Qui est ce Dr. Seuss, le dessinateur préféré de Melania Trump?

La Première Dame des Etats-Unis, Melania Trump, a distribué des livres de Dr. Seuss, l’un des plus célèbres “cartoonists” américains, lors de son séjour en Israël. En mars, elle s’était rendue dans un hôpital new yorkais pour lire des extraits d’un de ses livres, Oh!The Places You’ll go, “un de mes préférés”", disait-elle, à des enfants malades. Mais qui est Dr. Seuss, alias Theodor Seuss Geisel? En fait, un des adversaires les plus résolus d’America First, un mouvement qui, dans les années 1930, plaidait pour l’isolationnisme américain et flirtait dangereusement avec les fascismes européens.

Voici ce que j’écrivais à son propos dans mon livre sur les correspondants de guerre américains lors de la bataille des Ardennes, Objectif Bastogne. Car Dr. Seuss, il y a 73 ans, était en Belgique, engagé au sein du Signal Corps, dans une unité de production de films de propagande! Il faisait partie de ces “artistes de combat” qui accompagnèrent l’armée américaine dans sa guerre contre le nazisme.

Theodor Seuss Geisel est sans doute l’un des personnages les plus attachants parmi les centaines de correspondants de guerre, d’artistes de combat et d’écrivains engagés qui sillonnèrent les Ardennes en 1944. Avec ses héros animaliers, ses rimes chantantes, ses histoires merveilleuses, avec son Chat chapeauté, ses Œufs Verts au Jambon, son Horton Entend un Zou, « Dr. Seuss » a enchanté des millions d’enfants américains. Mais, lors de ces années de Guerre mondiale et de bataille idéologique aux États-Unis, il avait aussi enchanté les milieux libéraux et de gauche. Il est d’ailleurs le premier personnage que cite Michael Kazin, l’historien de la gauche américaine, dans son livre American Dreamers, comme un exemple de la contribution des intellectuels et des artistes américains à la diffusion d’une culture populaire humaniste et progressiste. Dans ses livres pour enfants, Theodor Seuss Geisel introduisit en effet les valeurs qui lui tenaient à cœur : « il mariait l’idéal de l’égalité sociale au principe de la liberté personnelle », écrit Michael Kazin.

En 1940, alors qu’une grande partie de l’Amérique s’opposait à l’intervention contre l’Allemagne, Seuss avait clairement choisi son camp : celui de la liberté, de l’anti-fascisme et de l’antiracisme. Né à Springfield, Massachusetts, dans une famille prospère de brasseurs d’origine allemande, il était passionné par le dessin, mais avant de vraiment se lancer dans sa passion, il avait d’abord travaillé comme publicitaire pour Standard Oil. Une parenthèse qui paraîtra sans doute paradoxale quand il deviendra en 1940 caricaturiste du journal PM, un quotidien « libéral de gauche » favorable au président Roosevelt et hostile aux « ploutocrates » et aux « trusts ».

Dans des centaines de dessins, Seuss s’en prit sans peur ni reproche aux vaches sacrées, aux héros et aux tabous de l’Amérique conservatrice : à Charles Lindbergh, l’aviateur fasciné par l’Allemagne nazie, au gouverneur raciste de l’État de Géorgie, Eugene Talmadge, au Big Business et à ses war profiteers (profiteurs de guerre). Il prit aussi fermement la défense des Noirs et des Juifs,  par principe, mais aussi parce qu’il estimait que ces discriminations faisaient le jeu de l’ennemi nazi. Sa relation avec les Américains d’origine japonaise fut plus controversée. Ses caricatures des Japs furent très dures. Il s’en excusa au début des années 1950, après avoir visité le Japon et vu les conséquences du bombardement d’Hiroshima.

Engagé au sein du Signal Corps de l’armée, dans une unité de production de films d’instruction et de propagande, aux côtés de Frank Capra et de Jack Jones, l’animateur de Bug Bunny et Daffy Duck, Theodor Geisel se retrouva dans les Ardennes à la veille du déclenchement de l’offensive allemande. Ralph Ingersoll, le fondateur de PM, lui avait préparé une visite au front, mais apparemment les indications cartographiques étaient approximatives et Theodor Geisel échoua, avec son escorte militaire, plusieurs kilomètres derrière les lignes allemandes. Il fut récupéré trois jours plus tard par des soldats britanniques. « Nous avons battu en retraite, déclara-t-il, avec une vitesse qui ne sera jamais égalée. »

Pour en savoir plus sur Dr. Seuss et sur ce qu’il symbolise aujourd’hui, voici un article de l’excellente revue The Atlantic https://www.theatlantic.com/entertainment/archive/2017/01/dr-seuss-protest-icon/515031/

 

 

Cette entrée a été publiée dans Analyse, antisémitisme, droits de l'homme, Etats-Unis, extrême droite, littérature, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>