Contribuer à réduire le décrochage scolaire et aider l’école d’aujourd’hui à faire face à ses nombreux défis: possible grâce à l’ECEC ?

Le monde dans lequel nous vivons est en crise, tant sur le plan social que sur le plan économique et écologique. Et c’est parce que nous savons pertinemment que ces crises vont continuer à s’aggraver si d’autres systèmes de fonctionnement n’émergent pas, que des personnes, des citoyens conscients, cherchent de nouvelles solutions pour bâtir une société plus épanouie et résiliente. Des idées innovantes apparaissent, fruits des initiatives locales et des efforts de collaboration de communautés qui mettent tranquillement en œuvre le changement. Un mouvement mondial, les « villes en transition », encourage la reconstruction collective de nouveaux systèmes viables.

Au cœur de cette crise, de cette opportunité de changement, l’éducation occupe une place centrale. Pour la Belgique, le constat est connu. Notre système d’enseignement est inefficace et profondément inégalitaire. Il ne répond plus aux besoins actuels de notre société et ne prépare plus nos jeunes à devenir les citoyens engagés, responsables et conscients dont nous avons besoin pour bâtir un monde plus équilibré, équitable et prospère. Tous s’entendent pour dire que l’éducation est une priorité, mais les actions de fond tardent à être mises en œuvre. L’inertie est terrible. Les approches pédagogiques stagnent. Les acteurs du changement éducatif cherchent des solutions innovantes pour contrer le décrochage scolaire, la dépendance sociale, l’inégalité des chances et les difficultés d’intégration qui sont présents partout.

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » Nelson Mandela

C’est dans ce contexte de changement de paradigmes et d’initiatives en transition que l’Ecole Communautaire Entrepreneuriale Consciente (ECEC) entre en jeu. Son concepteur, Rino Levesque, est guidé par la conviction qu’il faut « toute une communauté-école pour éduquer nos enfants et les rendre heureux de venir s’entreprendre à l’école ». Son système-école, qui a vu le jour au Québec il y a bientôt vingt ans, apporte une réponse novatrice à des enjeux de société cruciaux, en valorisant l’importance de la communauté éducative et en favorisant autant le développement de la personne que le développement à portée sociale. Grâce à l’approche pédagogique et éducative en entrepreneuriat conscient, le jeune apprend, depuis la maternelle jusqu’au secondaire, à devenir plus entreprenant et innovant pour bâtir sa vie de façon responsable, autonome et consciente de son impact sur soi-même, les autres et l’environnement.

Monsieur Lévesque propose, avec l’Ecole Communautaire Entrepreneuriale Consciente, une voie éducative moderne, inclusive, responsable et humaniste qui fait émerger les talents et qui valorise et rejoint les forces de chaque jeune. Par la réalisation d’activités pédagogiques, les élèves développent une meilleure estime de soi. Ils apprennent à entreprendre, à s’entreprendre et à innover. Les enseignants deviennent accompagnateur d’une démarche initiée par le jeune où celui-ci met sur pied des projets entrepreneuriaux conscients qui, en plus de favoriser l’apprentissage académique global, font écho aux besoins de la communauté. Il se crée une nouvelle alliance avec le quartier où des membres de la communauté collaborent à l’éducation des jeunes par le partage de ressources et d’expertises. L’éducation devient alors la responsabilité partagée des enseignants, des parents et de la communauté. Tous travaillent de concert pour un nouvel équilibre social, économique et écologique ancré dans le contexte local.

À ce jour, on compte 129 ECEC sur trois continents, et « aucune d’entre elles ne voudrait revenir en arrière ». En Belgique, où un nombre accru d’acteurs éducatifs cherchent à aider l’école d’aujourd’hui à faire face à ses nombreux défis, l’intérêt pour ce système-école est en pleine expansion. C’est ainsi que Step2you, pôle jeune de l’asbl ICHEC, qui offre depuis 17 ans des outils pédagogiques visant à éveiller le potentiel et à mettre en lumière les talents, a signé un partenariat avec l’OIECEC (Organisation Internationale des Écoles Communautaires Entrepreneuriales Conscientes). Percevant dans l’ECEC une solution plus systémique pour ancrer ses actions au niveau de l’institution et de la communauté, Step2you s’engage à accompagner les écoles désirant développer ce système-école en Belgique. C’est le Collège la Fraternité, site St-Vincent, à Bruxelles qui est la première en Europe à entreprendre cette aventure éducative. Lors du lancement officiel le 9 octobre dernier, près de 100 partenaires et acteurs de changement étaient réunis pour célébrer cet événement.

En avril dernier, une délégation belge, dont faisait partie une équipe de la Fraternité, s’est rendue au Congrès International en Éducation Entrepreneuriale qui se déroulait à Québec. Tous ont été témoin des effets positifs que l’ECEC a sur les élèves, les enseignants et la communauté toute entière. Ils ont pu y observer des jeunes motivés et épanouis, des enseignants et des directeurs passionnés, et des écoles « en harmonie avec leur temps et leur environnement ». Lors d’une foire entrepreneuriale, les élèves de la maternelle au secondaire ont démontré leur créativité et leur engagement actif et positif en présentant leurs projets entrepreneuriaux conscients. « Chaque élève a des compétences propres dont il peut être fier et qu’il peut utiliser pour les autres » continue d’affirmer Sarah Heymans, coordonnatrice du développement ECEC en Belgique. Ce que souhaite le Collège la Fraternité, c’est que les jeunes « aient envie de venir à l’école et qu’ils soient fiers de leur établissement ». L’ECEC offre cette structure permettant de créer un esprit d’école, ainsi que des outils et une méthode d’accompagnement qui s’adapte son environnement, sa culture et son rythme.

Au Canada, aux Etats-Unis, au Maroc, au Bénin, en Côte d’Ivoire et maintenant en Belgique, l’ECEC engage des personnes, des groupes, des organismes et des entrepreneurs, et introduit progressivement des changements positifs et durables. Contrairement aux réformes scolaires qui viennent d’en haut, l’adoption du modèle pédagogique ECEC vient de la volonté même des établissements et des communautés. N’est-ce pas là, dans un système qui s’adapte aux besoins et à la situation de chaque école, la solution pour nos écoles d’aujourd’hui ? L’ECEC ne répond-elle pas aux enjeux de société actuels en Belgique ? L’Europe tarde pourtant à développer ce système éducatif structuré, structurant et autonomisant, reconnu par l’UNESCO et ayant prouvé son succès au Canada, en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Nord. Qu’attendons-nous pour permettre à l’ECEC de nous guider vers un meilleur avenir ?

www.step2you.be

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Contribuer à réduire le décrochage scolaire et aider l’école d’aujourd’hui à faire face à ses nombreux défis: possible grâce à l’ECEC ?

  1. Elie Levy dit :

    Cher Monsieur Windbag,
    Les questions du décrochage scolaire, de l’anorexie intellectuelle et des problèmes d’orientations post-secondaire sont au coeur de mes préoccupations.
    Je vous invite à regarder le site http://www.lelift.be et je serais ravi d’échanger quelques réflexions avec vous.

    Elie Levy
    Directeur

  2. Elie Levy dit :

    Cher Monsieur,
    Je vous prie de m’excuser pour ma méprise concernant votre pseudonyme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>