La répression contre la presse continue en Iran

La roue de l’actualité tourne toujours trop vite. Et dans cette course frénétique de l’information, des nouvelles qui, hier, faisaient la « une » se retrouvent reléguées dans les oubliettes des médias. Ainsi en est-il de l’Iran, dont le « mouvement vert » en 2009 avait passionné le monde, suscitant l’espoir d’une réforme démocratique après 30 ans de règne autoritaire islamiste. Sa répression, filmée par des “journalistes citoyens” et diffusée sur Facebook, avait, elle aussi, tenu l’opinion en haleine. Qui, du pouvoir et de l’opposition, allait l’emporter dans ce bras de fer, dont on appréciait mal les réalités masquées ?

On le sait, le président Mahmoud Ahmadinejad est sorti vainqueur de cette joute inégale et ses adversaires ont durement payé leur audace. Les journalistes indépendants ou progressistes ont particulièrement souffert des représailles officielles. Une trentaine d’entre eux au moins et 19 bloggeurs sont actuellement emprisonnés, le plus souvent dans des conditions d’insécurité et de dureté qui transgressent toutes les normes internationales des droits humains, comme l’indique le Committee to Protect Journalists  http://cpj.org/2012/03/iran-continues-its-campaign-against-the-press.phpvdans un communiqué publié en mai dernier.

Le 10 juillet, devant la persistance de la répression, Reporters sans frontières (RSF) a lancé un appel en faveur de plusieurs journalistes et net-citoyens iraniens en danger : Narges Mohammadi, Mohammad Sadegh Kaboudvand, Arash Honarvar Shojai, Mohammad Solimaninya et Bahman Ahamadi Amoee.

En cellule d’isolement

Ce dernier, en particulier, a été transféré le 12 juin dernier de la prison d’Evin à celle de Rajai-Shahr, au nord de Téhéran, où il a été placé dans une cellule d’isolement. Il paierait ainsi sa participation à une cérémonie organisée par les prisonniers du dortoir 350 de la prison d’Evin à la mémoire d’Hoda Saber, mort des suites d’une grève de la faim le 12 juin 2011.

Sur son blog, son épouse, Jila Baniyaghoob, journaliste elle aussi, reprend les paroles de sa mère qui s’indigne du traitement infligé à son beau-fils : « Comment peut-il tolérer cette cellule claustrophobique, écrit-elle, une cellule sans air-conditionné alors que la température est très élevée ? ». La prison de Rajai-Shahr a une sinistre réputation. « Les cas de tortures, viols et meurtres commis dans son enceinte sont innombrables », écrit RSF. Selon l’association iranienne, the Committee of Human Rights Reporters, Bahman aurait été placé à l’intérieur de la section numéro un de la prison, où sont gardés les détenus condamnés à mort.

Bahman Ahmadi Amouee a été arrêté le 20 juin 2009, en compagnie de son épouse, et a été condamné à 5 ans de prison ferme pour « diffusion de propagande contre l’Etat et agissement contre la sécurité nationale». En fait, son « crime », comme l’écrit sa femme, est « d’avoir exercé son métier de journaliste ». Bahman est, en effet, un des journalistes les plus respectés d’Iran.  Spécialiste des questions économique, il a collaboré à de nombreuses publications et publié deux livres remarqués.

Son arrestation et sa détention sont un baromètre de l’état de la liberté de la presse en Iran, un pays qui cherche par tous les moyens à priver sa population d’une information indépendante, non seulement en harcelant les journalistes indépendants mais aussi en bloquant ou brouillant les médias internationaux, comme récemment la BBC. Des médias souvent occidentaux et qui sont considérés par nombre d’Iraniens comme de véritables références face à la propagande du régime.

Cette entrée a été publiée dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La répression contre la presse continue en Iran

  1. Anwar Mir Sattari dit :

    Un article très lourd maisen même temps, très riche sur la situation pénible des prisonniers politiques en Iran et en particulier dans le cas de M. Bahman Ahmadi-Amouee écrit par M. Jean-Paul Marthoz,le journaliste engagé en voie de l’humanité. Bravo!

  2. Ping : Iran : un pays où il n’est pas bon d’être une femme journaliste | Dans ma bulle culturelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>