Un voyage “typique” à travers le Congo

© Sandra Smiley/MSF

© Sandra Smiley/MSF

Sandra Smiley est chargée de communication pour MSF en République Démocratique du Congo. Elle nous partage son voyage vers le tout nouveau projet de Bikenge, dans la province du Maniema. Un voyage semé d’embûches!

Un voyage typique à travers la RD Congo, cela n’existe pas !  Ce pays est tellement immense, l’état des routes si pitoyable et les infrastructures si mal en point qu’il faut utiliser tous les moyens de transport pour arriver à destination.

Pendant ma mission, j’ai donc voyagé à pied, en pirogue et en moto… entre autres.

Dans la province du Nord-Kivu, il paraît même qu’un homme vous transporte sur son dos pour quelques francs congolais. Bref, se déplacer dans ce pays exige patience et sens de l’humour. Il faut aussi revoir ses exigences à la baisse. C’est ce que j’ai fait lorsque j’ai pris la direction de Bikenge, dans la province de Maniema, une région poussiéreuse et négligée où Médecins Sans Frontières gère une clinique.

Six heures trente

Nous sommes debout à six heures trente. À sept heures moins dix, nous chargeons les deux tout-terrain et, à sept heures, nous démarrons. Quelques minutes plus tard, nous voilà pourtant déjà à l’arrêt, au bord du fleuve Kindu. Nous devons en effet prendre le bac pour le traverser. Heureusement, nous sommes en bonne compagnie : autour de nous, des femmes câlinent leurs petits et les chauffeurs astiquent les chromes de leur moto-taxi.

Bikenge Health Centre

Sept heures trente

Il est sept heures trente et le bac qui devait partir à sept heures ne semble pas être sur le départ. Pour tromper l’attente, je me remémore tout ce que je sais sur Bikenge. On m’a raconté que cette ville est vraiment loin de tout et très difficile d’accès. Les routes des alentours sont pour ainsi dire impraticables et les soins médicaux quasiment inexistants. Pourtant, Bikenge est aussi un diamant brut. Au sens littéral puisqu’elle s’est développée grâce à l’exploitation de ses ressources naturelles – or et autres minerais. Au cours de ces dix dernières années, beaucoup de personnes ont afflué dans la région – des mineurs et des gens attirés par les possibilités d’emploi liées à l’essor du secteur. La surpopulation, la pollution et l’accès limité aux soins sont à l’origine de problèmes de santé.

Huit heures moins le quart

Lorsque le bac est enfin prêt, nous montons à bord. Le fleuve est calme mais la traversée jusqu’à l’autre rive est loin d’être de tout repos. Le moteur fait un de ces boucans, tout comme les bateaux de pêche à moteur autour de nous. Arrivés de l’autre côté, nous poursuivons notre périple.

Onze heures

Nous roulons ensuite pendant plusieurs heures sur des routes cahoteuses. Dans les deux tout-terrain, ça secoue très fort.  Tout à coup, un pont nous oblige à nous arrêter ; il est terriblement étroit ! Henri, notre infatigable logisticien, saute de la voiture et guide le convoi vers l’autre côté. La traversée se fait tout en élégance – comme deux deux-tonnes sur une corde raide.

 Midi

Finalement, nous n’avons heureusement pas à nous plaindre jusqu’à présent. Contrairement à l’équipe de Médecins Sans Frontière que nous rencontrons une heure plus tard.  Ils sont partis d’un autre village, également en direction de Bikenge. Mais ils se sont retrouvés embourbés. Et pas un peu. John, le chauffeur, et Michel, son collègue, suent sang et eau pour dégager le pickup, mais sans succès. Ils sont eux aussi enfoncés dans cette gadoue brunâtre. Michel est même nu-pieds. Nous ne faisons ni une ni deux et venons leur prêter main forte. Nous sortons les câbles de nos tout-terrain, les fixons et sortons le camion de sa prison de vase. Et le convoi reprend la route, avec un véhicule de plus !

Deux heures

Nous arrivons à nouveau devant un pont. Etroit, comme le premier, mais surtout dans un sale état. Nous évaluons la situation et arrivons rapidement à la conclusion que nos deux tout-terrain ne passeront pas. Même Henri est tétanisé. Que faire ? Pas le temps d’appeler quelqu’un pour procéder aux réparations : le soleil va bientôt se coucher et il est impossible de circuler sur ces routes inconnues une fois la nuit tombée. C’est trop dangereux. John a alors une idée. « À Mingana, nous sommes allés chez le menuisier. Nous pourrions utiliser les planches en bois pour renforcer le pont ». Bien joué !  Et il sort du coffre arrière du pickup, comme par enchantement, les planches, un sac de clous et des marteaux (et pour des raisons que l’on ne s’explique pas, une scie à chaîne). Avec les autres chauffeurs et logisticiens, il se met au travail.  Et ils parviennent à retaper provisoirement le pont pour que nos véhicules puissent l’emprunter.

Cinq heures

Quelques heures plus tard, nous arrivons à Bikenge ; le soleil est presque couché. Nous nous dirigeons immédiatement sur le terrain de Médecins Sans Frontières où nous sommes accueillis par Michele, coordinateur du projet. « Alors, le voyage, ça a été » ? demande-t-il. « Super, exactement ce à quoi je m’attendais », lui dis-je.

A suivre…

Cette entrée a été publiée dans Non classé, RDCongo, Récit du terrain, responsable de la communication. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Un voyage “typique” à travers le Congo

  1. Mireille dit :

    Super début d’histoire, j’attends impatiemment la suite… typiquement ce qui me motive à rechercher actuellement du travail sur le terrain et non plus dans les bureaux, ce n’est plus pour moi, je veux de l’action, je veux des ponts cassés :-) .

  2. Barthélémy TSHIBANGU dit :

    Bonsoir,
    Je regarde la télévision nationale congolaise RTNC ! Il n’ y a rien de ce que vous décrivez : tout va bien au Congo RDC ! Les journalistes nous chantent un Congo émergent ! Des milliards sont déversés dans ce pays ! Où vont ces milliards ?
    Merci pour votre témoignage qui est le témoignage de la vérité et de la vraie vie !Imaginez vous qui avez des tout terrain, et le petit peuple congolais , dans quelle souffrance vit-il ?
    Courage à vous pour toute l’ aide que vous apportez à ce peuple meurtri qui ne voit pas le bout du tunnel ! Je suis impatient dans l’ attente de la suite ! Barthélémy

  3. François dit :

    C’est pas bien de nous laisser dans l’attente comme ça hein ! :)

  4. Moise Mussa dit :

    Vraiment. Merci beaucoup Sandra Smiley, pour toutes ses informations et surtout les images pour que le monde entier puisse voir comment est et se présente la vraie Afrique en général, et en particulier la République Démocratique du Congo dans sa profondeur. Entant qu’originaire de cette collectivité (MULU) dont Bikenge fait partie, et où réside ma famille (ma mère et frères aussi sœurs), c’est une honte pour le gouvernement Congolais et ses dirigeants qui ne songent que se procurer et acheter les villas ailleurs, au lieu de se préoccuper du vécu quotidien de sa population en construisant des routes et autres infrastructures pouvant servir les peuples congolais de la RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>