Mission à Titule: pause méritée et premier bilan

img_4442.JPG 


Mercredi 15/9. J 31.  

Pause… Et c’est reparti ! 

Après six jours de vaccination, et non pas cinq comme prévu initialement, tout le monde est de retour à la base. L’ambiance est au beau fixe, les chiffres de la première phase rendant tout un chacun de bonne humeur. Notre changement de stratégie a porté ses fruits et nous atteignons près de 95% de couverture vaccinale pour les sept zones concernées. Nous savons donc quel angle d’attaque nous devons prendre pour cette deuxième phase où les sites sont encore plus enclavés que ceux parcourus ces derniers jours. « Nous savons maintenant à quoi nous en tenir, nous allons attaquer l’adversaire directement dans son camp, il ne nous verra pas venir » : la métaphore du Dr Hippolyte, au phrasé si particulier, nous a tous fait sourire. Mais il est effectivement question de batailler pour atteindre cette population si dispersée, éclatée, esseulée.  

La pause a vraiment été de courte durée, mais en l’espace d’une journée, chacun s’est fait plaisir : une sieste dans l’après-midi, une coupe de cheveux, une ballade dans le village ou simplement ne rien faire.

Le rythme a sensiblement diminué pendant 24h, mais pas pour tout le monde. Pour les logisticiens, la chaîne du froid et le recyclage des accumulateurs demandent une attention quotidienne ; pour les référents médicaux, c’était l’inventaire des vaccins et la compilation des données. Le retour des équipes a signifié pour moi deux jours complets de comptabilité pour rassembler toutes les dépenses et analyser le budget restant. Nous avions bien travaillé aussi en amont : les locations de motos supplémentaires, les nuits passées en plus sur le terrain, le personnel engagé en renfort, les réparations de ponts ou de tronçons de route ne nous ont pas freiné dans notre avancée. Chacun disposait d’assez de moyens que pour faire face à ces imprévus… prévus.  

Pour cette deuxième partie, nous allons installer une base arrière à Kumu pour faciliter l’approvisionnement des sites en matériel de base et en essence notamment. Les distances étant très longues entre notre base de Titule et les quatre aires de santé que nous visons (parfois plus de 200 km), nous voulons réduire les temps de trajets et ménager nos chauffeurs. Les équipes de vaccination seront dès le départ divisées en deux et envoyées dans les champs, les éclaireurs seront identifiés dès notre premier passage dans les villages, les chefs de groupement seront les sensibilisateurs. Nous entrons dans le dernière ligne droite et nous n’avons plus droit à l’erreur, mais nous sommes confiants.  

Demain est un autre jour. Demain, tout recommence.

Amélie Deprez est en charge de l’administration et des finances au PUC (Pool d’Urgence Congo).

Cette entrée a été publiée dans RDCongo, Vaccination. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>