Mission à Titule: sur les chapeaux de roues…

img_4417.JPG 

Samedi 11 septembre.  

4 jours.

Déjà 4 jours que les équipes installent les sites vers 6h du matin pour être prêtes lorsque les gens commencent à sortir de chez eux.

Déjà 4 jours que les crieurs sillonnent quartiers, chefferies, champs et marchés pour inciter les gens à recevoir le vaccin.  

Déjà 4 jours que les allers-retours à motos entre la base et les sites se succèdent du matin au soir. Déjà 4 jours que nous travaillons à ce rythme effréné pour parvenir à atteindre notre objectif.

Les chiffres que nous avons pu récolter des sites les plus proches nous indiquent que la promotion de la vaccination a bien fonctionné dans l’ensemble, mais que nous devons redoubler nos efforts pour la dernière ligne droite de cette première phase. Notre stratégie de départ a déjà évolué et nous avons divisé certaines équipes en deux : une partie est restée sur le sites de vaccination identifiés, l’autre est partie à pieds, à travers la forêt, pour aller à la rencontre de celles et ceux qui travaillent dans les champs. En cette période cruciale pour l’agriculture, nombreux sont les paysans qui passent plusieurs jours, voire plusieurs semaines d’affilée à cultiver leurs parcelles à 10, 15, parfois 20 km de leur village. Ils ne reviennent que ponctuellement chez eux et, en 5 jours de vaccination, nous sommes presque certains de ne pas tous les voir revenir. Les convaincre de se déplacer et de laisser leurs champs sans surveillance, ne fusse qu’une seule journée, est impensable : les oiseaux, chèvres et singes dévasteraient tout en un rien de temps.  

Nous avons également du faire face à certaines réticences localisées: un des chefs de groupement de Titule, par exemple, a recommandé à sa population de ne pas aller se faire vacciner. Il y a quelques années, un de ses enfants a reçu le vaccin contre la rougeole et a développé une réaction post-injection : un peu de fièvre et quelques douleurs. Il s’était donc juré de ne plus laisser les siens se faire vacciner, arguant que le diable se trouvait souvent au bout de l’aiguille. Une fois encore, à force de discussions, patientes, argumentées, accompagnés du médecin de la zone, nous avons réussi à déjouer les préjugés, à faire basculer la tendance, à toucher 250 personnes de plus.

Il reste un seul jour de vaccination dans cette partie de Titule. Lundi soir, les équipes de terrain parties en début de semaine aux quatre coins de la zone reviendront à la base. Après quelques jours d’analyse des chiffres, de réévaluation de la stratégie, de rassemblement du matériel et d’un peu de repos (mais vraiment un peu !), nous commencerons la deuxième phase dans le reste de la zone de santé en espérant toucher les quelques 64.000 personnes prévues initialement. Alors, et alors seulement, nous pourrons nous reposer.

Amélie Deprez est en charge de l’administration et des finances au PUC (Pool d’Urgence Congo).

Cette entrée a été publiée dans RDCongo, Vaccination. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mission à Titule: sur les chapeaux de roues…

  1. Merci pour cet excellent post et bon courage dans votre travail. Il est toujours frappant de mettre en parallèle les discours et désirs des bailleurs à la recherche de solutions massives et miracles et la réalité de terrain des opérateurs… de ce qui font vraiment le boulot.

    Amitiés,
    Vincent Guérard, directeur général @ Urban Care
    http://www.urbancare.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>