accepté de discuter avec un envoyé spécial américain qu’il ne connaissait pas ou dont il pouvait craindre les intentions ?

Toutefois, en recourant à Frank Wisner, l’administration s’exposait à un retour de flamme :  elle pouvait choquer l’opposition, parfaitement au courant des liens entre Wisner et Moubarak ; elle pouvait également se retrouver face à un envoyé spécial dont elle ne pouvait déterminer la loyauté. Dans les faits, Frank Wisner allait-il être le représentant de Barack Obama ou l’avocat de Hosni Moubarak ?

L’histoire des Etats-Unis est émaillée d’exemples qui démontrent l’intrusion de grandes entreprises dans la politique étrangère, débouchant très souvent sur un mélange des genres et sur des conflits d’intérêts embarrassants.

Le danger pour les intérêts stratégiques des Etats-Unis est réel. Comme le démontre Stephen Kinzer, du New York Times, dans son excellent livre Overthrow, des décisions graves, comme le renversement en 1953 du premier ministre nationaliste iranien Mossadegh ou le putsch en 1954 contre le gouvernement social-démocrate guatémaltèque du président Arbenz, ont été prises sous l’influence des grandes entreprises : les firmes pétrolières en Iran, la compagnie bananière United Fruit Company au Guatemala.

En 1954, lorsque la Maison Blanche approuva l’opération contre le président Arbenz, provoquant l’arrivée au pouvoir d’un régime d’extrême droite, deux personnes liées à la United Fruit occupaient des postes stratégiques au sein de l’administration : Allen Dulles dirigeait la CIA ; son frère John Forster Dulles était secrétaire d’Etat.

Les « réalistes » diront sans doute que, très souvent, les intérêts des multinationales américaines coïncident avec ceux de l’Etat américain et que dès lors ces convergences sont naturelles, voire bénéfiques. « Ce qui est bon pour la United Fruit est bon pour l’Amérique », disait-on à Washington en 1954.

D’autres, moins complaisants, relèveront, toutefois, que cette privatisation de la diplomatie américaine explique souvent la collusion des Etats-Unis avec des dictatures et l’aveuglement dont ils ont régulièrement fait preuve, pour leur grand malheur, à propos de pays clés, de l’Iran…à l’Egypte.

Cette entrée a été publiée dans Eclairage, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Frank Wisner: l’homme de Barack ou de Moubarak?

  1. HERVE dit :

    Un petit résumé de la littérature traitant de Frank G. Wisner Sr (outre ce qu’en dit Wikipedia) :

    a) dans le livre de John Loftus

    une introduction à l’ OPC :

    http://www.scribd.com/doc/47963038/America-s-Nazi-Secret-Loftus-OPC-CIA

    et les apparitions de Frank G. Wisner Sr :

    http://www.scribd.com/doc/47870340/Frank-G-Wisner-Sr
    http://www.scribd.com/doc/48153091/Frank-G-Wisner-Sr-2
    http://www.scribd.com/doc/48153091/Frank-G-Wisner-Sr-3

    b) dans le livre de Ian Johnson :

    http://www.scribd.com/doc/48154012/Frank-G-Wisner-Sr-Book-of-Ian-Johnson

    Cela rejoint l’actualité, avec Frank G. Wisner Jr en mission en Egypte actuellement.

    De plus, en savoir plus sur l’OPC pourrait clarifier certaines hypothèses.

    Croyez-vous que l’OPC a cessé d’exister dans les années 1950s ? Je pense qu’elle a pu être réactivée par après … Des investigations seraient nécessaires à ce sujet.

    http://history.state.gov/historicaldocuments/frus1950-55Intel/d130

  2. Adel Tahrir dit :

    Moubarak 70 milliard.
    Il n’y a pas que les États-Unis, Israël, Europe, etc.
    Tous ceux–là ont investi en Égypte et ont arrosé Moubarak. Je suppose que c’est pour cela que l’appui contre Moubarak est aussi faible.
    Même Villon premier Ministre en France se fait acheter pour un voyage sur le Nil.
    Adel Tahrir

  3. Ping : Tweets that mention Frank Wisner: l’homme de Barack ou de Moubarak? | La Liberté sinon rien -- Topsy.com

  4. Hibou dit :

    Sur la situation en Egypte :

    http://blog.mondediplo.net/2011-02-08-En-Egypte-rien-n-est-joue

    Par ailleurs, sur Frank Wisner Sr :

    Je ne sais pas encore ce que vaut le livre relativement récent de Rachel Verdon :

    Murder By Madness 9/11: The Government & the Goon Squad

    mais il est en grande partie sur “Google – livres”. Vous pourrez donc juger par vous-mêmes.

    On y lit qu’à une certaine époque, l’ OPC a employé plus de 4 000 agents, incluant celui qui était à la tête de la “Actors Screen Guild”, c’est-à-dire Ronald Reagan (qui récoltait des fonds).

    Le futur chef de la CIA sous Ronald Reagan, William Casey, avait aussi travaillé pour l’OPC.

    Rappel : Ronald Reagan a été président des Etats-Unis de 1981 à 1989 et William Casey a dirigé la CIA de 1981 à 1987. Il est aussi facile de vérifier que Ronald Reagan était à la tête de la “Actors Screen Guild” de mars 1947 à novembre 1952.

    http://www.sag.org/february-6-2011-ronald-reagan-centennial

    http://www.huppi.com/kangaroo/CIAtimeline.html

    1948 – Covert-action wing created – The CIA recreates a covert action wing, innocuously called the Office of Policy Coordination, led by Wall Street lawyer Frank Wisner. According to its secret charter, its responsibilities include “propaganda, economic warfare, preventive direct action, including sabotage, antisabotage, demolition and evacuation procedures; subversion against hostile states, including assistance to underground resistance groups, and support of indigenous anti-communist elements in threatened countries of the free world.”

    Italy — The CIA corrupts democratic elections in Italy, where Italian communists threaten to win the elections. The CIA buys votes, broadcasts propaganda, threatens and beats up opposition leaders, and infiltrates and disrupts their organizations. It works — the communists are defeated.

  5. Thierry Delforge dit :

    Un autre “cumulard-pantouflard” célèbre, le criminel H.Kissinger. Ses crimes :le coup d’Etat de Suharto en Indonésie, le coup d’Etat et l’invasion turque à Chypre, la prolongation de l’agression contre le Viet-Nam, le coup d’Etat au Chili, la répression au Timor.
    Curieuse transition, en Egypte, qui voit le chef des services de renseignement et de torture de l’armée appelé à présider le gouvernement !

  6. Ping : Les amis encombrants des politiciens européens | Nulla dies sine linea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>