Pleins feux sur PEFC

August 20, 2004 ©Jean-Michel ClajotLe système de certification forestière PEFC est déjà bien implanté dans notre pays. Aussi bien au niveau de la forêt qu’au niveau des produits certifiés, nous observons une croissance continue.
Thomas Davreux, secrétaire général de PEFC Belgium nous l’explique.

Comment est né le système de certification PEFC?
Thomas Davreux : Chaque jour, le nombre d’usages que nous faisons du bois augmente. Nous utilisons du bois pour nous chauffer, pour construire, pour décorer, mais également pour fabriquer du papier, du carton, etc… Il est important de pouvoir continuer à utiliser le bois, car il s’agit du matériau renouvelable par excellence. Cependant il est également crucial de se rappeler que, de ce fait, les forêts subissent des pressions importantes et qu’une exploitation forestière responsable et durable (assurant  un équilibre entre les fonctions écologique, sociale et économique) est donc capitale.  La certification forestière PEFC est née en 1999 afin de garantir que le bois ou ses produits dérivés proviennent de forêts gérées de manière légale et durable.

PEFC est-il un système fiable?
Thomas Davreux : Oui. PEFC International est une organisation environnementale indépendante et non gouvernementale sans but lucratif. Cette organisation chapeaute et reconnait des systèmes de certification nationaux sur base de critères et d’exigences internationaux. Ces exigences proviennent des conférences intergouvernementales sur la gestion durable des forêts, des normes ISO ainsi que de différentes conventions internationales portant sur des questions d’ordre social et écologique (CBD, OIT, etc).
Le grand avantage du système PEFC est qu’il tient compte des caractéristiques spécifiques de chaque pays ainsi que des lois nationales, tout en utilisant un logo reconnaissable aux quatre coins du monde et un cadre normatif international.
PEFC garantit que les forêts sont gérées conformément à des critères stricts. Le système permet aussi de suivre de près et de contrôler les flux de bois, de la forêt au consommateur. Des organismes de certification indépendants s’occupent de ces contrôles, aussi bien en forêt que dans les entreprises qui transforment le bois.

En Wallonie, plus de la moitié de la surface forestière est certifiée. Pourquoi la Wallonie a-t-elle choisi ce système?
Thomas Davreux : Le système de certification forestière PEFC est particulièrement bien adapté à la Wallonie. La forêt wallonne est très fragmentée et la propriété privée moyenne est de petite taille (2.8ha). Cela signifie que le système PEFC facile d’usage, inclusif (les propriétaires ont leur mot à dire dans l’élaboration des standards !) et bon marché est parfaitement taillé pour répondre aux besoins de ce type de propriété. Par ailleurs, des études pilotes avec différents systèmes avaient été faites dans des forêts privées et publiques il y a plus de 10 ans afin de déterminer quel système était le mieux adapté à la région, et PEFC était clairement apparu comme étant la meilleure solution. Les aspects d’amélioration continue du système et de participation multipartite  ont été deux éléments cruciaux dans la décision prise à l’époque. A l’heure actuelle plus de la moitié des forêts wallonnes sont certifiées PEFC et les forêts publiques atteignent 98%.
La certification PEFC joue-t-elle un rôle politique ?
Thomas Davreux : Oui. Je pense que la certification PEFC est d’ailleurs avant-gardiste et anticipe de nombreuses attentes et décisions politiques et législatives. Prenons par exemple la problématique de l’équilibre forêt-gibier. Il y a quelques années, un groupe de travail s’est développé dans le cadre du plan de progrès établi par le PEFC. Celui-ci a émis des recommandations concrètes pour améliorer la situation. Ces propositions ont été soumises aux pouvoirs politiques qui s’en sont inspirés pour mettre en place certaines mesures.
Les propriétaires forestiers ne sont pas les seuls à fournir des efforts au niveau certification. Les entreprises aussi.
Thomas Davreux : Les entreprises qui utilisent du bois, du papier ou de la fibre provenant de forêts certifiées PEFC doivent également être certifiées pour que le produit puisse porter le label PEFC et que l’utilisateur final reçoive l’assurance que le produit provient de forêts gérées durablement. En Belgique, plus de 440 entreprises des secteurs du papier et du bois (exploitants forestiers, menuisiers, négociants, importateurs, distributeurs de papier, imprimeurs,…) sont certifiées PEFC à ce jour. Il s’agit de la certification Chaine de Contrôle. La Chaîne de Contrôle est un système de suivi fiable des flux de bois/papier certifié, étape par étape, depuis l’exploitation de l’arbre jusqu’aux produits finis, constituant ainsi une chaîne fermée.

Qu’entendez-vous par une chaîne fermée ?
Thomas Davreux : Cela signifie que chacun des maillons de cette chaîne doit disposer d’un certificat de Chaîne de Contrôle (des contrôles annuels sont réalisés par un organisme de certification indépendant) pour que le produit final puisse porter le logo PEFC et que l’entreprise puisse en faire la publicité.  Le certificat est l’unique garantie pour les clients que le bois/papier vendu par une entreprise est bien contrôlé et a le droit de porter le logo PEFC.

Les consommateurs sont-ils sensibles à la provenance des produits qu’ils achètent?
Thomas Davreux : Une enquête mondiale réalisée en 2014, le PEFC Global Consumer Survey, montre que plus de 80% des consommateurs souhaitent que les entreprises vendent leurs produits avec un label de certification et provenant de forêts gérées durablement. Les consommateurs du monde entier estiment qu’il est important de faire un choix éthique.  60% des répondants à l’enquête pensent que leur choix d’achat pour des produits labellisés peut faire une différence positive pour les forêts mondiales.

Le Gouvernement fédéral souhaite augmenter la part de bois certifié sur le marché belge. Y a-t-il déjà beaucoup de bois certifié PEFC sur le marché?
Thomas Davreux : Selon une étude commanditée en 2013 par le gouvernement fédéral, la part estimée de produits primaires provenant de forêts gérées durablement atteignait 40,5% fin 2012. Environ un quart (26.2%) de la part totale de bois vendu sur le marché belge est certifié, un chiffre qui a triplé en quatre ans. Pour nous, l’aspect le plus important de  l’étude en est la démonstration qu’une grande part des produits disposant du label PEFC viennent de Belgique.  35% du bois vendu sur le marché belge et possédant le certificat PEFC provient des forêts belges.  En outre, l’étude montre que le bois rond certifié PEFC et provenant des forêts belges est encore largement sous-exploité, ce qui laisse de belles possibilités en Belgique pour une augmentation du nombre des produits certifiés PEFC et d’origine locale.

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>