MARY, 3 MOIS, LUTTE POUR SA VIE DANS UN LIT D’HÔPITAL DE MSF À MALAKAL

Mary James, âgée de trois mois, reçoit des soins du personnel médical dans le camp de protection des civils de Malakal au Soudan du Sud.  © Anna Surinyach/MSF

Mary James, âgée de trois mois, reçoit des soins du personnel médical dans le camp de protection des civils de Malakal au Soudan du Sud. © Anna Surinyach/MSF

Pour les deux premiers mois de sa vie, Mary James a dormi sans couverture, sur un lit en acier à l’intérieur d’un petit abri humide, au milieu d’un camp de déplacés surpeuplé à Malakal au Soudan du Sud. Maintenant, elle dort dans un lit d’hôpital de MSF et lutte pour sa vie.

Chaque fois que cette enfant de trois mois expire, on entend un son rauque alors que son souffle tente de se frayer un passage à travers ses petits poumons infectés. Quand elle pleure, son corps se crispe à l’effort de la respiration. Jusqu’à récemment, elle était reliée à un oxygénateur pour soutenir sa respiration.

Mary habite dans le camp de protection des civils des Nations Unies à Malakal, au  Soudan du Sud. Avec l’arrivée de la saison froide, beaucoup d’enfants comme Mary souffrent d’une pneumonie et d’autres infections des voies respiratoires et représentent plus de la moitié des admissions au service pédiatrique de l’hôpital de MSF. Récemment, une flambée de paludisme a rempli l’hôpital d’enfants en proie à des convulsions. À mesure que les lits se remplissaient, de nombreux patients ont dû dormir sur des matelas à même le sol.

« La cause sous-jacente de ces maladies est la surpopulation et les conditions de vie médiocres », explique Yasser Sharaf, médecin de MSF, en faisant sa ronde du matin. À l’extérieur de la porte de l’hôpital, près de 50.000 personnes ont trouvé refuge dans des milliers de tentes et d’abris si entassés que les résidents doivent littéralement marcher de côté pour circuler à travers les passages les plus étroits.

Les familles qui vivent dans les pires zones sont arrivées il y a trois mois, quand 16.000 personnes ont fui le regain des combats, la violence et la malnutrition. La plupart d’entre eux ont voyagé la nuit dans de petits bateaux en provenance de Wau Shilluk, sur la rive opposée de la rivière du Nil Blanc, où l’aide humanitaire avait été coupée depuis des mois. Ils sont arrivés au camp avec presque rien.

DÉPENDANCE À L´AIDE HUMANITAIRE
Nya Gaw, quarante ans, est arrivée parmi eux à ce moment. Autrefois sage-femme avec une carrière et une maison de classe moyenne, elle est maintenant presque totalement dépendante de l’aide humanitaire. Dans le camp, elle vit avec 55 autres personnes dans une tente communautaire avec un plancher de terre. Assise dans son minuscule espace de vie, elle enlève les tiges d’un tas de légumes à feuilles appelées Lum. Il s’agit d’un aliment de dernier recours trouvé à l’extérieur du camp et qui sert de complément à ses maigres rations alimentaires mensuelles.

Nya vit dans une de des tentes pour 50 personnes.  La zone que l’on voit dans cette photo représente l'espace de vie de trois familles comme celle de Nya — environ 20 personnes. © Jacob Kuehn/MSF

Nya vit dans une des tentes pour 50 personnes. La zone que l’on voit dans cette photo représente l’espace de vie de trois familles comme celle de Nya — environ 20 personnes. © Jacob Kuehn/MSF

Nya est venue ici avec deux fils, mais sa famille a grossi depuis son arrivée. En dépit de ces circonstances difficiles, Nya a pris sous son aile quatre autres enfants qui ont été séparés de leurs parents pendant le conflit. Personne ne sait où ils sont. Ensemble, la famille élargie de Nya partage un seul lit et quelques matelas de plastique sur le sol pour dormir. Leur espace de vie est de la taille d’une simple chambre.

La nuit, il fait de plus en plus froid et humide, et l’air bourdonne de moustiques. Les fossés et les ruelles qui séparent la tente de Nya des autres autour sont remplis de boue et d’eau stagnante. Il y a à peine plus de quatre mètres carrés d’espace par personne dans cette zone du camp — moins d’un septième de l’espace minimum requis en vertu des normes humanitaires internationales.

Bref, les conditions de vie de Nya sont tout ce qu’il y a de plus propice à la maladie. Elle a dit que deux enfants vivant dans sa tente ont été admis à l’hôpital de MSF récemment, en pointant leurs familles vivant dans des espaces tout aussi étroits.

« La nuit, tout le monde tousse et la maladie se répand », explique Nya, un commentaire repris par beaucoup de mères dans le camp. « Nous avons besoin de plus d’espace ».

CONDITIONS DE VIE DÉPLORABLES
Le camp qui protège et abrite les familles comme celle de Nya ne fait qu’environ la moitié d’un kilomètre carré, tel qu’il a été attribué par les Nations Unies. Il est nécessaire de fournir plus d’espace de toute urgence. Actuellement, il n’y a pas assez de place pour étendre les services de maintien de la vie, comme les points d’eau, les zones d’hygiène personnelle et les latrines — on est loin d’avoir à l’esprit des écoles adéquates, des espaces récréatifs ou des marchés.

En juillet et août, 16.000 personnes sont arrivées au camp, fuyant un regain des violences et la malnutrition. Ils vivent dans des abris de fortune dans une zone du camp qui n’est pas désignée comme habitable. Dans cette partie du camp, les conditions sont horribles : il y a des ordures, de la boue et des barbelés partout. © Anna Surinyach/MSF

En juillet et août, 16.000 personnes sont arrivées au camp, fuyant un regain des violences et la malnutrition. Ils vivent dans des abris de fortune dans une zone du camp qui n’est pas désignée comme habitable. Dans cette partie du camp, les conditions sont horribles : il y a des ordures, de la boue et des barbelés partout. © Anna Surinyach/MSF

À environ 200 mètres de la tente de Nya, il y a des robinets autour desquels des jerrycans sont entassés. Les robinets sont connectés à un réservoir souple qui est rempli avec de l’eau deux fois par jour, mais qui ne reste jamais plein. Un groupe de femmes font la file pendant des heures, mais ne reçoivent pas toujours l’eau dont elles ont besoin. Les latrines toutefois sont un plus gros problème encore. Avec moins d’une latrine pour 70 personnes dans la plus grande section du camp, une femme se plaint que les gens défèquent dans les quelques douches disponibles pour l’hygiène.

Dans de telles conditions, il n’est pas surprenant que les files d’attente aux quelques centres de soins de santé primaires dans le camp se forment souvent avant l’aube. Les cliniques ferment à 17 h, et un dimanche sur deux, il n’y a pas de soins de santé primaires de disponibles. Lorsque ces tentes cliniques sont fermées, de longues files d’attente se forment à la salle d’urgence à l’hôpital de MSF. Un trop grand nombre de ces patients, comme la jeune Mary James, arrivent dans un état grave.

De retour à l'hôpital de MSF, le soir est maintenant tombé et Mary se porte beaucoup mieux. Elle dort sous une moustiquaire pour sa dernière nuit à l'hôpital. Malheureusement, dès qu’elle quittera, elle retournera dans le même abri froid dans le même camp bondé, où il est fort probable qu’elle retombe malade. La vie dans ce camp, c’est tout ce que Mary n’ait jamais connu. Il y a un besoin urgent de l'améliorer. @Jacob Kuehn

@Jacob Kuehn

De retour à l’hôpital de MSF, le soir est maintenant tombé et Mary se porte beaucoup mieux. Elle dort sous une moustiquaire pour sa dernière nuit à l’hôpital. Malheureusement, dès qu’elle quittera, elle retournera dans le même abri froid dans le même camp bondé, où il est fort probable qu’elle retombe malade.

 

La vie dans ce camp, c’est tout ce que Mary n’ait jamais connu. Il y a un besoin urgent d’y améliorer les conditions de vie.

En savoir plus

Cette entrée a été publiée dans Non classé, Récit du terrain, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>