Mission à Titule: dans les starting-blocks!

img_4223.JPGSamedi 28 août. J-13. Ce matin, au réveil, nous avons eu le plaisir de voir enfin arriver le camion tant attendu. Tout le monde avait le sourire, la journée commençait bien !Même s’il nous manque encore du matériel, le principal est bien là et nous pouvons d’ores et déjà envoyer 6 équipes sur le terrain demain matin. Le but des 4 prochains jours est de réévaluer tous les centres santé et les chemins qui y mènent. Dans chaque équipe, un logisticien et un médical sillonneront toute l’aire de santé de Titule pour compiler les données nécessaires à une ultime planification de la vaccination. Après leur retour, nous pourrons enfin commencer à vacciner.  

De mon côté, le planning d’aujourd’hui est surtout axé sur le recrutement des chauffeurs motos qui accompagneront les équipes sur le terrain. Une dizaine de personnes se sont présentées ce matin pour le premier contact. Après vérification de la validité de leur permis, nous avons commencé les tests. Je suis certaine qu’ils sont tous de bons chauffeurs, mais quelques-uns ont l’air assez perplexe sur les exercices que nous leur demandons de faire. Regarder dans les rétroviseurs, actionner un clignotant n’est pas toujours dans les habitudes de tous ces chauffeurs de brousse. Ce matin, en traversant le pont sur la rivière de Titule, un des chauffeurs engagés depuis quelques jours a klaxonné plusieurs fois, agacé par la lenteur de la chaise roulante qui se trouvait devant lui… Quelques règles de bonne conduite (dans tous les sens du terme…) sont bel et bien à revoir.  

Aujourd’hui, c’est jour de grand marché à Titule. Jeannine, notre promotrice de la santé, y est donc allée avec le superviseur des mobilisateurs sociaux (communément appelé Super MoSo !) du village pour commencer la sensibilisation. Mégaphone à la main, il annonce la vaccination, Jeannine répond aux questions, cause avec les femmes, explique que les dates exactes de la vaccination seront bientôt communiquées. L’information a déjà été passée dans les églises et les mosquées. L’imam a même rappelé que, même en cette période de ramadan, la vaccination est vivement conseillée et n’est en aucun cas considérée comme une rupture du jeûne. Quelques personnes se sont présentées hier à notre base en demandant « la piqûre »… Nous avons encore quelques explications à donner pour que tout le monde se présente bien au centre de santé le jour J.  

Alors que je voulais terminer ici, un chien en piteux état passe devant moi : une oreille arrachée, la queue à moitié coupée, la peau complètement rongée par les parasites, les os saillants, le regard effrayé… Ici, les animaux sont partout : moutons, chèvres et poules passent la journée autour de la base, les chiens viennent rôder peureusement autour des bâtiments, Djuma a trouvé un serpent dans les toilettes hier soir, les chauves-souris pendent au plafond de la douche ou survolent silencieusement nos têtes le soir, des dizaines de mille-pattes sortent de leur cachette au coucher du soleil et rampent dans toutes les chambres, des milliers de petits oiseaux jaunes nidifient dans le plus gros arbre de la cour et piaillent dès le premier rayon de soleil. S’il n’y avait pas le bruit du générateur, on se croirait en pleine forêt… !  

Amélie Deprez est en charge de l’administration et des finances au PUC (Pool d’Urgence Congo).

Cette entrée a été publiée dans Cliniques mobiles, RDCongo, Vaccination. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>