Nos quatre collègues libres et en bonne santé

darfour-conf-de-presse.jpgSamedi soir, 17 heures, dans les locaux de MSF ont vient d’apprendre la libération de nos quatre collègues et un grand soupir de soulagement est poussé à l’unisson par toutes les personnes présentes dans la cellule de crise mise en place à notre siège, à Jette. On débouche même le champagne après trois jours et trois nuits de tensions, d’intenses émotions, de discussions et de contacts avec toutes les parties concernées.

Pendant ces quelques jours et ces dernières heures, il n’y a pas un téléphone qui ne sonnait pas dans le département de la communication et c’est d’ailleurs la toute première fois, en 72 heures, que je vois notre attaché de presse s’accorder le droit de poser son gsm, le temps de boire son verre. Alors qu’une rumeur avait déjà fait état de leur libération la veille, se répandant comme une traînée de poudre dans les médias, cette fois, c’est bien vrai et nous sommes en mesure de le confirmer: “Ils sont libres et ils vont bien.”

Laura Archer, infirmière canadienne, Mauro D’Ascanio, médecin italien, Raphaël Meunier, coordonnateur français et Sharif Mohamadin, agent de sécurité soudanais, sont hors de danger et en route pour Khartoum. Leurs familles ont été prévenues et sont ravies. Et voilà déjà les premières réactions: “Nous avons une pensée pour chacun de nos collègues et leurs familles dans l’attente qu’ils soient réunis. Nous sommes très heureux que cet incident soit résolu”, déclare le directeur général, Christopher Stokes aux premiers journalistes sur le coup. Après cette parenthèse, on recommence à décrocher les téléphones mais cette fois, le ton est jovial et les félicitations de rigueur ne manquent pas de nous parvenir sous toutes les formes: grands bravos, questions et demandes pressantes, applaudissements même dans certains cas.

On peut dire que cette affaire aura tenu beaucoup de personnes en haleine ce week-end. Son aboutissement aura été heureux pour nos collègues, reste qu’il ne faut pas oublier qu’il aura mené à l’évacuation de pratiquement tout le personnel international de MSF travaillant au Darfour. “Nous étions les seules équipes médicales dans de nombreux endroits. Les besoins de la population au Darfour sont immenses, et ces gens là continuent de souffrir”, ajoute Christopher Stokes.

Cette entrée a été publiée dans Soudan-Darfour. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>