Mais que fait un général soudanais en Syrie?

Qui est Mohamed Ahmed Moustapha al-Dabi ? De la même manière que l’on dit que « ce délinquant était connu des services de police », le général soudanais à la tête de la mission d’observation de la Ligue arabe en Syrie est « bien connu des associations internationales des droits de l’homme ».

Ce général a été, en effet, l’un des plus hauts responsables du régime dictatorial soudanais présidé par Omar el-Béchir, un chef d’Etat qui a été inculpé pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et de génocide par la Cour pénale internationale, en raison de la répression déclenchée à partir de 2003 dans la région du Darfour, dans l’ouest du pays. Selon l’ONU, la campagne contre-insurrectionnelle menée l’armée soudanaise et ses supplétifs (les Djandjawids) aurait provoqué près de 300.000 morts, 2 millions de déplacés et plusieurs centaines de milliers de réfugiés (au Tchad, notamment).

Selon la Ligue arabe, qui joue sa crédibilité dans cette mission, le général apporterait « une expertise militaire et diplomatique vitale ». Pour les ONG, au contraire, cette expertise serait plutôt « fatale ». Nommé chef des services de renseignements militaires après le coup d’Etat de 1989, Moustapha al-Dabi a été chargé par le régime d’éviter toute contestation et, selon les ONG des droits de l’homme, il a fait preuve de beaucoup de « zèle ». Il aurait également été à l’origine de la création de milices particulièrement brutales, engagées contre les tribus rebelles du Darfour.

“Cela n’a aucun sens de nommer à la tête de cette mission une personne membre d’une armée (soudanaise) coupable précisément des mêmes crimes que ceux qui font l’objet d’une enquête en Syrie“, a déclaré le professeur américain Eric Reeves, l’un des principaux activistes de la cause du Darfour.

“Rien à signaler à Homs”

Les premiers constats du général semblent leur donner raison. Après une visite à Homs, mardi, le général a estimé que « la situation n’a rien d’effrayant là où nous étions ». Et samedi, selon la BBC, il a désavoué un observateur de sa propre mission qui avait dénoncé la présence de snipers du régime dans la ville de Deraa.

Comme la Russie et la Chine se sont félicitées de l’ « objectivité de la mission de la Ligue arabe », les défenseurs des droits humains sont encore plus inquiets. Ces deux pays accordent, en effet, leur soutien aux régimes de Damas et de Khartoum et veulent à tout prix minimiser la gravité de la répression en Syrie.

Cette entrée a été publiée dans Analyse, chine, droits de l'homme, Relations internationales, Russie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Mais que fait un général soudanais en Syrie?

  1. Il s’agit bien évidemment d’un coup monté supplémentaire. L’Iran, passé maître dans l’art de duper son monde fait des émules de plus en plus nombreux. Une grande partie du monde musulman, tel qu’il apparaît aujourd’hui, n’est pas crédible. Tout traité, tout engagement passé avec eux n’a aucune valeur: Qu’il s’agisse du Hamas, du Hezbollah, du gouvernement syrien, yéménite, iranien, soudanais du nord ou d’autres encore.
    La nomination de ce général Mustapha Al Dhabi à la tête de la mission de la Ligue Arabe est une des meilleure (?) farce qu’il nous a été donner de voir dans ce genrs de situation…

  2. Gregorio Jose dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=UMvPlkyBOBQ
    Si vous pouviez nous informer à propos du nombre et localisation des bases militaires US Army et Otan dans le monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>