Petit à petit, l’oiseau fait son nid

De Vincent Lambert, coordinateur médical au Burundi

A peine remis de notre intervention éclair à Gitega, la journée commence fort. Hé oui, lors de notre staff meeting matinal et journalier, notre logisticien, annonce, en toute simplicité et innocence, la présence de cas de choléra dans son quartier.

Je prends note de l’information et immédiatement entame une investigation plus poussée. Catastrophe, il a raison ! Depuis le 08 juillet dernier, des cas de choléra sont admis dans le plus grand centre hospitalier de la capitale burundaise. Aujourd’hui, 23 patients sont enregistrés. Hé merde ! Et quelques heures plus tard, comme pour enfoncer un clou, les médias annoncent l’information.

Vite, nous devons agir. Et je cherche ainsi à m’organiser. Dring dring. Mon téléphone sonne “Bonjour, excusez-moi de vous déranger, êtes-vous bien Monsieur Vincent Lambert de Médecins Sans Frontières (MSF) ?” me demande une voie inconnue. “Oui, que puis-je pour vous” répondis-je intrigué. “Je suis le directeur des soins de l’Hôpital Prince Régent Charles (HPRC). Depuis quelques jours nous accueillons des malades présentant les symptômes cholériformes. Certains sont d’ailleurs confirmés positifs. Pouvez-vous nous aider, comme vous l’avez fait pour l’effondrement, à Gitega ?”. “Heu… oui, puis-je vous rencontrer ?”. Ok, voilà une porte d’entrée pour une future action humanitaire. Mais à peine raccroché, un autre appel me stoppe dans mon élan. Celui-ci émane du cabinet du Maire cette fois. Et même requête. Me voilà partagé, perplexe. Flatté également. C’est sympa de recevoir des doléances suite à une bonne presse, comme celle obtenue lors de notre dernière intervention mais en même temps, je suis inquiet. “Si toutes les acteurs, agences, reçoivent ce type de message, nous allons droit dans le mur, vers une catastrophe sans nom : la non-coordination humanitaire”, me dis-je. Une seule solution : obtenir du Ministère de la Santé Publique (MSP), une réunion afin de rassembler tout le monde sous leur égide.

Et ainsi j’élabore ma stratégie. Je consacre donc la quasi totalité de mon temps à tenter d’obtenir cet effet, tout en douceur, discrètement, en tirant sur des leviers complexes de la diplomatie burundaise et internationale: un rendez-vous à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un autre avec un représentant de la Coopération Technique Belge (CTB), ancien président de MSF (ce qui facilite beaucoup) et conseiller au MSP, une visite à la Mairie, divers entretiens auprès de différents acteurs politiques locaux et des prises de contact avec d’autres personnalités influentes. Je m’éclate littéralement dans ce domaine. Mais quelle énergie cela implique. Je termine mes journées sur les rotules; à toujours peser mes mots, mon attitude,… C’est épuisant, croyez-moi ! Un coup de pouce du destin me facilite les rencontres: la soirée du 21 juillet, en l’honneur de notre fête nationale, à l’Ambassade de Belgique. Hé oui, toutes les personnalités sont présentes. Moment privilégié de discussions et de… négociations. Et petit à petit, l’oiseau fait son nid.

Car, finalement, ce jeudi 23 juillet 2009, après plusieurs journées intenses, j’obtiens gain de cause. Une stratégie se met enfin en place. Le Directeur Général et le Chef de Cabinet du MSP, lors d’une entrevue, demandent officiellement à MSF notre expertise dans ce domaine ainsi que d’assurer la prise en charge des cas, qui ne font qu’augmenter. Et aussitôt dit, aussitôt fait ! Dès le lendemain (vendredi 24 juillet), nous montons une structure dans l’enceinte de l’HPRC. Plus question que les malades suspects traversent les urgences et marchent 300 mètres à travers les pavillons de cet établissement. Non, une entrée séparée est ouverte, avec un centre complètement autonome, même au niveau de l’eau et des latrines. Une tente d’observation est installée également. Tout le week-end passe à la mise en place de cette unité.

Cette entrée a été publiée dans Burundi, choléra. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>