Mission à Titule: la patience, maître mot…

img_4220-petit.JPGJeudi 26 août, J+11 dans le chronogramme de l’intervention, mais 3ème jour à Titule. La 1ère équipe est arrivée mardi soir dans ce petit village sorti de nulle part. Entre Dinguila, où l’avion ASF nous a déposé mardi matin et ici, c’est 3 heures de route et du vert, du vert, et encore du vert. Dense, sombre, omniprésent.

Nous avons décidé d’installer notre base dans la paroisse Ste Thérèse de Titule parce que c’est le meilleur endroit du coin pour permettre à l’équipe de se loger à l’abri des intempéries et à notre matériel d’être stocké dans un endroit protégé. L’arrivée au village est d’ailleurs hallucinante : au beau milieu de cette forêt épaisse se dresse une énorme église autour de laquelle s’articulent toute une série de dépendances et le village.

L’avant-garde logistique qui s’était mise en marche la semaine dernière est encore derrière nous… Les voitures qui devaient acheminer une grande partie de notre matériel au départ de notre base d’appui de Kisangani sont restées embourbées plusieurs jours et ont connu de graves ennuis mécaniques. Après réparations, nous avons décidé de leur faire faire marche arrière et de passer au plan B. On a loué des camions. A leur tour maintenant d’être bloqués, l’un par un pont quasi impraticable, l’autre par une panne. Comme si ça ne suffisait pas, un énorme orage a éclaté cette nuit : l’avion ASF qui devait apporter les vaccins à Dinguila a postposé son vol, la piste d’atterrissage s’étant transformée en petit marais. Mais ici, il ne faut jamais désespérer ! On aura du retard sur le planning, certes, mais les camions avancent à nouveau, l’avion pourra atterrir demain s’il ne pleut plus, on peut espérer avoir le matériel, les vaccins, le reste de l’équipe à Titule la semaine prochaine.

Tous ces petits tracas nous auront permis une chose : prendre le temps de s’installer tranquillement à Titule, nous présenter en bonne et due forme aux autorités locales, mettre en place la cuisine (élément primordial de la vie d’équipe!), découvrir les environs et collecter les informations qui nous manquaient pour une meilleure planification de la vaccination.

Le village était déjà au courant de notre arrivée. Les gens sont curieux, ils viennent voir cette équipe MSF venue de Kinshasa. On nous demande évidemment de l’aide : un travail, une consultation, un billet, de la nourriture. Impossible de pallier tous ces manques. On explique qu’on va vacciner contre la fièvre jaune, on commence de manière informelle la promotion de notre intervention, on explique, on argumente, on sourit surtout. Toujours !

Ne reste plus qu’à attendre quelques jours que tout ce dont nous avons besoin pour commencer effectivement cette vaccination arrive jusqu’ici. « Patience » est donc le maître mot et on l’apprend vite au Congo !

Amélie Deprez est en charge de l’administration et des finances au PUC (Pool d’Urgence Congo).

Cette entrée a été publiée dans RDCongo, Vaccination. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mission à Titule: la patience, maître mot…

  1. Cartographe dit :

    J’ai cartégraphié Titulé sur OSM, mais je ne me retrouve pas avec la gare et l’ancienne ligne ferroviaire. Avec-vous des précisions ou des enrégistrement GPS? Ce genre d’information est utile à OSM et ainsi OSM devient plus utile aux ONG comme MSF…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>