Retour sur 10 crises humanitaires en 2009: Somalie

somalie.jpgLa violence empêche les populations à accéder aux centres de santé.

Cette photo a été prise dans l’hôpital de Jamaame dans le sud de la Somalie, à 30 kilomètres au nord de Kismayo. Il a été ouvert en mars 2007.

En 2009, les équipes ont réalisé plus de 4 000 consultations avec une moyenne de 140 admissions par mois. 260 enfants malnutris ont été admis avec une moyenne de 90 cas de malnutrition sévère par mois.

La population somalienne est victime d’une terrible violence qui a encore sévit cruellement en 2009. Des millions de personnes ont un besoin urgent de soins de santé, et pourtant l’énorme écart entre les soins requis par les Somaliens et l’intervention humanitaire sur le terrain ne cesse de s’accroître. Des rapts, des meurtres incessants sont commis à l’endroit où des travailleurs somaliens et étrangers et des organisations humanitaires tentent d’apporter des soins de qualité aux populations. Résultat : les humanitaires ne savent pas travailler correctement et les populations n’osent pas se déplacer jusqu’aux centres de santé à cause de la violence.

A cela s’ajoute un manque cruel de personnel médical dans les structures de sante en Somalie. Le personnel médical a fui le pays et les universités ont fermé leurs portes. Le système de soins de santé public est dans l’impasse et cette situation perdure malgré le nouvel élan politique provoqué au début de l’année par l’élection du nouveau président Sheikh Sharif Sheikh Ahmed. Dans la capitale, Mogadiscio, les combats continuent de faire rage entre les forces du gouvernement fédéral de transition, appuyées par les Nations Unies et l’Union africaine, et les groupes d’opposition.

Il est toujours impossible de connaître le nombre exact de vies humaines perdues durant le conflit, mais les groupes de défense des droits de la personne et les organismes des Nations Unies estiment que depuis 2007 entre 20 000 et 25 000 personnes ont été tuées durant les combats et qu’un nombre incalculable d’autres personnes ont été blessées. À cela s’ajoute le déplacement de plus de 1,5 million de Somaliens qui, au cours des douze derniers mois, ont fui la reprise des affrontements sanglants à Mogadiscio et dans d’autres régions du centre-sud de la Somalie.

Cette entrée a été publiée dans Somalie, violence. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>