Vladimir Poutine, que la paix soit avec vous

La réponse de Vladimir Poutine à la crise ukrainienne apparaît terriblement surréaliste en cette année où le monde commémore le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Comment expliquer qu’un chef d’Etat dont la nation s’effondra en 1917 n’ait tiré aucune leçon des arrogances matamoresques et des emballements dantesques qui, il y a un siècle, conduisirent l’Europe sur la voie de l’ensauvagement et de la guerre totale ?

Sans doute croit-il mener une fine partie d’échecs, alors qu’il joue dangereusement à la roulette russe. Sans doute ses conseillers l’ont-ils convaincu que ni l’Union européenne ni les Etats-Unis ne voudront « mourir pour Kiev », comme à la fin des années Trente, aucune démocratie ne voulait « mourir pour Dantzig » ou pour l’Espagne. Mais l’histoire, si lourde, si tragique, nous rappelle que les calculs prétendument les plus sophistiqués peuvent se transformer en des lancers de dés hasardeux. Certes, rien n’est joué, le barillet continue de tourner, mais si le pire n’est jamais sûr, le monde est incontestablement devenu l’otage d’une politique du pire. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Etats-Unis, Relations internationales, Russie, Union européenne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

L’honneur du fossoyeur ou “les invisibles de l’info”

Fin novembre 1963, alors que l’Amérique était sous le choc de l’assassinat de John Kennedy, le journaliste Jimmy Breslin se demandait comment il allait couvrir les funérailles du Président. Difficile de faire entendre une voix particulière au milieu d’une cérémonie qui allait être suivie par des milliers de journalistes.

Ce chroniqueur du New York Herald Tribune eut alors l’idée de parler au fossoyeur à qui avait été confiée la tâche de creuser la tombe du Président. En donnant la parole à Clifton Pollard, modeste employé du cimetière national d’Arlingon, Jimmy Breslin rédigea un chef-d’oeuvre. Par petites touches impressionnistes, en décrivant le bacon and eggs préparé par l’épouse du fossoyeur, en écoutant ce dernier raconter comment il avait pelleté la terre, il fit de son article une ode patriotique, un puissant hommage à un pays en deuil, soudé et grandi par la douleur. Un pays où tous les citoyens, de la veuve du Président à un ouvrier de cimetière, étaient appelés à accomplir, simplement, consciencieusement, fièrement, leur devoir. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Etats-Unis, France, Journalistes | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ces Etats qui hyperpolitisent le sport

Sotchi 2014. Place au sport ! Place au spectacle ! La politique hors-jeu ! A chaque ouverture d’un grand événement sportif dans des pays autoritaires, les mêmes polémiques resurgissent. Les sportifs appellent à la trêve pour « libérer les pistes » et laisser toute la place aux exploits des athlètes. « Cessez de mélanger le sport et la politique », lancent-ils, excédés, aux associations qui protestent contre la nature politique du pays amphitryon.  

Et pourtant, « la séparation du sport et de la politique est une illusion » : lorsque, en octobre dernier à Aarhus, le professeur James Dorsey asséna ce postulat lors de la séance de clôture de Play The Game, personne dans la salle n’aurait eu l’idée de le contredire. Ni les journalistes spécialisés, ni les représentants des Etats, ni les plus hauts responsables des fédérations sportives et des comités olympiques. « Car on ne peut pas contredire une évidence », nous murmurait à l’oreille un des organisateurs de ce rendez-vous mondial du journalisme sportif.  Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, Relations internationales, Russie | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les libertés, le pont indispensable entre la Turquie et l’Union européenne

Le Premier ministre Erdogan était à Bruxelles cette semaine et il n’a pas dû apprécier les remarques que lui ont adressées des responsables européens échaudés par ses dernières mesures de remaniement de la police et de la justice, dans le contexte de révélations embarrassantes sur des affaires de corruption.

Mais il y a quelque chose d’étrange dans la manière dont l’Union européenne aborde la Turquie. Normalement, quand un pays « se comporte mal » et la Turquie d’Erdogan s’est « mal comportée » ces derniers mois, les Etats démocratiques ont plutôt tendance à se « désengager » pour marquer leur déplaisir. Or, depuis que les autorités d’Ankara ont incarcéré des dizaines de journalistes jusqu’à acquérir le titre peu enviable de plus grand geôlier mondial de la presse décerné par le Comité pour la Protection des Journalistes, depuis qu’elles ont réprimé sans ménagement les manifestants de la Place Taksim, depuis qu’elles ont vigoureusement déplacé les policiers et les magistrats fouinant dans des affaires de corruption, les responsables de l’Union européenne n’ont eu de cesse de répéter qu’il fallait “s’engager davantage avec la Turquie“. Illogique ? Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, turquie, Union européenne | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Des chardons sur les places de la liberté

Quand le peuple, lassé de la tyrannie, descend dans les rues et brandit l’étendard de la liberté, un étrange phénomène saisit souvent ceux qui ont pour mission d’observer ces événements exaltants. Les foules qui manifestent sont immédiatement et globalement idéalisées. Comme si les protestataires étaient tous motivés par des valeurs altruistes et libertaires.

Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, extrême droite, Journalistes, littérature, Relations internationales | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Amérique latine: un million de morts

L’Amérique latine ne fait plus souvent la une de la presse internationale. Le continent semble presque aussi placide que le canton de Berne. Sauf lorsque des truands abattent, comme dans la nuit de lundi à mardi dernier, Monica Spear, Miss Venezuela 2004, et son ex-mari sur une route du Venezuela. Sauf quand des narcos mexicains ont le mauvais goût de balancer les têtes de leurs victimes sur une piste de danse. Sauf quand des gangs de Sao Paulo sèment la terreur en incendiant des autobus urbains.

La délinquance est devenue le nouvel avatar des Veines ouvertes de l’Amérique latine, le livre culte de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano décrivant les malheurs du continent. Au cours des dix dernières années, un million de citoyens latino-américains ont été assassinés. Trois fois plus que les morts causées par la guerre et la post-guerre en Irak. Trois fois plus que le nombre des victimes des guerres civiles du Guatemala, du Nicaragua et du Salvador réunies. Trois cent trente fois plus que le nombre des personnes assassinées ou « disparues » au cours des 17 ans de dictature du général Pinochet. Continuer la lecture

Publié dans Amérique latine, droits de l'homme, Journalistes | Marqué avec , , , , , , , | Un commentaire

La presse américaine et la vie privée: une “tradition” très récente

Dans le torrent de commentaires sur l’affaire Hollande/Gayet, une certaine généralisation semble prévaloir dans la comparaison entre les traditions américaine et francophones en matière de respect de la vie privée des hommes et des femmes politiques.

En résumé, la presse américaine serait intrinsèquement et depuis toujours révélatrice, que ce soit par sensationnalisme, par sens du contrepouvoir ou par moralisme. Celle des pays latins, la France en tête, serait au contraire discrète, déférente par rapport au pouvoir, voire amorale.

Continuer la lecture

Publié dans Analyse, Etats-Unis, Journalistes | Marqué avec , , , , , , , , , | Un commentaire

14-18 : dans les tranchées de l’Histoire

L’année 2014 aura le passé et la mort de masse pour ligne d’horizon. Déjà, des dizaines de livres sur le centenaire de la Grande Guerre s’entassent sur les tables des libraires. Les agendas s’encombrent de colloques académiques, d’émissions de télévision et de célébrations officielles. Et l’interrogation s’incruste, toujours aussi lancinante : comment l’Europe, ce continent qui se croyait le plus rationnel et le plus civilisé du monde, a-t-elle pu sombrer dans pareille barbarie ? Continuer la lecture

Publié dans Enjeux | Laisser un commentaire

2013: le journalisme assassiné

Le journalisme est borné de « marronniers », de ces rendez-vous obligatoires et codifiés de l’information. Comme en cette fin d’année, avec le rappel des grands événements ou la désignation de la personne qui a le plus marqué l’actualité. Mais il y a des marronniers sanglants. Cette année encore, les associations de défense de la liberté de la presse ont établi leurs bilans et les chiffres aussi bien de Reporters sans frontières (75 journalistes tués) que du Comité de protection des journalistes (70) confirment que la presse continue à être prise pour cible.

Ces chiffres, légèrement en retrait par rapport à l’année dernière, ne sont pas définitifs. RSF et le CPJ ne publient que les cas pour lesquels ils ont pu établir un lien direct entre la mort d’un journaliste et l’exercice de son métier. Ainsi, le CPJ continue d’enquêter sur 25 cas de morts de journalistes dont la cause n’a pu être complètement élucidée. Continuer la lecture

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

211 journalistes en prison. C’est aussi notre droit de savoir qui est embastillé

La liberté de la presse est le baromètre des autres libertés, l’un des indices les plus fiables de la réalité et de la vigueur de la démocratie. Le ranking des geôliers de la presse, établi chaque année par le Comité de protection des journalistes (CPJ, New York), confirme cette équation. Les “suspects habituels», comme l’Iran, la Chine ou l’Erythrée, se retrouvent au sommet de cette liste de 211 journalistes emprisonnés, le deuxième total le plus élevé depuis 1990.

Mais, comme l’année dernière, c’est un pays qui aspire à intégrer l’Union européenne, la Turquie, qui est en tête, avec 40 journalistes en prison. Comme si la reprise des négociations d’adhésion à l’automne dernier n’avait eu aucun impact. La légère chute du nombre de journalistes turcs emprisonnés, de 49 dans le ranking 2012 à 40 aujourd’hui, n’indique pas une volonté réelle de mieux respecter les droits de l’homme et l’Etat de droit. Les libérations de journalistes ont été « procédurières » et ne résultent pas d’un changement fondamental d’une législation restée par essence liberticide. Les manifestations du printemps dernier sur la place Taksim ne semblent pas avoir convaincu le premier ministre Erdogan de revoir ses méthodes autoritaires. La reprise des négociations avec Bruxelles, murmurent certains, pourrait même faire croire à Ankara qu’elle n’a pas à trop se soucier de ses politiques répressives.

“Atteinte à la sécurité de l’Etat”

Au 1er décembre 2013, le CPJ recensait aussi 35 journalistes embastillés en Iran, 32 en Chine, 22 en Erythrée, 18 au Vietnam, 12 en Syrie, 8 en Azerbaïdjan, 7 en Ethiopie, 5 en Egypte, 3 au Bahrein, 3 en Israël/Palestine et 2 en Russie. Près de la moitié des journalistes ont été condamnés pour « atteinte à la sécurité de l’Etat », subversion ou terrorisme. D’autres ont été jetés en prison sans même être accusés d’un crime ou être passés en jugement. C’est le cas, en particulier en Erythrée, la « Corée du Nord » africaine.

L’Union européenne ne compte qu’un seul journaliste emprisonné, en Italie, tandis que le continent américain échappe largement à ce fléau, avec un cas aux Etats-Unis et un autre à Cuba, un pays qui, il y a quelques années, avait régulièrement atteint le haut du classement.

Arrestations express

Cette liste de journalistes emprisonnés ne tient pas compte des cas d’arrestations et d’incarcérations “temporaires”, une pratique systématique de harcèlement des médias. Tout au long de l’année, des journalistes sont détenus pendant quelques heures ou quelques jours, une technique qui vise à intimider la presse et à la dissuader de couvrir de manière critique des manifestations de l’opposition ou des politiques gouvernementales. En Egypte, des dizaines de journalistes locaux et internationaux ont été arrêtés lors des troubles qui ont suivi le renversement par l’armée du président “frère musulman” Morsi, un président qui, lors de ses quelques mois au pouvoir, s’était lui aussi montré très peu amène à l’égard de la presse indépendante. Au Venezuela, un correspondant du Miami Herald, Jim Wyss, a été emprisonné 48 heures en novembre dernier quelques jours alors qu’il enquêtait dans la zone frontalière avec la Colombie.

La censure est contagieuse

Rappelons que la liste des journalistes emprisonnés n’est qu’un des indicateurs de la liberté de la presse. Dans de trop nombreux pays, comme le démontre le décompte publié par Reporters sans frontières, l’assassinat des journalistes (71 en 2013), notamment par des bandes de narcotrafiquants, leur enlèvement, en particulier en Syrie, par des groupes terroristes ou djihadistes ou encore la surveillance étatique mettent la liberté d’informer sous pression. Et cette liberté d’informer, rappelons-le, nous concerne tous. Dans un monde globalisé, où tous les événements se tiennent par la barbichette, la censure quelque part est la censure partout.

Note: une version précédente indiquait la place Tahrir à propos de la Turquie. Il s’agissait “évidemment” de la place Taksim. Un lecteur nous l’a aimablement signalé. Mille excuses.   

Publié dans Analyse, droits de l'homme, Journalistes, Relations internationales, terrorisme, turquie | Marqué avec , , , , , , , | 2 commentaires