Retour sur 10 crises humanitaires en 2009: Afghanistan

afgha.jpg  Trop dangereux d’aller jusqu’à un hôpital en Afghanistan

Cet enfant dans la salle d’attente de « l’hôpital Bost »  dans la province de Helmand au sud de l’Afghanistan, attend son tour avec sa maman pour être vu par le médecin. Une chance que beaucoup d’Afghans n’ont pas : c’est trop dangereux d’aller jusqu’à un hôpital!

La guerre en Afghanistan s’est intensifiée en 2009 et la violence aussi. Le climat d’insécurité qui règne dans le pays a endommagé un système de santé déjà assiégé, n’épargnant que quelques hôpitaux et cliniques fonctionnant difficilement dans les capitales provinciales.

Aujourd’hui, les Afghans qui ont besoin de soins de santé se voient contraints de faire un choix impossible : prendre le risque de parcourir des centaines de kilomètres dans une zone de guerre afin d’obtenir des soins médicaux, ou laisser leur état de santé se dégrader jusqu’à ce que leur vie soit menacée, pour ensuite seulement se rendre dans un établissement sanitaire dont les services ont été de beaucoup amoindris.

MSF est retournée en Afghanistan après une absence de cinq ans faisant suite au meurtre de cinq de leurs collègues survenu en 2004. Elle est présente dans le seul hôpital général public encore opérationnel dans la province de Helmand dans le sud du pays. Dans la partie est de Kaboul, MSF assure maintenant le maintien d’un large éventail de services médicaux à l’hôpital Ahmed Shah Baba, situé dans une région où l’afflux des réfugiés venant du Pakistan et des déplacés fuyant les combats dans les provinces de l’est a fait quadrupler la population.  

Les besoins sont criants mais l’aide humanitaire est de plus en plus difficile. Convaincre toutes les parties intéressées que le seul objectif est de porter assistance à toute personne qui en a le besoin n’est pas du tout évident. La distinction claire qui autrefois existait entre les armées, l’aide humanitaire et les activités de reconstruction et de développement est devenue si confuse que les établissements de soins de santé font désormais partie du champ de bataille.  Les forces de la coalition internationale se sont approprié les services d’assistance dans le cadre d’initiatives destinées à gagner « la confiance et le cœur » des Afghans, et elles ont occupé les hôpitaux et arrêté des patients dans leur lit.  Certains groupes d’opposition armés ont pris pour cible les travailleurs de la santé ainsi que les établissements de soins, en raison de la présence des forces internationales venues porter secours.

Afin d’être accepté par toutes les parties en cause dans un conflit, un organisme médical humanitaire privé comme MSF doit démontrer et communiquer clairement qu’il est complètement impartial, neutre et indépendant, en ne prenant, par exemple, position pour aucune des parties participant au conflit, en refusant les fonds offerts part tout gouvernement pour le travail effectué en Afghanistan ou au Pakistan, et en veillant à ce qu’aucune force militaire nationale, internationale et d’opposition ne puisse entrer dans les hôpitaux avec des armes.

Cette entrée a été publiée dans Afghanistan. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>