Jean-Claude Van Damme pris à partie par Human Rights Watch

Jean-Claude Van Damme a été une nouvelle fois épinglé ce mardi par l’organisation américaine de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch, qui lui reproche de s’être rendu début octobre à Grozny à l’invitation du président Kadyrov.

Comme l’a montré furtivement le journal télévisé de la RTBF,  l’acteur belge a proclamé son admiration et déclaré sa flamme pour le maître de Grozny. « I love you, President Kadyrov », s’est-il imprudemment exclamé.

Van Damme n’est pas la seule vedette à s’être rendue à cette cérémonie, censée célébrer la reconstruction de la capitale, Grozny et, surtout, le 35ème anniversaire de Kadyrov. D’autres célébrités de Hollywood, comme Hilary Swank and Vanessa Mae, étaient aussi de la partie.

Cette condamnation est embarrassante pour Van Damme et ses compagnons et compagnes de route, car les “best and the brightest” de Hollywood ont plutôt tendance à se mobiliser pour des causes humanitaires et n’apprécient guère ceux qui s’acoquinent avec des dictateurs.

Mieux avisés, George Clooney, Angelina Jolie ou Mia Farrow n’auraient jamais prêté leur nom ni risqué de compromettre leur réputation en s’associant à des cérémonies organisées par un régime qui est accusé, notamment par le Département d’Etat américain, de brutales violations des droits de l’homme (torture, assassinats, disparitions, harcèlement des femmes qui ne portent pas le voile islamique, etc). La “piste tchétchène” est également évoquée dans l’exécution d’Anna Politkovskaia, la plus célèbre journaliste russe, en octobre 2006, et de la militante des droits de l’homme, Natalya Estemirova, en 2009.

Pas “aware”?

Jean-Claude Van Damme n’a pas répondu jusqu’ici aux courriers que lui a adressé Human Rights Watch. Peut-être pourrait-il proclamer son innocence en invoquant son ignorance des méfaits attribués à son hôte. En d’autres termes, il pourrait plaider qu’il n’était pas « aware ». Contrairement à la chanteuse Shakira, qui se serait au dernier moment désistée.

En tout cas, l’influente ONG américaine n’entend pas laisser tomber cette affaire. Elle a demandé aux invités de Kadyrov de rendre le cachet qu’ils auraient reçu ou de le reverser en faveur d’une cause humanitaire.

Comme nous avons pu souvent le constater lorsque nous étions directeur de l’information de Human Rights Watch, les organisations américaines de défense des droits de l’Homme entretiennent d’étroites relations avec Hollywood. Les vedettes financent souvent ces associations, participent à certaines de leurs campagnes et honorent, comme Harrison Ford ou Costa Gavras, de leur présence les dîners de collecte de fond.

Dans les jours qui viennent, Jean-Claude Van Damme et les autres voyageurs de Grozny risquent bien d’être mis au ban de la bonne société de Beverly Hills…”Van Damme s’engage dans une nouvelle bataille, notait la revue hollywoodienne TheWrap, mais cette fois, ses arts martiaux ne lui seront pas d’une grande utilité”.

Cette entrée a été publiée dans Eclairage, Etats-Unis, Russie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>